Anémie

Présentation de l’anémie

L’anémie est une baisse anormale du taux d’hémoglobine contenu dans le sang. Ce qui entraîne alors la diminution de la dose d’oxygène qui parvient au niveau des différents tissus et organes du corps. Cette anomalie peut être due soit à une perte de sang important, soit à un accroissement de la destruction de globules rouges, soit à une baisse de la production de globules rouges. Dans les deux premiers cas, on parle d’anémie régénérative ou périphérique, tandis que le troisième cas s’agit d’anémie centrale.

Anémie
Anémie : baisse du taux d’hémoglobine dans le sang

Causes de l’anémie

Les causes de ce problème sont diverses.
– une carence profonde en fer, qui est la plus fréquente
– une malnutrition
– une carence en vitamine B12 ou B9
– une perte de sang importante
– une hémorragie
– une perte de sang occulte notamment en cas de cancer du côlon
– une anémie hémolytique acquise qui est une hyper-hémolyse ou une destruction exagérée des globules rouges, due à une réaction immunitaire, une toxine dans le sang ou une infection.
– une anémie hémolytique congénitale telle que la maladie de Cooley ou thalassémie, qui est une maladie génétique entrainant un déficit dans la synthèse d’hémoglobine.
– une anémie hémolytique auto-immune qui se caractérise par la destruction des globules rouges par les propres anticorps du sujet.
– une splénomégalie, qui est un doublement anormal du volume de la rate piégeant les globules rouges.
– une drépanocytose, une pathologie héréditaire qui détruit l’hémoglobine.
– une anomalie au niveau de la moelle osseuse, telle qu’une aplasie médullaire.

Symptômes et risques

On reconnaît habituellement un cas d’anémie par ces symptômes :
– une pâleur au niveau de la peau ou des muqueuses
– une tachycardie ou accélération du pouls à l’effort au départ, puis même au repos
– des acouphènes et des phosphènes
– des vertiges et des maux de tête
– une asthénie ou fatigue notamment si le problème est dû à une carence en fer.

Dans des cas d’anémie brutale et ou profonde, il peut se produire une angine de poitrine, un infarctus voire un coma.
La baisse anormale du sang peut, en outre, aggraver des maladies cardiovasculaires préexistantes, telle qu’une insuffisance coronarienne.

Traitements de l’anémie

Le traitement se fait en fonction de ses causes.
– en cas d’anémie ferriprive ou due à une carence en fer, le traitement est la thérapeutique martiale qui consiste en l’administration de fer sous forme chélatée par voie orale. Elle peut se faire par injection intramusculaire dans des cas particuliers.(1)
– dans les cas d’urgence, le manque de sang est traité par transfusion sanguine. (2)
– des transfusions sanguines périodiques pour maintenir le taux d’hémoglobine à un certain niveau sont parfois pratiquées dans les cas de thalassémie.
– une splénectomie ou ablation de la rate peut être indiquée en cas de forme hémolytique causée par une splénomégalie et une thalassémie.
– une thalassémie majeure, une drépanocytose, une aplasie médullaire (3) et autres cas d’anémies graves peuvent nécessiter une transplantation de moelle.
– les anémies hémolytiques acquise et auto-immune (4) sont traitées par corticothérapie.

Références

(1) Lopez A, Cacoub P, Macdougall IC, Peyrin-Biroulet L, « Iron deficiency anaemia », Lancet, 2016 ; 387:907–916.
(2) Goodnough LT, Levy JH, Murphy MF, « Concepts of blood transfusion in adults », Lancet, 2013 ; 381:1845-1854.
(3) Haute Autorité de Santé, « Aplasies médullaires, protocole national de diagnostic et de soins pour une maladie rare. », Guide maladie chronique – Protocole national de diagnostic et de soins, 2009.
(4) « L’anémie hémolytique auto-immune. », Encyclopédie Orphanet grand public.