Cancer

Présentation du cancer

Un cancer est une pathologie qui se manifeste par une multiplication anormale d’une population de cellules issue d’une cellule ayant subi une mutation au niveau d’un gène qui régule la prolifération cellulaire.

Cancer : c'est quoi ?
Cancer : c’est quoi ?

A la différence d’une cellule saine, ces cellules anormales détiennent des propriétés spécifiques.

– une capacité à se multiplier indéfiniment ;
– une capacité à se proliférer sans stimulus provenant des proto-oncogènes ;
– une capacité anormale de générer d’angiogenèse pour assurer leur survie, qui est l’apparition de nouveaux vaisseaux sanguins à partir des anciens ;
– une capacité à migrer en passant dans les vaisseaux sanguins. Dans ce cas, elles vont générer des métastases ;
– une insensibilité au stimulus anti-prolifératif envoyé par les gènes suppresseurs de tumeurs ;
– une suppression du mécanisme d’apoptose ou de l’auto-destruction cellulaire.

Selon le type, cette pathologie peut se développer sur place et entrainer la compression des tissus adjacents ou se proliférer à distance du foyer initial pour créer des métastases.

Causes du cancer

Les gènes régulateurs de la prolifération cellulaire qui sont les gènes suppresseurs de tumeurs qui sont les freins, les proto-oncogènes ou les accélérateurs, et les gènes de réparation des lésions de l’ADN peuvent subir des mutations sous diverses causes.

– les prédispositions génétiques activées par certains facteurs tels que l’alcoolisme, tabagisme, obésité ;
– des gènes hérités d’une mauvaise hygiène de vie des ascendants ;
– une mauvaise habitude alimentaire telle que la consommation de viandes et poissons transformés, fumés ou cuits au contact de la flamme, de viande rouge, de produits conservés en saumure acide, de sucre, de produits à haut indice glycémique, de fritures, et de matières grasses ;
– les résidus de pesticides et de métaux lourds contenus dans les produits alimentaires ;
– une infection par des micro-organismes ;
– les troubles hormonales ;
– l’exposition aux ultraviolets du soleil ;
– l’exposition à des éclairages artificiels pouvant susciter des perturbations hormonales ;
– la pollution radioactive.

Symptômes du cancer

Les symptômes varient selon le type, le stade et l’organe concerné.

– asthénie et amaigrissement ;
– apparition de ganglions à certains endroits, tel que sur le cou dans le cas d’un cancer de poumon ; au niveau des aisselles pour un cancer du sein ;
– présence d’une masse de la taille d’un petit pois dans le sein, écoulement du mamelon, douleur, peau qui pèle ou apparition d’une tache rouge dans le cas d’un cancer de sein ;
– augmentation de volume de la bourse due à la présence d’une masse dans le cas d’un cancer du testicule ;
– envie fréquente ou difficulté à uriner, sensation de brûlure et présence de sang dans l’urine, douleur à l’éjaculation et à la miction, douleur au bas du dos ou en haut des cuisses dans le cas d’un cancer de la prostate ;
– douleurs abdominales, anomalies dans le transit intestinal dans le cas d’un cancer du côlon.

Traitements du cancer

Davantage ce problème est dépisté plus tôt, mieux il peut être traité avec moins de risque de récidive.

une récente étude effectuée en 2011 a démontré qu’une alimentation riche en fibres notamment par la consommation de légumes, de fruits et de céréales entières réduit les risques (1).
– la pratique de jeûne régulier peut non seulement protéger d’un éventuel cancer, mais contribue également dans la guérison des malades (2) ;
– la pratique régulière d’une activité physique constitue une excellente mesure de prévention (3);
– la catéchine contenue dans le chocolat, les vitamines et les anti-oxydants des fruits, des noix et des légumes ont des effets protecteurs (4);
– la propriété protéolytique de la bromélaïne donne à cette enzyme la capacité de détruire l’enveloppe des cellules cancéreuses, les rendant vulnérables face au système immunitaire. La bromélaïne contient, en outre, une molécule qui peut inhiber la prolifération des cellules tumorales. (5)
d’autres études ont démontré que l’arrêt de la consommation de sucre d’une part, qui est un élément essentiel à la survie des cellules cancéreuses, et de la viande d’autre part qui crée un milieu acide dans l’organisme, empêche les cellules cancéreuses de se développer (6).

Références

(1) D. Aune, D.S.M. Chan, R. Lau, R. Vieira, D.C. Greenwood, E. Kampman et T. Norat, « Dietary fibre, whole grains, and risk of colorectal cancer : systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies », BMJ,‎ 2011
(2) Mengmeng Lv, Xingya Zhu, Hao Wang et Feng Wang, « Roles of Caloric Restriction, Ketogenic Diet and Intermittent Fasting during Initiation, Progression and Metastasis of Cancer in Animal Models: A Systematic Review and Meta-Analysis », PLoS ONE, vol. 9,‎ 11 décembre 2014, e115147.
(3) « Physical activity and cancer risk. », Dossier, Prevention and healthy living, Navigating Cancer care.
(4) « OIV, No 62. », Reseau Concept, 2001.
(5) Bodin L., « Les principaux remèdes naturels contre le cancer.», Luc Bodin, 2012.
(6) « Soigner le cancer autrement.», Dossier, La santé naturelle.