Berbérine

berbérine présentation

Tout savoir sur la Berbérine

berbérineEssentiellement utilisée dans la pharmacopée traditionnelle asiatique, et européenne depuis quelques années, la berbérine est un alcaloïde aux pouvoirs thérapeutiques multiples, connue surtout pour son effet anti-inflammatoire. Ce principe actif attire particulièrement les chercheurs grâce à ses nombreuses qualités, dont la plupart sont encore, malheureusement, méconnues du grand public. Dans le domaine de la phytothérapie moderne, sa commercialisation sous forme de gélule et de comprimé connait de plus en plus de succès. Les prescripteurs la recommandent pour traiter divers maux, entre autres la diarrhée, le diabète et le cholestérol.

Présentation de la berbérine

berberine-poudre
La couleur très jaune de la Berbérine en fait un colorant de premier choix

Comme il a été mentionné au départ, la berbérine est un alcaloïde dérivé de la tyrosine (1) appartenant au groupe des Isoquinolines, des composés naturels présents sous forme de sels d’acides minéraux dans certaines espèces végétales. Cette substance est responsable de la forte coloration jaune de certaines plantes, employées pour teindre le cuir, la laine et le bois. Dans quelques pays du globe, comme l’Inde du nord par exemple, la berbérine est un produit de premier recours en teinturerie. En tant que colorant, son indice de coloration international est le 75160 (2).

La berbérine est identifiée sous la formule chimique de 2,3-methylenedioxy-9,10-dimethoxy-protoberberine (3). Sa masse moléculaire est de 336.36122g/mol. Il a été constaté que sous l’effet de la lumière UV, ce composé naturel émet une couleur jaune fluorescente. Ne pas mélanger cet alcaloïde avec la dihydroberbérine, également un composé de la protoberbérine, mais qui est cependant très puissant, et risque de ne pas être assimilé par l’organisme à forte dose. Des études réalisées sur des rats ont montré qu’une dose de 560 mg/kg de berbérine a les mêmes effets qu’une dose de seulement de 100 mg/kg de dihydroberbérine (4).

Les principales sources de berbérine

La berbérine a été isolée à partir de différentes familles de plante, comme les Papavéracées, les Fumariacées, les Berbéridacées, les Rutacées, les Ranunculacées, et les Annonacées.

berberine-berberis-aristata
Le Berberis aristata, un arbuste très riche en Berbérine

– Dans la famille des Berbéridacées, il y a la fameuse épine-vinette ou le vinettier, un arbuste épineux caduc semi-persistant qui renferme de la berbérine à une importante teneur. Ce composé est surtout présent au niveau de ses racines à hauteur de 5 %, et dans les tiges et les écorces à hauteur de 4,2 % environ (5). Ces différentes parties de la plante sont conseillées en phytothérapie pour leurs propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires.
– Toujours dans la famille des Berbéridacées, il y a aussi le Berberis aristata, un buisson caduc originaire de l’Inde himalayenne. Cette plante se distingue par son écorce jaune à brun vue de l’extérieur, et jaune vif de l’intérieur, en raison de la présence de berbérine à forte quantité, à hauteur de 5 % également. Ses tiges et racines sont utilisées en médecine ayurvédique pour traiter les infections urinaires, de par ses actions antifongiques, antibactériennes et antivirales. (6)
– Dans la famille des Ranunculacées ou Renonculacées, c’est l’Hydraste du Canada qui est connu comme étant une des grandes sources de berbérine, avec une teneur de l’ordre de 6 % (7). Les extraits secs de ses racines sont utilisés par voie interne pour soigner les troubles digestifs, les infections et les inflammations gastro-intestinales ; et par voie externe pour traiter les plaies et les dermatoses, ainsi que pour soulager l’inflammation des muqueuses.
– Également dans la famille des Ranunculacées, le Coptis teeta, demeure la plante la plus riche en berbérine reconnue actuellement, avec une teneur allant de 8 à 9 % (8). Cette plante endémique de l’Est de l’Himalaya est malheureusement en voie de disparition, à cause de la déforestation. C’est une des médications naturelles les plus prescrites en médecine traditionnelle chinoise, pour ses propriétés anti-inflammatoires et antimicrobiennes.

