Intestin irritable

Présentation de l’intestin irritable

Syndrome de l'intestin irritable, côlon irritable  ou colopathie fonctionnelle : trouble digestif avec crampes abdominales et perturbations au niveau de la défécation
Syndrome de l’intestin irritable, côlon irritable ou colopathie fonctionnelle : trouble digestif avec crampes abdominales et perturbations au niveau de la défécation

Le syndrome de l’intestin irritable ou côlon irritable, encore appelé colopathie fonctionnelle, se caractérise par des troubles digestifs dont notamment crampes abdominales et perturbations au niveau de la défécation. Il s’explique essentiellement par un dysfonctionnement du transit intestinal et une hypersensibilité des nerfs entériques occasionnés par des troubles psychologiques.

Sauf erreurs de diagnostic conduisant à une prise en charge inadéquate, ce syndrome n’engendre, en général, aucune complication. Il peut, cependant, devenir un véritable gêne pour les personnes affectées.

Avec les changements apportés par la modernité, cette pathologie est devenue de plus en plus fréquente. 15 % des populations des pays développés en seraient touchés, âgés de 20 à 40 ans pour la plupart, et dont les 2/3 sont des femmes.

Causes de l’intestin irritable

La véritable cause du syndrome du côlon irritable reste encore inconnue. Divers facteurs sont, toutefois, suspectés comme participant dans la pathogénie du trouble fonctionnel.

– Perturbations de la flore intestinale ;
– Suite à une infection gastrique ou intestinale ;
– Trouble hormonal. Cette hypothèse est surtout avancée pour expliquer les douleurs menstruelles associées au syndrome chez certaines femmes ;
– Quantité anormale de sérotonine dans l’appareil digestif ;
– Anxiété ;
– Stress ;
Dépression ;
– Traumatisme psycho-émotionnel survenue durant l’enfance ;
– Violence physique dans l’enfance ;
– Des causes génétiques sont aussi avancées.

Manifestations de l’intestin irritable

Manifestations de l'intestion irritable : avec diarrhée en cas de transit rapide, avec constipation si le transit est lent, avec alternance de diarrhée et de constipation
Manifestations de l’intestion irritable : avec diarrhée en cas de transit rapide, avec constipation si le transit est lent, avec alternance de diarrhée et de constipation

La colopathie fonctionnelle se manifeste par une perturbation dans la vitesse du transit intestinal. La fonction d’absorption de l’eau des selles assurée par le côlon va dès lors varier en fonction de cette perturbation.

Suivant que le transit soit plus rapide ou plus lent, le syndrome du côlon irritable peut se présenter de trois façons différentes :

– Colopathie fonctionnelle avec diarrhée en cas de transit rapide ;
– Colopathie fonctionnelle avec constipation si le transit est lent ;
– Colopathie fonctionnelle avec alternance de diarrhée et de constipation.

Certains symptômes peuvent se présenter avec ces troubles.

– Crampes abdominales apaisées après être allé à la selle ;
Flatulences ;
– Sensation de ballonnement ;
– Borborygmes, bruits que laissent entendre les gaz abdominaux ;
– Menstruations douloureuses ;
Fatigue ;
– Céphalées ;
– Irritabilité ;
Dépression ;
– Selles accompagnées de mucus ;
– Défécation pouvant parfois être urgente.

Le syndrome se manifeste par épisodes plus ou moins réguliers et peut durer des jours à chaque épisode. Ses symptômes peuvent, par ailleurs, varier en intensité d’un sujet à l’autre ou s’accompagner d’autres signes. Mais quel qu’en soit le cas, la colopathie reste sans gravité sur ce qui est de la structure des parois de l’intestin.

En cas d’amaigrissement ou de sang dans les selles, une consultation peut s’avérer être nécessaire.

Traitements de l’intestin irritable

Le traitement du syndrome du côlon irritable est symptomatique, visant uniquement à apaiser les symptômes. Divers remèdes sont fréquemment proposés à cet effet. Ils devront, toutefois, être accompagnés du traitement adéquat pouvant apaiser les troubles psychologiques à la base.

– Selon certaines études, jeûner peut réduire significativement les symptômes de la colopathie fonctionnelle (1) ;
– Un traitement qui consiste en un bon apport de fibres alimentaires dans le régime est bénéfique sur le long terme, selon d’autres publications. Une exacerbation des symptômes peut, toutefois, se présenter au départ (2) ;
– Selon une observation scientifique, la menthe poivrée ou son huile essentielle présente des effets positifs sur les symptômes de ce trouble fonctionnel (3) ;
– La prise de probiotique est soutenue par diverses études pour soigner les symptômes du syndrome du côlon irritable. Les observations menées concluent non seulement sur leur efficacité à atténuer les symptômes mais également sur leur aptitude à réduire la fréquence des épisodes du trouble (4) ;
Prise à la bonne dose, la berbérine est reconnue par des scientifiques comme pouvant calmer une diarrhée et améliorer le transit intestinal (5) ;
– Des études avancent, par ailleurs, que les racines d’harpagophytum, prises en décoction, sont efficaces en cas de constipation et d’autres troubles digestifs tels que la flatulence (6) ;
– D’après certaines observations, une psychothérapie a permis chez des personnes sujettes à la colopathie fonctionnelle d’apaiser considérablement les symptômes (7). Des vacances, une bonne gestion du stress et de l’anxiété, des exercices physiques (8) peuvent également être bénéfiques en cas de troubles psychologiques.

Références

(1) Kanazawa M. et Fukudo S, « Effects of fasting therapy on irritable bowel syndrome.», Int J Behav Med, 2006;13:214-20
(2) Moayyedi P, Quigley EM, Lacy E et al., « The effect of fiber supplementation on irritable bowel syndrome: a systematic review and meta-analysis.», Am J Gastroenterol, 2014;109:1367-74.
(3) Ford AC, Talley NJ, Spiegel BMR et al., « Efficacy of fibre, antispasmodics, and peppermint oil in irritable bowel syndrome: systematic review and meta-analysis », BMJ2008;337:a2313.
(4) Hoveyda N, Heneghan C. et al., « A systematic review and meta-analysis: probiotics in the treatment of irritable bowel syndrome.», BMC Gastroenterol. 2009 Feb 16;9:15. Review.
(5) Xavier RJ, Podolsky DK., « Unravelling the pathogenesis of inflammatory bowel disease.», Nature, 2007.
(6) European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed). Harpagophyti radix, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs, Centre for Complementary Health Studies, Université d’Exeter, Grande-Bretagne, 1996.
(7) Lackner JM, Mesmer C, Morley S, Dowzer C, Hamilton S, « Psychological treatments for irritable bowel syndrome: a systematic review and meta-analysis.», J Consult Clin Psychol.2004;72:1100-13.
(8) Johannesson E, Simren M, Strid H et al., » Physical activity improves symptoms in irritable bowel syndrome : a randomized controlled trial.», Am J Gastroenterol, 2011;106:915-22