Acides aminés

Les acides aminés figurent parmi les nutriments dont notre organisme a besoin pour bien fonctionner, rester en forme et construire différents tissus. Ces composés organiques se diffèrent par leurs structures chimiques, renfermant un groupe amine avec un atome de nitrogène à la base appelé aussi azote, un groupe carboxyle et une chaîne latérale qui permet de les distinguer les uns des autres.

Forme générique des acides aminés
Forme générique des acides aminés

Jusqu’à ce jour, près de 500 acides aminés ont été identifiés par les scientifiques, dont 149 d’entre eux sont incorporés dans les protéines en étant les bases de leurs structures. En d’autres mots, une protéine est un assemblage de plusieurs acides aminés ou polypeptides – d’au moins une cinquantaine – reliés entre eux par des liaisons peptidiques.

Un acide α-aminé en position α
Un acide α-aminé en position α

Il existe différentes façons de regrouper ces acides aminés, en fonction de la position du groupe amine (–NH2) par rapport à leur groupe carboxyle (–COOH) par exemple. Ce groupe amine peut être en position α, β, γ ou δ ; ce qui déterminera la famille de l’acide aminé en question. Il y a les acides α-aminés, γ-aminés et ainsi de suite. Il est aussi possible de prendre en compte leurs natures pour les classer, cycliques, aliphatiques, aromatiques ou à chaine ouverte, ou encore leur polarité. La majorité des acides aminés font partie de la famille des acides α-aminés ; ce qui est le cas de la plupart des acides aminés protéinogènes. Ils sont dotés de plusieurs rôles dans l’organisme, tels que leur intervention dans la physiologie et la structure des cellules, la constitution des protéines ainsi que dans les diverses réactions métaboliques du corps. À eux seuls, les acides α-aminés représentent une part essentielle de la masse corporelle, tout juste après l’eau.

Projection de Fischer

Une part importante de ces acides α-aminés est aussi des molécules chirales, avec une stéréoisomérie D/L. Il s’agit des énantiomères ou isomères optiques L– qui se trouvent naturellement dans l’organisme humain et les aliments, et D– qui sont issus d’une synthèse chimique ou visibles dans certains organismes marins. Les lettres D et L correspondent tout simplement à la position du groupe amine –NH2, à gauche ou à droite d’après la projection de Fischer ou la représentation plane d’une molécule.

Parmi tous ces nombreux acides aminés, nous n’entendons souvent parler que de 22 d’entre eux seulement, dont 9 sont essentiels. Ce sont uniquement ces 22 qui peuvent être retrouvés à l’état libre dans la nature. Le terme « essentiel » est utilisé pour catégoriser les acides aminés dont l’organisme ne peut pas synthétiser mais doit puiser dans les aliments sources de protéines. Les acides aminés « non-essentiels », de leurs côtés, sont ceux qui peuvent être produits par le corps. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il n’est plus essentiel de s’en procurer via une alimentation saine et équilibrée.

Quand nous parlons d’acides aminés et de protéines, la plupart d’entre nous pensent immédiatement aux muscles et aux exercices de musculation. Le supplément en acides aminés n’est pas uniquement réservé à ceux qui font ce genre d’activité. Vous pourrez découvrir par le biais de ces dossiers, que ces acides aminés – en plus de constituer les tissus musculaires – revêtent de multiples propriétés médicales dont nous pourrons en profiter.

Acides aminés essentiels

HistidineHistidine

Acide α-aminé semi-essentiel, l’histidine ne peut être produite par l’organisme qu’à des quantités infimes, pas assez suffisantes pour assurer le bon déroulement des différents processus biologiques. D’où l’intérêt de la puiser soit dans les protéines alimentaires, soit dans les suppléments. Les bienfaits de cet acide aminé pour notre corps sont innombrables. En plus de ses rôles dans la biosynthèse de protéines, la formation d’enzymes et l’équilibre des minéraux, il possède aussi des vertus thérapeutiques intéressantes. Une dose élevée de cet acide aminé cause rarement des effets indésirables, par contre une carence peut favoriser le développement des maladies dégénératives. Ce dossier en parle davantage.

