Augmentation de l’appétit

Présentation de l’augmentation de l’appétit

L’augmentation de l’appétit se caractérise par une envie de manger une plus grande quantité, voire excessive de nourriture que d’habitude. Elle peut être passagère ou non et se manifester par des crises intermittentes. À moins que l’augmentation de l’appétit ne soit le résultat d’un effort physique important, elle peut alors être le symptôme d’un trouble ou d’une maladie. Dans tel cas, le besoin d’ingérer de la nourriture ne s’accompagne pas toujours nécessairement d’une sensation de faim ou à l’inverse, aucune sensation de satiété ne parvient à être ressentie malgré la nourriture importante ingérée.

En général, ce trouble conduit toujours à une prise de poids plus ou moins importante à moins qu’il ne soit d’origine parasitaire.

Causes de l’augmentation de l’appétit

Augmentation de l'appétit
Augmentation de l’appétit : une envie de manger en plus grande quantité que d’habitude

Les causes d’une augmentation de l’appétit sont diverses.

hypoglycémie, telle qu’après un effort physique important ;
– sevrage tabagique, l’arrêt de la nicotine conduit souvent à une augmentation de l’appétit ;
– présence de vers intestinaux du type ténia, dans ce cas aucune prise de poids n’est observée ;
– lors ou après une diarrhée ;
– augmentation de la production de la ghréline, une hormone digestive qui a pour rôle de stimuler l’appétit ;
– manque de sommeil, qui engendre en même temps une plus grande production de ghréline au niveau de l’estomac et du pancréas ;
syndrome prémenstruel chez certaines femmes ;
– prise de certains médicaments ou de contraceptifs oraux ;
– signe précurseur du diabète ; dans ce cas, la polyphagie s’accompagne d’asthénie et de polydipsie ;
– pathologie au niveau de l’appareil digestif ;
– troubles endocriniens, dont une hyperthyroïdie ;
– dysfonctionnement de l’hypothalamus ;
– troubles psycho-émotionnels tel qu’en cas de boulimie ;
– syndrome d’hyperphagie incontrôlée ;
– obsession de manger.

Complications de l’augmentation de l’appétit

Les complications d’une augmentation de l’appétit varient suivant la nature et la gravité de celle-ci.

– asthénie ou fatigue due à la sollicitation exagérée de l’estomac ;
– irritabilité et susceptibilité ;
– œsophagite ou inflammation au niveau de l’œsophage ;
– rupture gastrique ;
– insomnie ;
– dépression et anxiété ;
– renversement vers une anorexie ;
– prise de poids voire obésité.
Cette dernière engendrera d’autres maux.
– hypertension artérielle ;
– troubles cardiaques ;
– cholestérol ;
– diabète ;
– arthrose ;
– syndrome de l’apnée du sommeil.

Traitements de l’augmentation de l’appétit

Le traitement d’une augmentation de l’appétit dépend de sa cause.

– si l’augmentation de l’appétit est due à une pathologie, le traitement devra se concentrer sur la cure de celle-ci ;
– si elle est d’origine mentale, due notamment à une obsession de vouloir tout simplement manger ou suite à l’arrêt de nicotine, l’utilisation de coupe-faim peut être envisageable dont l’eau. La prise de 2 litres d’eau par jour peut combler la sensation de faim tout en assurant une bonne hydratation du corps ;
– ajouter des aliments consistants, telles que les noix, au cours des trois repas principaux peut efficacement aider à réduire la quantité de nourriture à ingérer et à éviter les grignotages ;
– dans les cas des troubles psychologiques, de nombreuses études ont prouvé l’efficacité d’une approche par thérapie cognitivo-comportementale pour traiter une augmentation anormale de l’appétit (1) ;
– les résultats des thérapies familiales de groupe (2) se sont également révélés satisfaisants ;
– d’autres études suggèrent des prescriptions nutritionnelles personnalisées afin de réduire l’envie de manger excessivement (3).

Références :

(1) Fairburn C, Cooper Z, Shafran R., « Cognitive behaviour therapy for eating disorders: a « transdiagnostic » theory and treatment », Behaviour research and therapy, 2003 ; 41(5):509-28.
(2) Tantillo M., « A relational approach to eating disorders multifamily therapy group : Moving from difference and disconnection to mutual connection », Families, Systems, & Health, 2006 ; 24(1):82-102.
(3) Cassuto D.A, « Le conseil nutritionnel de l’enfant obèse. », Cahiers de Nutrition et de Diététique, vol.36. No2, 2001, 16/02/08, Doi : CND-04-2001-02-36-0007-9960-101019-ART9.