Insomnie

Présentation de l’insomnie

Insomnie, trouble de sommeil avec dégradation de la qualité du sommeil ou difficulté à s'endormir
Insomnie, trouble de sommeil avec dégradation de la qualité du sommeil ou difficulté à s’endormir

L’insomnie peut être définie comme étant un trouble du sommeil qui cause une baisse du temps de sommeil ou une dégradation de la qualité du sommeil. Telle privation va alors conduire à des somnolences et nuire à l’accomplissement des activités du lendemain. Si elle persiste, il peut y avoir des répercussions sur la santé.

Quatre forme d’insomnies sont à distinguer :

– Difficulté à trouver le sommeil le soir. L’insomniaque peut mettre plus d’une trentaine de minute pour arriver à s’endormir ;
– Réveil précoce le matin avec impossibilité de s’endormir à nouveau ;
– Sommeil interrompu en plein milieu de la nuit et difficulté à retrouver le sommeil. Le temps d’éveil peut alors durer plus de 30 mn ;
– Sommeil léger, non récupérateur.

Chez certaines personnes, des sommeils plus courts peuvent n’avoir aucune répercussion sur les activités du lendemain. Il ne s’agit donc pas d’insomnies mais de parasomnie. Celle-ci est fréquente à partir d’un certain âge et chez les petits dormeurs qui ont besoin de moins d’heures de sommeil que les autres pour récupérer.

Causes de l’insomnie

Plusieurs causes peuvent expliquer la survenue de ce trouble du sommeil.

– Stress ;
– Anxiété ;
– Peur ;
– Agitation, nervosité et hypervigilance ;
– Dépression ;
– Épisodes maniaques ;
– Troubles digestifs ;
– Prise de certaines substances pouvant empêcher de trouver le sommeil telles que le café, thé et d’autres infusions ;
– Mauvaise hygiène de vie notamment alcoolisme, tabagisme ;
– Chambre ou lit ne favorisant pas le sommeil ;
– Activités mentales ou physiques quelques heures avant de se coucher ;
– Temps de sieste ou passé sur le lit trop important durant la journée ;
Apnée du sommeil ;
– Syndrome des jambes sans repos ;
– Hérédité dont notamment la maladie de l’insomnie fatale familiale qui est mortelle.

Manifestations de l’insomnie

L'insomine peut être aigu d'ajustement, psychologique ou idiopathique
L’insomine peut être aigu d’ajustement, psychologique ou idiopathique

Ce trouble du sommeil peut se présenter de différentes façons. Les plus fréquemment rencontrés sont notamment le type :

– Aigu d’ajustement, qui peut durer moins de 3 mois et qui disparait à l’éviction du facteur stressant en cause ;
– Psychologique due à la peur de ne pas réussir à s’endormir. Ce type peut évoluer vers un cas chronique s’il n’est pas pris en charge convenablement ;
– Idiopathique due à un dysfonctionnement neurologique sur la commande veille-sommeil. Ce trouble existe en général depuis l’enfance ;
– Symptôme d’une pathologie mentale ;
– Suite à la prise ou à l’abus de certaines substances telles que drogues, médicaments, alcool, café, nicotine ;
– Suite à une hygiène de sommeil inadéquate telle qu’une activité (physique ou intellectuelle) avant d’aller au lit, trop de temps au lit, lit inconfortable ;
– Suite à une anomalie telle que brûlure de l’estomac, asthme, perturbations endocriniennes.

Traitements de l’insomnie

Un bon nombre de traitements sont reconnus comme étant efficaces pour prendre en charge les insomnies.

– Utilisée comme huile de massage, l’huile essentielle de lavande est reconnue par certains scientifiques comme pouvant aider à relaxer et à traiter des cas de perturbation au niveau du sommeil (1) ;
– Certains scientifiques suggèrent la camomille allemande ou Matricaria recutita. Prise comme infusion, cette plante présente des bienfaits en cas de troubles de l’endormissement causés par le stress et la nervosité (2) ;
– la mélisse est également reconnue pour ses propriétés apaisantes en cas de perturbations nerveuses dont les troubles du sommeil (3) ;
– Des chercheurs ont, par ailleurs, mis en évidence la capacité de la glycine à améliorer le sommeil. Selon les études menées, des patients sujets à des troubles du sommeil ayant pris avant de se coucher des suppléments de cet acide aminé ont connu une nette amélioration tant de leur performance physique qu’intellectuelle (4).

Références

(1) Blumenthal M (Ed)., The Complete German Commission E Monographs: Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 1998, p. 159-160.
(2) Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed)., Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
(3) ESCOP Monographs The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products, second edition, ESCOP/Thieme, 2003.
(4) Inagawa K., Hiraoka T., Kohda T., Yamadera W., Takahashi M., « Subjective effects of glycine ingestion before bedtime on sleep quality.», Vol 4, Issue 1 February 2006.