Douleur musculaire

Présentation de la douleur musculaire

Le terme médical désignant tout type de douleur musculaire est la myalgie. Suivant le muscle concerné, ce symptôme peut grandement varier aussi bien sur sa manifestation, sur le niveau de sa gravité que sur son traitement.

Douleur musculaire ou myalgie survient surtout après les activités physiques intenses
Douleur musculaire ou myalgie survient surtout après les activités physiques intenses

Si certains types de myalgie se produit à l’effort, d’autres ne surviennent que quelques heures après les activités physiques. Dans tous les cas, il s’agit d’un signal de fatigue envoyé par les muscles demandant l’arrêt de l’exercice. Si l’effort se poursuit malgré les douleurs, la lésion musculaire peut alors s’aggraver.

Causes d’une douleur musculaire

Les facteurs qui peuvent rendre les muscles douloureux sont multiples.

– Activités physiques intensives ou inhabituelles pouvant conduire à des courbatures. Les douleurs occasionnées n’apparaissent qu’après l’effort et atteignent leur apogée dans les 24 à 72 heures qui suivent ;
– Echauffement négligé avant une activité sportive qui peut être à l’origine de crampes ;
– Syndrome des loges survenant après un développement trop rapide des muscles ou un traumatisme ;
– Traumatisme pouvant causer des contusions ;
– Spasmes musculaires tels qu’en cas de torticolis. Celui-ci survient surtout après un traumatisme, de stress ou en cas d’arthrose cervicale ;
– Claquage des muscles touchant particulièrement les sportifs. Ce type de myalgie se caractérise par une rupture des fibres musculaires avec hémorragie au niveau de la zone lésée ;
– Elongation des muscles due à un étirement trop important ;
– Lombalgie qui est une myalgie dans la région lombaire causée par un effort musculaire ;
– Déshydratation ;
– Carence en certains minéraux dont le potassium et en vitamines du groupe B ;
– Taux d’acide lactique trop élevé ;
– Stress ;
– Diabète ;
– Fièvre ;
– Certaines pathologies, comme le sclérose en plaques et la maladie de Parkinson, peuvent causer des crampes.

Manifestations d’une douleur musculaire

Manifestations de la douleur musculaire:  courbature,
Manifestations de la douleur musculaire: courbature, picotement, raideur, brûlure, …

Suivant la cause, une myalgie peut se manifester de diverses manières et s’accompagner de certains signes.

– Inflammation telle qu’en cas de courbatures ;
– Picotement ;
– Tremblement ;
– Raideur ;
– Brûlure ;
– Contraction subite en cas de crampes ;
– Formation d’hématome s’il y a déchirure ou claquage ;
– Contracture des muscles en boule après élongation et torticolis.

Traitements d’une douleur musculaire

Le traitement d’une douleur au muscle dépendra du facteur causal.

– En cas de contusion, certaines études suggèrent la prise de suppléments de bromélaïne, un groupe d’enzymes contenu dans l’ananas qui a des propriétés anti-inflammatoires (1);
– Un essai clinique mené auprès d’une douzaine de personnes a démontré que l’application locale d’arnica permet d’apaiser les douleurs musculaires ainsi que les contusions (2);
– Selon un bon nombre d’études, la consoude est efficace pour apaiser tout type de myalgie et pour traiter une lombalgie. Elle a également une vertu anti-inflammatoire, pouvant être utilisée en cas de crampe (3);
– Pour d’autres études, le cayenne peut être employé comme traitement complémentaire en cas de lombalgie (4);
– Selon certaines observations, l’application d’une source de chaleur telle qu’une bouillotte dans le dos est plus efficace pour calmer une douleur dans la région lombaire qu’une poche de glace (5) ;
– Une récente étude a avancé l’efficacité de la valériane à réduire l’anxiété. Telle propriété peut être utilisée pour traiter un torticolis causé par le stress (6) ;
– En cas de contracture musculaire, certains essais cliniques suggèrent l’application du lavandin. Utilisée en huile de massage, cette espèce de lavande issue du croisement de la lavande aspic et de la lavande officinale permet de détendre les muscles et apaiser les douleurs (7) ;
– Diverses observations scientifiques avancent, en outre, l’action analgésique du saule blanc pouvant calmer différents types de myalgie dont la lombalgie (8).

Références

(1) Ernst E., « The Complete Book of Symptoms and Treatments. », Element Books Limited, Angleterre, 1998.
(2) European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed), « Arnicae flos, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs.», Centre for Complementary Health Studies, Université d’Exeter, Grande-Bretagne, 1997.
(3) Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J., « Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council. », publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
(4) Mason L, Moore R.A. et al., « Systematic review of topical capsaicin for the treatment of chronic pain.», BMJ., 2004 April 24 ; 328(7446):991.
(5) French SD, Cameron M, Walker BF et al., « A Cochrane review of superficial heat or cold for low back pain.» Spine (Phila Pa 1976). 2006 April 20;31(9):998-1006. Review.
(6) Kennedy D.O., Little W. et al. « Anxiolytic effects of a combination of Melissa officinalis and Valeriana officinalis during laboratory induced stress.», Phytother Res. 2006 Feb;20(2):96-102.
(7) Baudoux D., « L’aromathérapie – Se soigner par les huiles essentielles.», Atlantica, 2001, p. 156-161.34.
(8) Chrubasik S, Eisenberg E. et al., « Treatment of low back pain exacerbations with willow bark extract: a randomized double-blind study.», Am J Med 2000 Jul ; 109(1):9-14.