Polydipsie

Présentation de la polydipsie

La polydipsie se traduit par une sensation insatiable de soif excessive
La polydipsie se traduit par une sensation insatiable de soif excessive

La polydipsie est un symptôme qui se manifeste par une sensation insatiable de soif excessive. Elle s’accompagne alors d’un important accroissement du volume de liquide consommé, excédant largement la quantité qui aurait pu être bue en temps normal. Dans la plupart des cas, ce symptôme se présente avec une polyurie qui, quant à elle, désigne une perte importante d’urine.

Cette sensation de soif intense ne doit pas être prise à la légère. Elle peut, en effet, être le symptôme précurseur d’une maladie grave notamment si elle se manifeste de façon chronique. Associée à la polyurie, elle peut, en outre, conduire rapidement à une importante déshydratation pouvant également être dangereuse pour la santé en général.

Causes de la polydipsie

Différents facteurs peuvent être à l’origine de cette soif excessive. Parmi ceux-ci, il y a notamment :

– Forte chaleur ;
– Activités physiques intenses ;
– Consommation d’aliment ou de boisson trop sucré ou trop salé ;
– Consommation d’aliments insalubres dont des fritures, friandises, produits transformés ;
– Consommation de boissons gazeuses et alcooliques, café ;
– Prise de médicaments dont des neuroleptiques ;
– Intoxication à des agents anticholinergiques ;
– Taux sanguin élevé de calcium ;
– Taux sanguin faible de potassium tel qu’en cas de Syndrome de Conn, une maladie causée par une néoplasie surrénale ;
– Carence en zinc ;
Fièvre ;
– Après la baisse du volume de sang telle qu’en cas d’hémorragie ;
– En cas de grave déshydratation ;
– Après une diarrhée ;
– En cas de diabète insipide ou sucré ;
– En cas d’hypotension artérielle ;
– Affections rénales ;
– Sclérose en plaque, une pathologie auto-immune qui touche le système nerveux central ;
– Affection cérébrale telle que tumeurs, méningite, AVC ;
– Traumatisme, blessure, choc crânien ayant pu perturber le fonctionnement cérébral ;
– Troubles hormonaux ;
– Trouble de la thyroïde ;
– Perturbation du fonctionnement de l’hypothalamus ;
– Lors de certaines pathologies psychiatriques ;
– En cas de potomanie qui est un trouble psychique se caractérisant par l’envie maladive de boire constamment.

Manifestations de la polydipsie

Manifestations de la polydipsie : soif intense, douleur à la miction, bouche sèche, crampes, myalgies, nausées, ...
Manifestations de la polydipsie : soif intense, douleur à la miction, bouche sèche, crampes, myalgies, nausées, …

À la différence d’une simple soif, ce symptôme présente certaines particularités notamment s’il est dû à une affection :

– Intense ;
– Insatiable pouvant conduire le sujet à boire une très forte quantité d’eau ;
– Chronique, la soif peut durer des jours voire plus en l’absence d’une prise en charge ;
– Se manifestant à tout moment indépendamment des conditions extérieures comme la saison, la température ambiante ;

D’autres symptômes peuvent, en outre, l’accompagner selon sa cause.

– Mictions fréquentes pouvant aller jusqu’à plus de 10 fois par jour ;
– Douleur à la miction ;
– Présence de sang dans la miction ;
Bouche sèche ;
– Crampes ;
– Myalgies ;
– Nausée ;
– Polyphagie ou accroissement anormal de l’appétit en cas de diabète sucré ;
– Constipation telle qu’en cas de Syndrome de Conn, d’intoxication à des anticholinergiques ;
– Céphalées ;
Confusion ;
– Irritabilité ;
– Fièvre ;
– Perte de poids ;
– Asthénie ;
– Perturbations du rythme cardiaque.

Traitements de la polydipsie

Le traitement de la polydipsie dépend surtout de sa cause.

– En cas de diabète sucré de type 1 (1) ou 2 (2), diverses études reconnaissent l’avantage de pratiquer quotidiennement des activités physiques ;
– D’autres observations avancent les bienfaits d’un régime végétalien chez les diabétiques de type 2 pour retarder l’évolution de la pathologie. L’emploi de matières grasses additionnelles devra également être limité, voire arrêté pour une meilleure efficacité du traitement (3) ;
– En cas de soif intense causée par une carence en zinc, les noix et les légumineuses en constituent d’excellents apporteurs de ce minéral (4) ;
En cas d’hypokaliémie ou de défaut de potassium dans le sang, privilégier les meilleures sources de celui-ci dans l’alimentation est recommandé. Parmi ces dernières, il y a particulièrement les fruits dont la banane et les légumes comme la pomme de terre cuite au four (5) ;
– Pour éviter, en outre, une déshydratation, il est conseillé de boire quotidiennement 1,5 litres d’eau par jour. En cas de forte chaleur ou après une importante activité physique, en boire davantage est important pour compenser les pertes hydriques.

Références

(1) Mollet E., « Physical Activity, Diabetes and Other Cardiovascular Risk Factors. », Traité EMC Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation, 2007.
(2) Eves N.D, et al., « Resistance Training and Type 2 Diabetes : Considerations for Implementation at the Population Level.», Diabetes Care, 2006.
(3) Barnard N., et al., « A low-Fat vegan diet improves glycemic control and cardiovascular risk factors in a randomized clinical trial in individuals with type 2 diabetes. », Diabetes Care, 2006.
(4) Santé Canada, Fichier Canadien sur les Éléments Nutritifs, 2005.
(5) Ministère de l’Agriculture des États-Unis(USDA), National Nutrient Database for Standard Reference.

error: Content is protected !!