Aménorrhée

Présentation de l’aménorrhée

L’aménorrhée peut être définie comme étant la diminution, voire l’absence de flux menstruel chez une femme. Cette absence de règles se décline en deux types, dont : l’aménorrhée primaire qui se caractérise par l’absence de menstruation chez une femme de plus de 16 ans n’ayant jamais eu ses règles, autrement dit le premier écoulement menstruel n’est jamais survenu ; et l’aménorrhée secondaire qui est une diminution ou une absence de flux menstruel pendant plus de 3 mois chez une femme ayant eu un cycle normal. Il peut, en outre, s’agir d’une aménorrhée dite provoquée dans le cas où la femme suit un traitement hormonal.

Aménorrhée
Aménorrhée : diminution ou absence du flux menstruel

Causes de l’aménorrhée

Nombreuses peuvent être les causes de ce trouble.

Dans le cas d’une aménorrhée primaire, il peut s’agir
– d’une malformation de l’appareil génital telles qu’une atrophie du vagin, une occlusion de l’hymen, ou une cloison transversale du vagin.
– une affection telle qu’une tuberculose génitale pubertaire.
– du syndrome de Rokitansky-Küster-Hauser qui est une anomalie caractérisée par l’absence totale ou partielle de l’utérus ou du vagin.
– du syndrome de féminisation testiculaire qui est un type de pseudohermaphrodisme masculin. Il s’agit d’une pathologie au niveau des tissus récepteurs d’androgène engendrant des anomalies de différenciation sexuelle.

La forme dite secondaire peut s’expliquer par
– une grossesse
– une absence des règles due à l’allaitement après accouchement
– la ménopause qui peut être précoce
– un signe du syndrome de Stein-Leventhal
– un syndrome de Sheehan suite à un accouchement difficile
– une tumeur au niveau du cortex de la glande surrénale
– une malnutrition ou dénutrition accompagnée d’une perte de poids
– une anorexie mentale
– des troubles d’ordre intellectuel ou sentimental qui peuvent inhiber le fonctionnement normal de l’hypothalamus
– une cessation des règles chez les femmes athlètes causée par un dysfonctionnement dans la sécrétion de LH
– une ovariectomie ou une hystérectomie
– une affection, tels qu’un cancer, tuberculose, cirrhose
– une pathologie endocrinienne, telles que celle d’Addison, de Cushing.
– une synéchie qui est une séquelle d’avortement.

Manifestations de l’aménorrhée

Son principal symptôme est l’absence de règle. D’autres signes peuvent, toutefois, accompagner cette cessation de menstruation, entre autres bouffées de chaleur dans le cas de la ménopause, susceptibilité, saut d’humeur.

Traitements de l’aménorrhée

Le traitement va dépendre de la cause d’absence des règles elle-même.

Dans le cas de la forme primaire,
– les spécialistes suggèrent qu’une malformation génitale devra faire l’objet d’une opération chirurgicale. (1)
– une maladie infectieuse nécessite le traitement de l’infection elle-même.
– un syndrome de féminisation testiculaire sera traité par une ablation des testicules et par un traitement à base d’œstroprogestatif.(2)

S’il s’agit de la forme secondaire,

– une ménopause précoce devra faire l’objet d’un traitement substitutif œstroprogestatif. (3)
– le traitement du syndrome de Sheehan est substitutif selon les spécialistes, combinant à l’œstroprogestatif, de l’hydrocortisone et des extraits thyroïdiens (4)
– une anorexie mentale sera prise en charge à un niveau psychiatrique. (5)
– une absence de menstruations due à une pathologie nécessite le traitement même de cette dernière.
– une synéchie sera traitée par opération chirurgicale. (6)

Références

(1) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), « Item 296 : Aménorrhée : Aménorrhée primaire. », Université Médicale Virtuelle Francophone, 2010-2011.
(2) Savey L, Nizard J., « Aménorrhée » Encyclopédie Médico-chirurgicale : Gynécologie », 2001; 156A10.
(3) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), « Item 296 : Aménorrhée : Amenorrhee secondaire. », Université Médicale Virtuelle Francophone, 2010-2011.
(4) Bourcigaux N, Christin Maitre S., « Aménorrhées », AKOS, Encyclopédie Pratique de Médecine. 2007; 30630.
(5) Lachowsky M, Winaver D., « Aménorrhées psychogènes », Gynécologie Obstétrique & Fertilité. 2007 Jan ; 35(1):4548.
(6) Young J., « Aménorrhées », Encyclopédie Médico-Chirurgicale : Endocrinologie Nutrition. 2010; 10027B50.