Huile de krill et cholestérol

Dotée de multiples vertus thérapeutiques, l’huile de krill agit efficacement sur le cholestérol. Portant dangereusement atteinte aux artères, cette graisse naturelle peut entraîner des complications cardiovasculaires fatales et représente une cause importante de décès (1). Consommer régulièrement de l’huile de krill apparaît comme étant un moyen ingénieux et extrêmement simple de préserver sa santé. Quels sont tous ses bienfaits sur les lipides sanguins ?huile de krill cardio

Se mettre à l’abri des maladies cardiovasculaires

L’alimentation moderne n’est pas toujours bien adaptée à notre mode de vie actuelle. En conséquence, le cholestérol devient un fléau qui touche de plus en plus de personnes. Cette graisse dépose des plaques d’athérome dans les artères et en s’accumulant, cette hyperlipidémie finit par ralentir le flux sanguin, voire l’interrompre. L’athérosclérose épaissit et durcit les parois des artères, conduisant directement aux infarctus du myocarde et aux accidents vasculaires cérébraux. Il va sans dire que les victimes ne s’en sortent pas toujours indemnes et peuvent devenir invalides, sans parler de la qualité de vie qui s’en trouve nécessairement altérée. Pour protéger votre santé, l’huile de krill devient votre meilleure alliée au quotidien.

Une source importante d’oméga 3

huile de krill omega 3L’étude Altern Med Rev menée en 2004 a évalué les effets de l’huile de krill sur les lipides sanguins que sont les triglycérides, les lipoprotéines de basse densité LDL, et les lipoprotéines de haute densité HDL. Il en ressort que l’huile de Krill réduit significativement le taux de LDL et de triglycérides, tout en augmentant et les niveaux de HDL (2). Les médecins sont aujourd’hui formels, pour éviter l’athérosclérose, il est fondamental de contrôler les taux de triglycérides ainsi que celui du mauvais cholestérol LDL et du bon cholestérol HDL. Ils recommandent alors de consommer quotidiennement des acides eicosapentaénoïque EPA et docosahéxaénoïque DHA fortement concentrés dans l’huile de krill (3) (4). Outre le fait que les acides gras oméga 3 sont hautement biodisponibles, l’huile de krill ne contient pas de méthylmercure, un polluant présent dans l’huile de poissons pourtant elle aussi riche en oméga 3. Par ailleurs, l’huile de krill est la seule à posséder ses oméga 3 sous forme de phospholipides, ce qui en augmente leur biodisponibilité et leur stabilité contre le rancissement. Ainsi, il est nettement préférable de se tourner vers l’huile de krill qui ne pourra que vous assurer une parfaite santé jour après jour (5).

Une efficacité optimale

Dans l’étude Altern Med Rev, une centaine de volontaires ont fait une cure d’huile de krill de trois mois (6). En avalant au quotidien 3 g d’huile de poissons, le taux de LDL a chuté de 4,5 %, alors que celui de HDL s’est accru de 4,2 %. Quant aux triglycérides, leur taux a été réduit de 3,2 %. Les résultats sont beaucoup plus impressionnants du côté des participants ayant consommé de 1 g à 1,5 g d’huile de krill. En effet, la réduction du taux de LDL a atteint 33,9 %, tandis que l’augmentation du taux de HDL a augmenté de 43,3 %. S’agissant du taux de triglycéride, la baisse fut tout de même de 13,6 %, pour culminer à 27 % chez les volontaires qui ont ingéré 2 g d’huile de krill. Ainsi, un faible dosage quotidien d’huile de krill suffit à prévenir efficacement les pathologies cardiovasculaires, rendant l’huile marine la plus performante dans la régulation du cholestérol.

Une composition unique

La forme de phospholipides des acides gras EPA et DHA de l’huile de krill est exceptionnelle. En effet, ce type d’oméga 3 contrôle mieux les lipides que lorsqu’ils prennent la forme de triglycérides. Dans le même temps, ils améliorent considérablement la concentration en oméga 3 polyinsaturés dans le cerveau (7) et le cœur (8). Ainsi, la consommation quotidienne d’huile de krill sous forme de complément alimentaire diminue fortement le risque de mortalité après un AVC ou encore un infarctus du myocarde. Enfin, l’huile de krill comporte un redoutable antioxydant appartenant à la famille des caroténoïdes. Il s’agit du astaxanthine, qui se révèle être extrêmement bénéfique dans la protection du muscle cardiaque (9).

 

Sources:

1. 2733e session du Conseil Emploi, Politique sociale, Santé et Consommateurs, 1 et 2 juin 2006, Luxembourg
2. Altern Med Rev 2004, 9(4):420-428
3. A statement for healthcare professionals, Nutrition Committee of the American Heart Association, Stroke 2000
4. Mediterranean diet, traditional risk factors, and the rate of cardiovascular complications after myocardial infarction, Final report of the Lyon Diet Heart Study. Circulation 1999
5. Intake of mercury from fish, lipid peroxidation, and the risk of myocardial infarction and coronary, cardiovascular, and any death in eastern Finnish men. Circulation 1955
6. Altern Med Rev 2004, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=Altern+Med+Rev+2004%3B9(4)%3A420428
7. Influence of the physiocochemical form of polyunsaturated fatty acids on their in vivo bioavailability; 94th Annual AOCS Meeting & Expo PHO1: Phospholipids for Improving Bioavailability Chair: Michael Schneider, Consultant, Germany
8. Lipids Health Dis. 29 décembre 2011, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=Lipids+Health+Dis.+2011+Dec+29%3B10%3A245
9. Molecules, 20 février 2012, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=Molecules.+2012+Feb+20%3B17(2)%3A203048