Cœur

Présentation du coeur

Le coeur est un organe musculaire ayant pour fonction de pomper le sang vers les vaisseaux sanguins au moyen de contractions rythmiques qu’il effectue. Il est localisé dans la cage thoracique, soit entre les poumons, derrière le sternum et en haut du diaphragme, légèrement décalé vers la gauche.

Coeur
Coeur : organe responsable du pompage du sang vers les vaisseaux sanguins

Le cœur est séparé en deux parties par le septum, permettant de distinguer le cœur gauche et le cœur droit. Chaque partie est à son tour subdivisée en deux cavités, oreillette et ventricule, séparées par une valve.

Chez l’être humain, le cœur peut, à chaque minute, battre entre 60 à 80 fois et permettre un débit sanguin d’environ 5 litres. À la différence des autres muscles du corps, cette faculté qu’il a de se contracter se fait indépendamment d’un stimulus nerveux.

Maladies pouvant affecter le coeur

Diverses sont les pathologies qui peuvent affecter le coeur.

– un arrêt cardiaque qui se caractérise par l’arrêt de la respiration et de la circulation sanguine.
– une insuffisance cardiaque qui est une défaillance du cœur à pomper un volume de sang suffisant pour assurer tout le besoin du corps.
– une coronaropathie qui est une pathologie affectant les artères coronaires, responsables de la vascularisation du cœur. Elle a pour conséquence principale une ischémie du myocarde (débit sanguin insuffisant vers le cœur).

Elle peut se manifester par une angine de poitrine, une simple douleur thoracique qui survient au moment d’un effort ou par un infarctus du myocarde qui est une nécrose (mort des cellules) d’une partie du cœur due à cette obstruction d’une ou plusieurs des artères coronaires.

– un choc cardiogénique qui se caractérise par une chute importante du débit sanguin. La cause principale est l’infarctus du myocarde.
– une arythmie du cœur qui correspond à un rythme plus lent, plus rapide ou irrégulier de la fréquence cardiaque.
– un éréthisme cardiaque qui se caractérise par des palpitations ou une douleur dans les environs du cœur sans causes pathologiques.
– une infection du cœur due à des bactéries ou des virus.
– une cardiopathie congénitale qui est une malformation dès la vie intra-utérine.

Causes des maladies du coeur

Nombreux sont les facteurs qui peuvent être à l’origine des maladies du coeur.

– une intoxication, noyade, traumatisme, et d’autres pathologies cardiaques peuvent conduire à un arrêt cardiaque ;
– une hypertension artérielle ;
– une anémie chronique ;
– une hyperthyroïdie ;
– une carence nutritionnelle telle qu’en vitamine B1 peuvent être à l’origine d’une insuffisance cardiaque ;
– une mauvaise hygiène de vie dont notamment l’alcoolisme et le tabagisme ;
– diabète, cholestérol, obésité ;
– un régime alimentaire carné et trop gras conduisant à une accumulation de gras dans les artères, puis à la formation de plaques d’athérome constitue la cause principale d’une angine de poitrine ;
– la sédentarité ;
– le stress ;
– l’insomnie peut engendrer un infarctus du myocarde ;
– infection bactérienne ou virale, tels qu’en cas d’endocardite et de myocardite.

Traitements des maladies cardiaques

Nombreuses sont les études qui se sont focalisées sur la prise en charge et la prévention au naturel de toute pathologie du cœur.

– plusieurs études s’accordent qu’un meilleur régime alimentaire et une bonne hygiène de vie permettent de réduire de moitié la fréquence des maladies cardio-vasculaires (1). L’on citera notamment un régime privilégiant fruits, noix, légumes et céréales, usant de moins de gras et de sucre.
– selon certaines études, la vitamine D obtenue par une exposition régulière au soleil permet de prévenir un bon nombre de maladies, dont celles pouvant toucher le cœur (2).
la prise de supplément de coenzyme Q10 peut réduire la pression artérielle et donc de prévenir la survenue d’une éventuelle maladie cardiaque (3).
l’ail a été prouvé à plusieurs reprises comme étant plus efficace qu’un médicament anti-hypertenseur (4).
– les flavonols contenus dans le cacao peuvent favoriser la dilatation des vaisseaux sanguins et sont bénéfiques sur la santé cardiométabolique (5).
– l’oméga 3 favoriserait, en outre, la cicatrisation après un infarctus du myocarde (6).

Références

(1) Curtay, J-P., « Nutrithérapie : Bases scientifiques et pratique médicale.», Testez éditions, 2008, ISBN-13: 978-2874610523.
(2) Houssin B., « Vitamine D, mode d’emploi. », Nature et Vitamines, Thierry Souccar Editions, 2011, ISBN-10: 2916878815.
(3) Rosenfeldt FL al., « Coenzyme Q10 in the treatment of hypertension a meta-analysis of the clinical trials.», J Hum Hypertens, 2007 Apr ; 21(4):297-306.
(4) Xiong XJ, Wang PQ, Li SJ, Li XK, Zhang YQ, Wang J., « Garlic for hypertension: A systematic review and meta-analysis of randomized controlledtrials. », Phytomedicine, 2015 Mar 15 ; 22(3):352-61.
(5) Lin X, Zhang I, Li A, Manson JE, Sesso HD, Wang L, Liu S., « Cocoa Flavanol Intake and Biomarkers for Cardiometabolic Health: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials.», J Nutr. 2016 Sep 28. pii: jn237644.
(6) Mayor S. « Fish oil omega 3 fatty acids improve heart muscle recovery after MI, trial shows.», BMJ. 2016 Aug 1;354:i4240. doi: 10.1136/bmj.i4240.PMID: 27486026.