Pharmacologie

Absorption de la berbérine

Les études scientifiques rapportent que la berbérine présente une faible biodisponibilité de moins 5 %, avec environ 0,68 % chez les rats de laboratoires soumis aux expériences (9). Avec une dose journalière oscillant entre 1000 mg et 1500 mg, elle semble avoir néanmoins des effets sur l’organisme (10). Ce qui a conduit les chercheurs à conclure que, une amélioration de l’absorption de la berbérine permet de réduire légèrement la dose à prendre, sans diminuer cependant les effets sur la santé. Le glycoprotéine-P, ou P-GP, de l’intestin et du foie semble inhiber l’action de cet alcaloïde. Rappelons que la glycoprotéine provoque un phénomène de multi résistance lors de la prise de substances médicamenteuses, en réduisant leur efficacité.

Métabolisme de la berbérine

Des expériences réalisées sur des rats, ayant administré une dose quotidienne de 40 mg/kg de berbérine ont permis d’identifier les quatre métabolites de ce composé, une fois métabolisé, à savoir Berberrubine, Demethyleneberberine, Jatrorrhizine et Thalifendine. Ceux-ci ont été détectés dans le sérum des individus expérimentés, 3 heures après l’ingestion de cette substance. Le mécanisme de fonctionnement de ces métabolites est similaire à celui de la berbérine, mais avec une potentialité toutefois plus faible. (11)

Excrétion de la berbérine

Une étude a démontré qu’une partie des 900 mg de berbérine, pris à raison de 3 fois par jour au moment des repas pendant 3 jours, est excrété par les urines. Trois métabolites y ont été détectés. Le Jatrorrhizine-3-sulfate est le métabolite fortement éliminé, plus que les deux autres, à savoir le Demethyleneberberine-2-sulfate et le Thalifendine-10-sulfate. (12)

Vertus thérapeutiques de la berbérine

Action sur les télomères

La berbérine agit comme un inhibiteur des télomérases, efficace pour bloquer le développement des cellules malignes, selon certaines découvertes scientifiques. Notons que la télomérase permet de rallonger la durée de vie des cellules, or celle-ci est surexprimée dans la majorité de ces cellules cancéreuses. Autrement dit, son utilisation peut donc aider à combattre les différents types de cancer et les tumeurs. (13)

Effet neuroprotecteur

La berbérine semble avoir des bienfaits sur les différentes maladies neurologiques, en raison de sa faculté à traverser la barrière hémato-encéphalique, appelée également hémato-méningée ou hémato-encéphalique (14). Ce qui n’est pas le cas de la plupart des substances médicamenteuses et des molécules actives, qui ont du mal à passer à travers cette barrière physiologique. D’où les nombreuses difficultés rencontrées dans le traitement des troubles neurologiques et nerveux. Cette fonction de protection filtre les éléments assimilés par l’organisme, et n’y laisse passer que les nutriments essentiels à la santé du cerveau.

– Sérotonine : Une dose de berbérine de 5 mg/kg injectée chez des souris pendant 15 jours a stimulé la production de sérotonine, ou 5-hydroxytryptamine, un neurotransmetteur jouant un rôle important dans l’hémostase, la régulation du cycle circadien, mais aussi dans la maitrise des troubles psychiatriques comme la dépression, le stress, et les diverses phobies. Une augmentation de 47 % a été remarquée. En usage orale, il a été constaté une amélioration de 22,8 % environ sur le taux de sérotonine du système nerveux central. (15) (16)
– Mémoire : Une dose de 100 mg/kg de berbérine par jour, prise par voie orale pendant 11 semaines chez des rats a permis d’améliorer significativement leur mémoire. (17)
– Maladie d’Alzheimer : Des analyses ont prouvé que la berbérine pris au quotidien pendant une certaine période a permis d’inhiber l’acétylcholinestérase, le principal composant responsable de la dégradation de l’acétylcholine, qui est un neurotransmetteur chargé de la transmission des messages vers le centre de la mémoire. À noter que ce dernier connait une importante réduction chez les sujets atteints d’Alzheimer. (18) (19)

