Kyste sébacé

Présentation du kyste sébacé

Kyste sébacé, petite boule formant à la surface de la peau suite à l'obstruction des pores
Kyste sébacé, petite boule formant à la surface de la peau suite à l’obstruction des pores

Le kyste sébacé est un type de kyste qui se crée au détriment des glandes sébacées, glandes du derme chargées de la sécrétion du sébum. Il est dû à une obstruction du canal dans lequel transit le sébum afin d’atteindre la surface cutanée pour y assurer son rôle de lubrifiant de la peau et des poils annexés aux glandes. En s’accumulant sous l’épiderme, le sébum finit alors par former une boule à l’origine du kyste.

Normalement, cette affection est bénigne mais peut être inconfortable ou inesthétique. Sa plus grande complication est une risque d’infection notamment bactérienne. Elle concerne, en outre, davantage les hommes que les femmes dès la puberté et se retrouve fréquemment sur les zones pileuses tel que visage, torse, cou.

Causes du kyste sébacé

Les kystes sébacés surviennent, en général, lorsque le passage du sébum vers l’extérieur se trouve être encombré ou endommagé. Plusieurs facteurs peuvent être la cause de cet état.

Coupure, blessure, abrasion ;
Brûlure de la peau ;
– Incision ;
Acné ;
– Important coup de soleil ;
– Opération chirurgicale ;
– Anomalie génétique des canaux des glandes sébacées.

Manifestations du kyste sébacé

Manifestations du kyste sébacé : boule ronde mobile de tailles variées, ferme ou souple selon le cas
Manifestations du kyste sébacé : boule ronde mobile de tailles variées, ferme ou souple selon le cas

Ce type de kyste peut être reconnu par certains signes.

– Boule ronde ;
– Taille plus ou moins grande allant de quelques millimètres à des centimètres ;
– Légèrement mobile par rapport à la surface sous-jacente ;
– Ferme ;
– Souple ;
– Régression spontanée possible tant qu’il n’est pas très grand.

Un kyste sébacé peut, en outre, être inquiétant si d’autres signes apparaissent. Parmi ceux-ci, il y a notamment :

– Rougeur et chaleur locale typique d’une inflammation ;
– Pus en cas d’infection ;
– Douleur en cas de fissuration ;
Kyste ayant un diamètre de plus de 5 cm ;
– Kyste qui se développe rapidement, même après son ablation.

Traitements du kyste sébacé

À part l’ablation chirurgicale qui permet d’extraire le contenu, certains remèdes peuvent être préconisés pour traiter des kystes sébacés.

– En cas de kyste de petite taille et non infecté, avec moins de 1cm de diamètre, une régression spontanée est encore possible. Attendre et surveiller peut alors suffire dans tel cas ;
Une bonne hygiène est nécessaire pour assurer que la peau soit régulièrement débarrassée de toute saleté qui peut s’entasser à sa surface. Pour cela, prendre quotidiennement une douche ainsi qu’après chaque activité physique ou une forte transpiration est fortement recommandée ;
– Le port de certains vêtements (matières synthétiques) qui favorisent la transpiration est à proscrire pour réduire le risque d’obstruction de la peau ;
– Placer une compresse chaude sur le kyste permet d’améliorer le drainage ainsi que la circulation du sang. Ce qui peut contribuer à la guérison ;
– Pour éviter qu’une blessure ne soit infectée, certaines études suggèrent l’application locale de miel, reconnu pour son action antiseptique (1) ;
– D’autres études avancent que l’aloe vera est efficace pour désinfecter tout type de plaie (2) ;
– Selon certains chercheurs, prendre des bains à l’avoine (Avena sativa) est bénéfique en cas de problèmes cutanés liés à une importante production de sébum tels que les acnés (3) voire des kystes sébacés étant donné que ceux-ci sont dus à une accumulation de cette sécrétion des glandes sébacées sous la peau ;
– Plusieurs observations s’accordent sur les avantages de limiter la consommation de produits raffinés. Ceux-ci, étant de gros apporteurs de sucre, peuvent augmenter le taux d’insuline sanguin et entraîner par la suite une forte production de sébum à l’origine des acnés et des kystes sébacés (4) ;
L’huile essentielle d’arbre à thé est, par ailleurs, suggérée dans certaines études pour son effet antibactérien. L’application locale de cette huile présente moins d’effets secondaires que le peroxyde de benzoyle selon l’une de ces observations (5).

Références

(1) Attipou K., Anoukoum T., Ayite A., Missohou K., James K., « Traitements des plaies au miel, Expérience du CHU de Lomé.», Médecine d’Afrique Noire, 1998, 45 (11).
(2) Encyclopedia of Medicinal Plants (2nd Edition). », Dorling Kindersley Limited, London Text, 2001.
(3) Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
(4) Smith RN, Mann NJ, et al., « A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial.», Am J Clin Nutr. 2007 Jul.
(5) Bassett IB, Pannowitz DL, Barnetson RS., « A comparative study of tea-tree oil versus benzoyl peroxide in the treatment of acne.», Med JAust.1990 Oct 15;153(8):455-8.