Appendicite

Présentation de l’appendicite

Appendicite, inflammation brusque de l'appendice
Appendicite, inflammation brusque de l’appendice

L’appendicite désigne l’inflammation brusque d’une excroissance du cæcum appelée appendice. Il s’agit d’un diverticule d’environ 10 cm de long et qui est localisé au début du côlon, soit dans la partie droite du bas du ventre. Cet organe abrite une flore de bonnes bactéries et est connu comme sécrétant certains anticorps. Lors de cette affection, il peut y avoir une simple irritation de l’appendice, une tuméfaction ou parfois même son nécrose. La plus grande complication serait alors la rupture de ce prolongement du cæcum avec un risque de péritonite, pouvant être très dangereuse voire mortelle.

Cette maladie touche particulièrement les individus âgés de 10 à 20 ans. Elle survient rarement chez les enfants et les sujets de plus de la trentaine. Une légère prédominance masculine a été, en outre, observée pour ce qui est de sa prévalence.

Causes de l’appendicite

Certains facteurs sont connus comme pouvant être à l’origine d’une inflammation aiguë de l’appendice. Parmi ceux-ci, il y a :

Infection telle que par Escherichia coli ;
– Anomalie congénitale au niveau de l’appendice ;
– Ingestion d’arête de poisson ;
– Ingestion accidentelle de substances non comestibles telle que sable, argile, bois, pépins ou noyaux de fruits ;
– Lors de certaines maladies telles que des troubles du comportement alimentaire dont notamment le pica ;
– Obstruction de l’appendice par des matières fécales ;
– Présence de vers intestinaux ;
– Tuméfaction des ganglions de l’appendice ;
– Présence de néoplasies malignes ou bénignes qui obstruent l’appendice ;
– Ingestion d’objet tranchant ou pointu tel qu’une aiguille, épingle, cure dent ;
– Intoxication à des métaux lourds ;
– Consommation de gibier chassé au fusil utilisant des munitions à plomb parfois additionné d’arsenic, d’antimoine et de bismuth. Des fragments de ces métaux peuvent en effet se retrouver dans les viandes qui vont alors s’accumuler dans les intestins et appendice de ceux qui en consomment.

Manifestations de l’appendicite

Manifestations de l'appendicite : fièvre, douleur de plus en plus intense, tachycardie, nausée, vomissement, ...
Manifestations de l’appendicite : fièvre, douleur de plus en plus intense, tachycardie, nausée, vomissement, …

Une inflammation de l’appendice peut être aiguë, d’installation rapide et soudaine, ou chronique selon sa forme. Dans ce dernier cas, elle est également appelée typhlite.

Cette affection peut être reconnue par certains symptômes dont :

Fièvre légère ;
– Douleur soudaine ressentie d’abord autour du nombril puis s’étendant vers la partie inférieure droite du ventre, au niveau de l’appendice ;
– Douleur s’accentuant en quelques heures ;
– Douleur exacerbée au mouvement comme à la marche, toux, inspiration ;
– Douleur plus intense lors d’un brusque retrait d’une pression exercée au niveau de l’appendice ;
– Tachycardie ;
Nausées ;
– Vomissements ;
Diminution de l’appétit ;
Flatulence ;
Diarrhée ou constipation selon le cas ;

Un arrêt soudain de la douleur suivi d’un ballonnement et d’une rigidité rapide du ventre peuvent être les signes d’une péritonite. Il s’agit d’une urgence nécessitant une intervention médicale immédiate car peut être fatale.

Traitements de l’appendicite

En l’absence d’une prise en charge immédiate, une inflammation de l’appendice peut être mortelle. Parmi les remèdes reconnus à ce jour pour traiter cette affection, il y a notamment :

– Le traitement classique de cette affection est l’appendicectomie. Elle consiste en l’ablation de l’appendice au travers d’une incision pratiquée au niveau de l’abdomen. Dans les quelques cas chroniques, il convient de ne pratiquer l’intervention qu’en dehors des périodes de crises (1) ;
– Une alternative à la chirurgie classique est la cœlioscopie. L’avantage de cette intervention est qu’aucune incision n’est pratiquée sur l’abdomen. Toutefois, en cas de complication telle qu’une hémorragie, il peut quand même être nécessaire d’ouvrir l’abdomen du sujet (2) ;
– Des études avancent, en outre, l’efficacité d’une antibiothérapie dans certains cas d’inflammation de l’appendice. Ce qui a permis dans plus de 80% des cas observés d’éviter l’intervention chirurgicale (3) ou de ne pratiquer celle-ci que plus tard (4) ;
Le pourpier (Portulaca oleracea), connu depuis des années pour ses bienfaits particulièrement en cas d’affection de l’appareil digestif, est également utilisé en Chine pour prendre en charge une inflammation de l’appendice (5) ;
En cas de typhlite, une étude met en évidence l’efficacité d’une cure de jeûne. Ce traitement permet, en effet, de rétablir la flore naturel des intestins et d’inhiber la prolifération des germes nocifs. Il favorise également l’évacuation des matières fécales même les plus solides qui peuvent avoir stagné dans les intestins depuis longtemps (6).

Références

(1) Wilms I. et al, « Appendectomy Versus Antibiotic Treatment for Acute Appendicitis » , Cochrane catabase of systematic reviews 2011.
(2) Masoomi H, et al., « Laparoscopic appendectomy Trends and Outcomes in the United States : Data from the Nationwide Inpatient Sample (NIS)», 2004-2011, Am Surg, 2014.
(3) Vons C, et al. « Amoxicillin plus Clavulanic Acid versus Appendicectomy for Treatment of Acute Uncomplicated Appendicitis : an Ipen-label, Non-inferiority, Randomised Controlled Trial.», Lancet, 2011.
(4) Grönroos JM et al. , « Antibiotic therapy vs appendectomy for treatment of uncomplicated acute appendicitis : The APPAC randomized clinical trial », JAMA , Vol. 313, No 23, 2015.
(5) « Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1.
(6) Vivini Y., « Le jeûne et les traitements naturels – La bouffe ou la vie.», 1970

error: Content is protected !!