Lymphome

Présentation du lymphome

Lymphome, hémopathie due à une prolifération anormale des lymphocytes qui ont subi une mutation pendant leur fabrication
Lymphome, hémopathie due à une prolifération anormale des lymphocytes qui ont subi une mutation pendant leur fabrication

Le lymphome encore appelé lymphosarcome est une hémopathie affectant le système lymphatique. Il se caractérise par une prolifération anormale de lymphocytes ayant subi une mutation lors de leur fabrication. Ces derniers, transportés par la lymphe, peuvent alors se répandre et se développer au niveau de certains endroits du corps dont principalement les organes lymphoïdes.

La diffusion anormale des lymphocytes cancéreux peut être due à deux modes de multiplication anormale :

– Une division cellulaire plus rapide ;
– Une durée de vie plus longue des cellules erronées.

Les lymphomes peuvent, en outre, être classés en deux grands groupes :

Lymphomes hodgkiniens, reconnus par l’apparition de cellules de grandes tailles, les cellules de Reed-Sternberg, qui envahissent les ganglions ;
Lymphomes non-hodgkiniens.

Cette maladie serait la cause de plus de 5 % des cas de cancer dans les pays développés et le nombre de cas tend à augmenter chaque année.

Causes du lymphome

Les véritables causes des lymphomes ne sont pas encore nettement identifiées. Cependant, un bon nombre de facteurs sont souvent suspectés comme pouvant être à l’origine de ce type de maladie auto-immune.

– Prédisposition génétique ;
Infection au virus d’Epstein-Barr (ou Herpès Virus Humain 4 cause de la mononucléose infectieuse) ;
Infection à d’autres agents pathogènes dont HHV 8 (virus de l’herpès 8), HCV et HBV (virus des hépatites C et B), HIV (responsable du Sida), papillomavirus (HPV), Helicobacter pylori (la seule bactérie recensée comme pouvant vivre dans le milieu gastrique acide) ;
– Certaines pathologies immunodéficitaires ;
– Traitements par immunosuppresseur ;
– Régime hypercalorique ;
– Alimentation riche en matières grasses ;
– Forte consommation de viande et de charcuterie ;
– Exposition fréquente à des substances toxiques dont pesticide, solvant ;
– Irradiation ;
– Tabagisme.

Manifestations du lymphome

Les lymphomes s’accompagnent de symptômes plus ou moins importants suivant le degré de malignité de l’hémopathie et les tissus affectés. Parmi ces signes, il y a notamment :

Manifestations du lymphome : tuméfaction ganglionnaire, fièvre, sueurs froides nocturnes, perte de poids rapide, fatigue, ...
Manifestations du lymphome : tuméfaction ganglionnaire, fièvre, sueurs froides nocturnes, perte de poids rapide, fatigue, …

Fièvre ;
– Sueurs froides nocturnes importantes ;
– Perte de poids rapide ;
– Fatigue qui va s’amplifier à mesure que la maladie se développe, pouvant aboutir à une invalidité ;
– Adénopathie ou tuméfaction ganglionnaire en cas d’atteinte des ganglions ;
Dyspnée et toux s’il y a atteinte des poumons ;
– Augmentation de volume du foie, du pancréas, de la rate ;
– Atteintes d’autres organes dont ceux du système lymphatique (thymus, moelle osseuse, poumons).

Traitements du lymphome

Certains remèdes ont été avancés pour traiter des cas de lymphosarcome.

– Selon une étude, les crucifères peuvent aider l’organisme à se libérer de toute substance indésirable qui peut provoquer un cancer dont les lymphomes. Parmi ceux-ci, le brocoli en particulier est celui qui renferme le plus de sulforaphane, un isothiocynate puissant contre le cancer (1) ;
– Diverses études scientifiques s’accordent sur les bienfaits du cacao grâce à sa très haute teneur en antioxydants, dont des flavonoïdes tels que la catéchine et l’épicatéchine (2) ;
En cas d’infection par Helicobacter pylori, une récente étude avance les bienfaits d’extraits d’agrumes (3). Une autre étude suggère l’utilisation de l’huile essentielle de menthe poivrée (Mentha piperita) qui est reconnue comme étant un antibactérien très efficace et pouvant inhiber la prolifération de cette bactérie (4) ;
– Des essais cliniques menés sur la curcumine ont permis de conclure aux actions anticancéreuse de cette molécule (5) ;
– Des observations scientifiques suggèrent des extraits de chlorella en cas de cancer. Selon certaines de ces études, cette algue verte renferme des principes actifs capables d’intervenir dans l’inhibition de la multiplication de cellules anormales (6) ;
– En cas d’infection au papillomavirus, une étude menée sur une cinquantaine de personnes affirme l’effet inhibiteur que présente une association de deux champignons le coriolus (Coriolus Versicolor) et le reishi (Ganoderma Lucidum). La même étude avance qu’associée à du Shiikaté, un autre champignon aux propriétés antivirales très puissantes grâce au lentinan qu’il contient, cette combinaison peut arrêter la prolifération du virus d’Epstein-Barr (7) ;
– En cas d’hépatite virale, certains scientifiques suggèrent des extraits de chardon-marie en traitement adjuvant (8). Cette plante doit notamment cette propriété à la silymarine qu’elle renferme en grande quantité notamment dans ses graines mûres.

Références

(1) Béliveau R., Gingras D., « Les aliments contre le cancer.», Édition du Trécarré, Canada, 2005.
(2) Keen CL., « Chocolate : food as medicine/medicine as food.», J Am Coll Nutr2001 October;20(5 Suppl):436S-9S.
(3) Mandalari G. et al., « Effectiveness of Citrus Fruits on Helicobacter pylori », Hindawi – Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine – Volume 2017, Article ID 8379262 ,‎ 2017.
(4) « Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1.
(5) Chadalapaka G, et al., « Curcumin decreases specificity protein expression in bladder cancer cells.», Cancer Res. 2008.
(6) Wu, L. C., Ho, J. A., Shieh, M.C., and Lu, I. W., « Antioxidant and antiproliferative activities of Spirulina and Chlorella water extracts.», J Agric. Food Chem 5-18-2005; 53(10):4207-4212.
(7) Samori JM, « Les champignons comestibles, aliments d’avenir, pour combattre les principales maladies d’aujourd’hui.», Editions du Dauphin, juin 2014.
(8) Abenavoli L, Capasso R, Milic N, Capasso F., « Milk thistle in liver diseases : past, present, future.», Phytother Res. 2010 Oct;24(10):1423-32.