> Accédez au dossier Histidine

Isoleucine

Leucine

Lysine

MethionineMéthionine

La méthionine est l’un des deux acides aminés sulfureux, renfermant un atome de souffre dans sa structure. Cet acide aminé essentiel, devant être apporté par les aliments que nous consommons au quotidien, jouent des rôles cruciaux dans l’organisme, entre autres dans la constitution des protéines, la synthèse de certaines hormones, le développement des cellules et dans la méthylation de l’ADN grâce à son groupe méthyle. Dans la biosynthèse des protéines, ce composé organique se place à la position N-terminale, où démarrent les chaines protéiques. Ses bienfaits sur la santé sont non négligeables. La méthionine est recommandée pour compléter les traitements de l’arthrose, prévenir la perte de cheveux, et bien d’autres problèmes de santé, dont les détails peuvent être trouvés dans ce dossier. Il faut toutefois faire attention car à partir d’une certaine dose, cet acide aminé peut devenir dangereux pour l’organisme.

> Accédez au dossier Méthionine

Phénylalanine

Thréonine

Tryptophane

Valine

Acides aminés non-essentiels

AlanineAlanine

L’alanine fait partie des acides aminés non-essentiels à l’organisme, puisque ce dernier est capable d’en synthétiser et d’ailleurs notre régime alimentaire nous en procure à des quantités suffisantes au quotidien. C’est l’acide aminé le plus simple, si nous parlons de sa structure chimique ; mais possède cependant des rôles très importants. Il figure parmi les plus abondants dans les protéines et joue un rôle clé dans le cycle de Cahill, appelé aussi cycle glucose-alanine. Des informations plus détaillées de ses fonctions sont fournies dans ce dossier, ainsi que de ses qualités thérapeutiques. En dépit du fait qu’elle soit non-essentielle, l’alanine lorsqu’elle est prise en complément à notre alimentation peut aider dans la lutte contre le diabète. Son utilisation n’est pas donc limitée à la reconstitution de la masse musculaire.

> Accédez au dossier Alanine

ArginineArginine

L’arginine fait partie intégrante des acides aminés non essentiels, puisque l’organisme peut en synthétiser même si c’est à des quantités réduites. Par ailleurs, les aliments que nous consommons en apportent à des taux élevés, que ce soit les viandes, les légumineuses, les céréales, les noix et les produits laitiers. Les autorités sanitaires n’ont donc pas établi un apport nutritionnel journalier à respecter pour cet acide aminé. Les carences ne sont pas toutefois à exclure, chez les sujets qui effectuent des activités physiques intenses, et ceux qui ont des problèmes de santé. L’organisme des bébés prématurés et de certaines personnes ayant des anomalies d’ordre génétique n’est pas capable d’en synthétiser. Heureusement que l’arginine est disponible en complément alimentaire. D’ailleurs, son utilisation est très plébiscitée auprès des personnes ayant des troubles sur leur fonction sexuelle, dysfonctionnement érectile, frigidité, baisse de désir, etc.

> Accédez au dossier Arginine

Asparigine

Aspartate

Cystéine

Glutamate

Glutamine

 

glycine-2Glycine

Le plus simple et le plus petit de tous les acides aminés, et considérée comme « non essentiel » à l’organisme, la glycine revêt pourtant de multiples propriétés médicales, indispensables pour maintenir le corps en bonne santé et améliorer la longévité. Dans l’organisme, ses rôles consistent, entre autres, à assurer le bon fonctionnement du cerveau, stimuler le développement des muscles, favoriser la synthèse de collagène et régénérer les tissus conjonctifs. Ce n’est donc pas étonnant si les scientifiques conseillent la prise de cet acide aminé en complément à l’alimentation. L’apport en glycine fourni par nos régimes alimentaires ne permet pas, en effet, de combler les réels besoins de l’organisme.

>Accéder au dossier Glycine

Proline

Pyrrolysine

Sélénocystéine

Sérine

Tyrosine

error: Content is protected !!