Actions sur le système cardio-vasculaire

– Tissu cardiaque : D’après des analyses in vitro et in vivo, la prise de 100 mg/kg de berbérine par jour, pendant 2 semaines, chez des rats, a diminué de manière significative les lésions d’ischémie-reperfusion cardiaques, dues à un infarctus. Cette même dose a, par ailleurs, aidé dans la protection du cœur contre l’arythmie. (20)
– Hypercholestérolémie : Chez des personnes souffrant d’hypercholestérolémie, la prise de cet alcaloïde pendant 3 mois a apporté une amélioration sur leur état de santé. Une baisse du taux de LDL de 25 % en moyenne a été aussi constatée. (21)
– Hypertriglycéridémie : Chez des sujets obèses, ayant des taux de triglycéride anormalement élevés, l’administration de 1000 mg de berbérine par jour, pendant 4 semaines, a conduit à une baisse de 16 % (22). Chez un autre groupe d’individus ayant le même problème, une dose journalière de 1500 mg a entrainé une baisse de 23 % du taux de triglycéride (23). Des tests menés sur des personnes diabétiques, ayant également des problèmes d’hypertriglycéridémie, ont montré aussi une baisse significative. Les analyses ont révélé un taux de 0,48 mmol/L, alors que le CI (intervalle de confiance) se trouve entre 0,39 – 0,57 mmol/L.
– Circulation sanguine : Il est connu scientifiquement que la berbérine agit comme un vasodilatateur, aussi bien chez l’Homme (24), que chez les animaux soumis aux expériences (25). En tant que vasodilatateur, la berbérine est capable d’inhiber les substances vasoconstrictrices, de baisser la pression artérielle, d’améliorer le fonctionnement du cœur, ainsi que la perfusion des différents tissus de l’organisme.
– Plaquette : La berbérine est dotée d’une fonction antiplaquettaire, essentielle pour fluidifier le sang et prévenir la formation des caillots sanguins, selon diverses constatations (26). D’autres expériences ont même montré sa capacité à lyser les thrombus qui obstruent les vaisseaux sanguins, à la manière d’une thrombolyse. (24) (27)
– Athérosclérose : Une observation effectuée sur des rats a permis de constater que cet alcaloïde a des effets bénéfiques sur l’athérosclérose. La berbérine protège le cœur des effets néfastes du stress oxydatif, tout en le protégeant des éventuelles lésions des tissus. (28)

Obésité et excès de poids

berberine-minceur
La berbérine représente l’un des moyens naturel les plus efficaces pour mincir

La berbérine peut être également la nouvelle arme pour lutter contre l’obésité et l’excès d’embonpoint. Lors d’une étude menée sur des patients atteints de syndrome métabolique, ou syndrome X, la prise de cette substance tous les jours, à une dose de 300 mg à chaque repas du matin, midi et soir, a favorisé la baisse de l’IMC (Indice de masse corporelle). Les sujets obèses et souffrants d’excès de poids ont vu leurs poids baisser de plusieurs kilos, après 12 semaines de traitement. Quelques centimètres ont été perdus au niveau de la taille. (29)

Toujours chez des personnes obèses, mais en bonne santé, l’ajout de berbérine dans leur alimentation quotidienne d’environ 1500 mg par jour (500 mg à chaque prise) pendant 12 semaines, a également entrainé une importante perte de poids. Selon les résultats, leurs masses corporelles ont baissé en moyenne de 2,3 %, et la masse de graisses de 3,6 % en moyenne. L’apport alimentaire de ces sujets n’a connu aucune modification particulière tout au long de l’expérimentation. (30) La bérbérine est donc un candidat naturel tout particulièrement intéressant pour maigrir.

