Endométriose

Présentation de l’endométriose

L’endométriose est une pathologie qui se caractérise par la formation de tissu endométrial en dehors de la cavité utérine. Tout comme l’endomètre, la muqueuse qui tapisse l’utérus, ce tissu anormal reste hormono-sensible et suit la période cyclique. Il se forme puis se désagrège au moment des règles. Le saignement, n’ayant dès lors aucune issue, peut alors irriter les tissus adjacents voire être à l’origine de vésicule ou d’adhérence d’autres organes.

Endométriose, formation de tissu endométrial en dehors de la cavité utérine
Endométriose, formation de tissu endométrial en dehors de la cavité utérine

Cette pathologie est l’explication de plus de la moitié des règles douloureuses et figure parmi les causes les plus fréquentes d’infertilité chez les femmes.

Causes de l’endométriose

La véritable cause de l’endométriose demeure encore inconnue mais un bon nombre d’hypothèses existent, tentant d’éclaircir la survenue de cette maladie.

– Reflux de sang lors des règles vers les trompes et la cavité péritonéale. Certaines cellules endométriales peuvent alors s’enraciner sur le tissu péritonéal ou sur d’autres organes situés à l’extérieur de l’utérus ;
– Transformation anormale de cellules de la cavité abdominale en cellules endométriales sous l’effet de certains facteurs environnementaux ou génétiques ;
– Métastase de cellules endométriales dans d’autres organes. Cette hypothèse suggère que certaines cellules de l’endomètre sont entrainées par la lymphe ou le sang vers d’autres parties du corps et vont s’y greffer ;
– Prédispositions génétiques ;
– Infection virale ;
– Utilisation de tampon augmente le risque d’endométriose du fait de la présence de phtalates dans ces produits.

Manifestation de l’endométriose

La pathologie peut se manifester de 4 façons.

– Nodules superficiels de quelques millimètres qui se forment à la surface des organes affectés dont les ovaires, le péritoine ;
– Nodules profondes mesurant plus de 5 cm et envahissant les organes adjacents tels que le vagin, vessie, rectum, sigmoïde ainsi que certains ligaments;
– Kystes notamment sur les ovaires. Ces kystes sont remplis d’un liquide rougeâtre provenant du sang de l’endométriose. Ils peuvent atteindre plus de 10 cm de diamètre ;
– Adhérence des organes. L’endométriose colle entre les organes à proximité, soit après une infection, soit par inflammation.

L’affection peut, en outre, s’accompagner de certains signes.

Signes de l’endométriose : dyspareunie, règles importantes, douleur dans le bas du ventre, …
Signes de l’endométriose : dyspareunie, règles importantes, douleur dans le bas du ventre, …

Dysménorrhées ou règles douloureuses ;
– Écoulement de sang important lors des règles ;
– Menstruation irrégulière ;
Dyspareunie ou douleur au moment et après les rapports sexuels ;
– Constipation ;
– Envie d’uriner fréquemment ;
– Douleur dans le bas du ventre en dehors des règles ;
– Douleur dans le dos.

Traitements de l’endométriose

La plupart des traitements naturels de l’endométriose visent surtout à apaiser les symptômes.

– Plusieurs chercheurs avancent qu’un régime sain peut réduire les symptômes de la pathologie et prévenir une éventuelle complication. Une étude américaine suggère un régime dit anti-inflammatoire qui consiste surtout à privilégier la consommation de fruits et légumes frais et variés, réduire la prise d’aliments transformés et à éviter les produits animaux issus d’élevage industriel pouvant avoir reçu d’hormones (1) ;
– Certaines études avancent l’utilisation du gingembre qui a une action anti-inflammatoire, pouvant soulager des règles trop douloureuses typique de l’endométriose (2) ;
– Les propriétés antispasmodiques de la valériane sont mises en avant dans d’autres essais cliniques pour apaiser les crampes utérins. Il faudrait toutefois tenir compte des effets sédatifs de cette plante (3) ;
– Pour d’autres études, un mélange d’huiles essentielles de lavande, de clou de girofle, de rose et de cannelle a un effet analgésique. L’utilisation de ce mélange en huile de massage sur le bas ventre permet de calmer et de réduire la durée des douleurs utérines lors des menstruations (4) ;
– D’autres chercheurs suggèrent la prise de suppléments de calcium et de magnésium pour traiter un cas d’endométriose (5).

Références :

(1) Weil A, « Healthy Aging : A lifelong guide to your physical and spiritual well-being.», Éditions Knopf. New York, 2005.
(2) Rahnama P., Montazeri A., Huseini H.F. et al., « Effect of Zingiber officinale R. rhizomes (ginger) on pain relief in primary dysmenorrhea: a placebo randomized trial.», BMC Complement Altern Med, 2012.
(3) Mirabi P., Dolatian M., Mojab F. et al., « Effects of valerian on the severity and systemic manifestations of dysmenorrhea.», Int J Gynaecol Obstet, 2011.
(4) Marzouk T.M, El-Nemer A.M, Baraka H.N, « The effect of aromatherapy abdominal massage on alleviating menstrual pain in nursing students: a prospective randomized cross-over study.», Evid Based Complement Alternat Med, 2013.
(5) Weil A., « Endometriosis, Dr.Weil’s Condition Care Guide.», Health Centers Women, Healthy Lifestyle Brands.