Mal de tête

Présentation du mal de tête

Mal de tête, mal ressenti au niveau du crâne ou de la nuque
Mal de tête, mal ressenti au niveau du crâne ou de la nuque

Le mal de tête, également connu sous le terme de céphalée dans le domaine médical, est un mal qui peut être ressenti au niveau du crâne ou de la nuque. Il en existe diverses formes dont la plupart sont sans gravité.

Les céphalées sont classées en deux grands groupes suivant qu’il s’agisse d’une pathologie ou du symptôme d’une maladie qui peut parfois être sérieuse.

Parmi les céphalées dites primaires, il y a notamment :

– Migraines ;
– Céphalées de tension ;
– Céphalées chroniques ;
– Céphalées associées au sommeil ;
– Maux de tête associés à l’effort, toux ;
– Céphalée de Horton.

Les céphalées secondaires sont celles qui sont dues à certaines affections ou facteurs dont :

– Pathologie vasculaire telle que accident vasculaire cérébral, ischémie, thrombose ;
– Traumatisme au niveau du crâne ;
Hémorragie intra-crânienne due à un traumatisme ou non ;
– Malformation au niveau des vaisseaux sanguins ;
– Intoxication alimentaire ;
– Prise ou sevrage de substances psychotropes ;
– Surdosage lors de la prise d’un médicament ;
Hypertension artérielle ;
– Hypothyroïdie ;
– Sida ;
– Certaines infections ;
– Trouble mental ;
– Psychoses ;
– Blessure au visage, au dent, aux mâchoires.

Causes du mal de tête

Un bon nombre de facteurs peuvent être la cause de la survenue des céphalées.

– Toux ;
– Efforts ;
Fatigue ;
– Stress ;
– Surmenage ;
– Anxiété ;
Dépression ;
– Manque de sommeil ;
Déshydratation ;
– Jeûne prolongé ;
– Forte chaleur ;
– Exposition prolongée au soleil ;
– Froid ;
– Rhume ;
– Sinusite ;
– Rage de dent ;
Mal de gorge dont angine ;
– Fatigue des yeux ;
Hypertension ;
– Hypothyroïdie ;
– Suite à la prise de certains médicaments. Un abus d’anti-migraineux peut rendre chronique une céphalée épisodique ;
– Intoxication alimentaire ;
– Surcharge gastrique ;
– Aliments sucrés ;
– Drogue ;
– Alcool ;
– Arrêt de la prise de tabac, de stupéfiants ;
– Ingestion de boisson ou d’aliment glacée ;
– Infection dont celle intracrânienne ;
– Maladies vasculaires ;
– Traumatismes crâniens ;
– Certaines pathologies dont l’hydrocéphalie ;
– Certaines psychoses ;
– Cycle menstruel chez la femme ;
– Position inconfortable prolongée ;
– Hérédité ;
– Malformation de la boîte crânienne.

Manifestations du mal de tête

Manifestations du mal de tête : maux chroniques ou épisodiques, douleur brusque ou progressive, pesanteur dans le crâne, hypersensibilité des yeux à la lumière,...
Manifestations du mal de tête : maux chroniques ou épisodiques, douleur brusque ou progressive, pesanteur dans le crâne, hypersensibilité des yeux à la lumière,…

Les maux de tête peuvent se manifester de différentes façons et s’accompagner d’autres signes.

– Maux chroniques ou épisodiques ;
– Douleur brusque ou progressive ;
– Douleurs touchant l’un ou les deux côtés de la tête, la nuque, les tempes ;
– Maux d’intensité variable de légère à très violente selon le cas ;
– Pesanteur dans le crâne ;
– Hypersensibilité des yeux à la lumière ;
– Hypersensibilité des oreilles au bruit ;
– Douleurs pulsatiles en cas de migraines ;
– Maux exacerbés à l’effort ou non ;
– Douleurs des muscles du cou et des épaules ;
– Nausées ou vomissements en cas de migraine ;
– Illusion optique ;
– Douleur extrêmement violente sur la région œil- tempe en cas de céphalée de Horton.

Traitements du mal de tête

Certains traitements peuvent être adoptés pour prendre en charge une céphalée.

– Selon une étude, certains cas de migraines peuvent être soignés par un traitement à base de riboflavine. Cette vitamine, jouant un rôle essentiel dans la transformation des aliments en énergie, peut réduire de 50 % la survenue de cette forme de céphalée chez des sujets ayant des mitochondries à faible métabolisme (1) ;
– Une étude soutient les bienfaits de l’utilisation d’extrait de racines de grand pétasite (Petasites hybridus) pour traiter certains types de céphalées (2) ;
– D’après quelques observations, l’administration de 5-hydroxytryptophane chez des personnes sujettes à des maux de tête, dont des céphalées de tension, a permis de réduire l’intensité et la survenue des douleurs. Il s’agit d’une protéine responsable de la fabrication de sérotonine dans l’organisme (3) ;

Une céphalée qui survient de manière soudaine et violente peut être le signe d’une affection vasculaire cérébrale, devant alors faire l’objet d’une urgence médicale.

Références

(1) C. Di Lorenzo, F. Pierelli, G. Coppola, G. S. Grieco, C. Rengo, M. Ciccolella, D. Magis, M. Bolla, C. Casali, F. M. Santorelli, and J. Schoenen. « Mitochondrial DNA haplogroups influence the therapeutic response to riboflavin in migraineurs », Neurology 2009;72:1588-94.
(2) Lipton RB, Gobel H, Einhaupl, Wilks K, Mauskop A, « Petasites hybridus root (butterbur) is an effective preventive treatment for migraine.», Neurology, 2004;63:2240-4.
(3) Ribeiro CA., « L-5-Hydroxytryptophan in the prophylaxis of chronic tension-type headache: a double-blind, randomized, placebo-controlled study.», For the Portuguese Head Society. Headache. 2000 Jun;40(6):451-6.