Immunologie et inflammation

Lors d’une étude in vitro, il a été remarqué que la berbérine à un taux de concentration de 10 à 20 mcg/ml dans le sang agit comme un immunosuppresseur, pouvant être utilisé pour empêcher la réaction du système immunitaire de l’organisme. (31)

À un taux de concentration inférieur à 75 uM, qui est encore non-toxique, la berbérine peut inhiber l’activité des protéines AEBP1, qui empêche l’absorption des LDL oxydés par les macrophages. Ce qui permet aussi de prévenir alors la formation des cellules spumeuses, ou macrophages spumeux gorgés de LDL, qui sont à l’origine des problèmes d’athérosclérose. Leur accumulation sur la paroi artérielle risque, en effet, d’aboutir à une formation de plaque d’athérome. (32)

Interaction avec les hormones

– Testostérone : Les observations scientifiques ont permis de constater que la berbérine peut interagir avec les cytochromes P450 3A4 (ou CYP3A4) et P450 1A2 (ou CYP1A2), en inhibant leurs activités. Ce qui favorise la montée de testostérone. Aucune expérience sur des êtres humains n’a été toutefois effectuée jusque-là. (33)
– Leptine : Lors d’une analyse sur des sujets atteints de syndrome métabolique, l’usage de berbérine pendant 12 semaines à raison de 900 mg par jour, pris en 3 fois au moment des repas, a eu comme effet l’amélioration du rapport leptine (hormone digestive régulatrice des réserves de graisses et de la sensation de satiété)/adinopectine (hormone responsable de la régulation métabolique des lipides et des glucides). (34)
– GLP-1 : Administrée au quotidien pendant 5 semaines chez des rats diabétiques, une dose de 120 mg/kg de berbérine a conduit à une augmentation du taux de GLP-1 (glucagon-like peptide-1), qui est une hormone intestinale ou incrétine qui contrôle aussi la sensation de satiété. Les formes biologiques de cette hormone sont aussi connues pour leur faculté à se lier au récepteur des cellules bêta du pancréas, favorisant ainsi leur prolifération, et à stimuler la sécrétion d’insuline. (35) (36) (37). Autrement dit, la berbérine est bénéfique pour le foie et à la lutte contre le diabète.

Autres bienfaits sur la santé

La berbérine revêt d’autres propriétés thérapeutiques impressionnantes, comme son pouvoir de soulager les troubles digestifs tels que la diarrhée, de protéger l’organisme contre les toxines, ainsi que de réguler le transit intestinal (38) (39). Une expérience à même révélé son action positive sur la maladie de Crohn et l’inflammation du côlon (40).

Berbérine : Posologie

Un dosage journalier de 300 à 900 mg de berbérine est amplement suffisant pour contrôler le taux de sucre sanguin, protéger le système cardio-vasculaire et lutter contre l’excès de poids. À 1 500 mg par jour, on se rapproche déjà d’un surdosage, qui peut causer des effets indésirables (diarrhée, crampes) chez certains sujets sensibles. Rappelons que cette molécule présente un taux d’absorption intestinale très faible chez l’Homme à seulement 5 %, autrement dit également peu métabolisé. Donc, il reste prudent de diviser et d’espacer de quelques heures chaque prise, afin de permettre à ses principes actifs d’agir au niveau de leurs cibles.

La gélule est à prendre 5 minutes environ avant le repas ou pendant sans problème.

À noter : Pous plus d’efficacité, alors opter uniquement pour les petits formats de 300 mg, qui selon les remarques sont plus faciles à assimiler que les gélules de 500 mg.

Berbérine bio ?

Le marché de la phytothérapie ne propose pas de berbérine bio. Comme il a été dit dans les précédents paragraphes, cet alcaloïde est extrait de plantes qui se développent dans son environnement naturel, donc non issu de l’agriculture biologique dont le procédé respecte certaines normes. Autrement dit, il n’est pas possible de trouver un complément alimentaire à base de berbérine avec certification bio, mais cependant des produits dont la fabrication est respectueuse des normes biologiques et environnementales existent.

Tout d’abord, la forme la plus efficace et ayant fait l’objet de nombreux essais cliniques est la berbérine Hcl ou berbérine hydrochloride. Attention à ne pas la mélanger avec de la poudre de «Berbéris », c’est à dire de la plante, dont l’efficacité est très faible.

Il faudra aussi vérifier que le produit est pur à hauteur de 90 % au minimum, sans ajout de substances chimiques qui peuvent réduire son efficacité ou bien de nuire davantage à l’organisme. Pour être sûr de son choix, il est judicieux de privilégier les marques qui adoptent des techniques d’extraction « VERTES » ou « GREEN EXTRACTION » pour isoler leurs molécules. Ces procédés, dits « éco-extraction », utilisent d’autres méthodes plus saines ou des solvants alternatifs issus de la bio-raffinerie du végétal, pour extraire les molécules au lieu des solvants pétroliers. Les produits obtenus à partir de ces procédés propres sont exempt de toutes substances chimiques et toxiques.

Où acheter de la Berbérine ?

Après avoir comparé les compléments alimentaires commercialisés sur le marché, l’équipe de Santescience.fr a porté son choix sur la marque Dynveo®. Les gélules de berbérine proposées par ce label répondent à ces différents critères, à savoir une dose de 300 mg facile à assimiler et métaboliser par l’organisme, une pureté à hauteur de 98 % grâce au procédé éco-extraction, une poudre de berbérine Hcl sans additif, OGM, ni excipient.

 

Références :

1. Park SU, Facchini PJ (June 2000). Agrobacterium rhizogenes-mediated transformation of opium poppy, Papaver somniferum l., and California poppy, Eschscholzia californica cham., root cultures. Journal of Experimental Botany. 51(347): 1005–16.doi:10.1093/jexbot/51.347.1005.
2. B3251 Berberine chloride form. Sigma-Aldrich. 2013. Retrieved 2 Aug 2013.
3. Chen J, et al Analysis of major alkaloids in Rhizoma coptidis by capillary electrophoresis-electrospray-time of flight mass spectrometry with different background electrolytes. Electrophoresis. (2008)
4. Turner N, et al Berberine and its more biologically available derivative, dihydroberberine, inhibit mitochondrial respiratory complex I: a mechanism for the action of berberine to activate AMP-activated protein kinase and improve insulin action. Diabetes. (2008)
5. Grycová L, Dostál J, Marek R Quaternary protoberberine alkaloids. Phytochemistry. (2007)
6. Vuddanda PR, Chakraborty S, Singh S Berberine: a potential phytochemical with multispectrum therapeutic activities. Expert Opin Investig Drugs. (2010)
7. Avula B, Wang YH, Khan IA Quantitative determination of alkaloids from roots of Hydrastis canadensis L. and dietary supplements using ultra-performance liquid chromatography with UV detection. J AOAC Int. (2012)
8. Singh IP, Mahajan S Berberine and its derivatives: a patent review (2009 – 2012). Expert Opin Ther Pat. (2012)
9. Pan GY,et alInhibitory action of berberine on glucose absorption. Yao Xue Xue Bao. (2003)
10. Chen W, et al Bioavailability study of berberine and the enhancing effects of TPGS on intestinal absorption in rats.AAPS PharmSciTech. (2011)
11. Zuo F,et al Pharmacokinetics of berberine and its main metabolites in conventional and pseudo germ-free rats determined by liquid chromatography/ion trap mass spectrometry. Drug Metab Dispos. (2006)
12. Pan JF,et alIdentification of three sulfate-conjugated metabolites of berberine chloride in healthy volunteers’ urine after oral administration.Acta Pharmacol Sin. (2002)
13. Neidle SHuman telomeric G-quadruplex: the current status of telomeric G-quadruplexes as therapeutictargets in human cancer. FEBS J. (2010)
14. Wang X, et al The uptake and transport behavior of berberine in Coptidis Rhizoma extract through rat primary cultured cortical neurons. Neurosci Lett. (2005)
15. Kulkarni SK, Dhir A. On the mechanism of antidepressant-like action of berberine chloride. Eur J Pharmacol. (2008)
16. Berberine produces antidepressant-like effects in the forced swim test and in the tail suspension test in mice.
17. Kalalian-Moghaddam H, et al Hippocampal synaptic plasticity restoration and anti-apoptotic effect underlie berberine improvement of learning and memory in streptozotocin-diabetic rats. Eur J Pharmacol. (2013)
18. Huang L, et al. Berberine derivatives, with substituted amino groups linked at the 9-position, as inhibitors of acetylcholinesterase/butyrylcholinesterase. Bio org Med Chem Lett. (2010)
19. Jung HA, et al. Anti-Alzheimer and antioxidant activities of Coptidis Rhizoma alkaloids. Biol Pharm Bull. (2009)
20. Chang W, et al. Berberine Attenuates Ischemia-Reperfusion Injury Via Regulation of Adenosine-5′-monophosphate Kinase Activity in Both Non-ischemic and Ischemic Areas of the Rat Heart. Cardiovasc Drugs Ther. (2012)
21. Kong W, et al. Berberine is a novel cholesterol-lowering drug working through a unique mechanism distinct from statins. Nat Med. (2004)
22. Cicero AF, Rovati LC, Setnikar I. Eulipidemic effects of berberine administered alone or in combination with other natural cholesterol-lowering agents. A single-blind clinical investigation. Arzneimittelforschung. (2007)
23. Hu Y, et al. Lipid-lowering effect of berberine in human subjects and rats. Phytomedicine. (2012)
24. Lau CW, et al. Cardiovascular actions of berberine. Cardiovasc Drug Rev. (2001)
25. Chun YT, et al.A biochemical study on the hypotensive effect of berberine in rats. Gen Pharmacol. (1979)
26. Huang CG, et al. Effect of berberine on arachidonic acid metabolism in rabbit platelets and endothelial cells. Thromb Res. (2002)
27. Imanshahidi M, Hosseinzadeh H. Pharmacological and therapeutic effects of Berberis vulgaris and its active constituent, berberine. Phytother Res. (2008)
28. Wang Q, et al. Activation of AMP-activated protein kinase is required for berberine-induced reduction of atherosclerosis in mice: the role of uncoupling protein 2.PLoS One. (2011)
29. Yang J, et al. Berberine improves insulin sensitivity by inhibiting fat store and adjusting adipokines profile in human preadipocytes and metabolic syndrome patients. Evid Based Complement Alternat Med. (2012)
30. Hu Y, et al. Lipid-lowering effect of berberine in human subjects and rats. Phytomedicine. (2012)
31. Cheng B, et al. Cardiovascular aspects of pharmacology of berberine: I. Alpha-adrenoceptor blocking action of berberine in isolated rat anococcygeus muscle and rabbit aortic strip. J Tongji Med Univ. (1987)
32. Wang Q, et al. Activation of AMP-activated protein kinase is required for berberine-induced reduction of atherosclerosis in mice: the role of uncoupling protein 2.PLoS One. (2011)
33. Wu X, et al. Effects of berberine on the blood concentration of cyclosporin A in renal transplanted recipients: clinical and pharmacokinetic study. Eur J Clin Pharmacol. (2005)
34. Pham TP, Kwon J, Shin J. Berberine exerts anti-adipogenic activity through up-regulation of C/EBP inhibitors, CHOP and DEC2. Biochem Biophys Res Commun. (2011)
35. Holst JJ, Gromada JRole of incretin hormones in the regulation of insulin secretion in diabetic and nondiabetic humans. Am J Physiol Endocrinol Metab. (2004)
36. Li J1, et al. Berberine represses DAXX gene transcription and induces cancer cell apoptosis. Lab Invest. (2013)
37. Marverti G1, et al. Modulation of the expression of folate cycle enzymes and polyamine metabolism by berberine in cisplatin-sensitive and -resistant human ovarian cancer cells. Int J Oncol. (2013)
38. Xavier RJ, Podolsky DK. Unravelling the pathogenesis of inflammatory bowel disease. Nature. (2007)
39. Zhang M, et al. Evidence for the complementary and synergistic effects of the three-alkaloid combination regimen containing berberine, hypaconitine and skimmianine on the ulcerative colitis rats induced by trinitrobenzene-sulfonic acid. Eur J Pharmacol. (2011)
40. Kawashima K, et al. Pharmacological properties of traditional medicine (XXIX): effect of Hange-shashin-to and the combinations of its herbal constituents on rat experimental colitis. Biol Pharm Bull. (2004)