Myopathie

Présentation de la myopathie

Myopathie, pathologie neuromusculaire qui se manifeste par une dégénérescence progressive des tissus musculaires
Myopathie, pathologie neuromusculaire qui se manifeste par une dégénérescence progressive des tissus musculaires

La myopathie est une des pathologies neuromusculaires qui se manifeste par une dégénérescence progressive des tissus musculaires.

Il en existe divers types dont :

– Les dystrophies musculaires qui conduisent à un affaiblissement des muscles proximaux et parfois du myocarde. Elles concernent davantage les hommes et sont souvent invalidantes. Les plus connues sont notamment la dystrophie musculaire de Becker, celle de Duchenne, la cardiomyopathie ;
– Les myosites qui sont des myopathies inflammatoires. Il en est entre autres les cas de la myosite à inclusion, polymyosite, dermatomyosite ;
– Les myopathies avec structures anormales des muscles telles que celles à cores centraux, à empreintes digitales, ou à bâtonnets ;
– Les myopathies métaboliques dues à une anomalie au niveau des cellules musculaires qui assurent la production de l’énergie dont les muscles ont besoin ;
– Les canalopathies qui affectent les canaux ioniques. Il s’agit de protéines chargées de faire passer les ions par la membrane de chaque cellule. Elles sont alors à la base des activités électriques et jouent, dès lors, un rôle crucial dans la physiologie de nombreuse cellules dont celles des muscles. Parmi ces affections, il y a entre autres la maladie de Thomsen, mucoviscidose, épilepsie myoclonique juvénile.

Causes de la myopathie

La survenue des myopathies peuvent s’expliquer par différents facteurs.

– Héréditaire. Le gène responsable peut être lié à un autosome ou à un chromosome sexuel suivant le cas ;
– Dérèglement du système immunitaire conduisant celui-ci à se dresser contre les muscles. C’est notamment ce qui se produit en cas de myosites ;
– Troubles endocriniens ;
– Troubles métaboliques ;
– Prises de certains médicaments dont antidépresseur, antipsychotique ;
– Usage de drogues dont héroïne.

Manifestations de la myopathie

Manifestations de la myopathie : Insuffisance cardiaque, difficulté à avaler, trouble respiratoire, fièvre, syndrome de Raynaud, ...
Manifestations de la myopathie : Insuffisance cardiaque, difficulté à avaler, trouble respiratoire, fièvre, syndrome de Raynaud, …

Certains signes peuvent se manifester en cas de myopathies.

– Douleurs aux muscles ;
– Affaiblissement musculaire pouvant être plus ou moins important ;
– Réduction voire perte de l’usage du ou des membres affectés. La marche, la montée des escaliers, le passage d’une position assise à une position debout, l’accroupissement peuvent devenir difficile voire impossibles. Il en va de même de l’usage des bras et des épaules. Les chutes et les maladresses peuvent, en outre, devenir nombreuses à mesure que la pathologie s’aggrave ;
– Une myosite à inclusion peut conduire à l’affaiblissement de l’usage des mains, des poignets ;
– Insuffisance cardiaque en cas d’atteinte du myocarde ;
– Difficultés à se lever de la position couchée en cas d’affaiblissement des muscles du dos, du cou ;
Difficulté à avaler en cas d’affaiblissement des muscles du pharynx ;
– Trouble respiratoire souvent fatal ;
Fièvre ;
Céphalées ;
Syndrome de Raynaud, en cas de polymyosite ;
– Érythème sur la peau et autour des ongles dans certains cas de myosites ;
– Gonflement des muscles en cas d’inflammation ;
– Hypotonie des muscles telle qu’en cas de myopathies à structures anormales.

Traitements de la myopathie

La plupart des formes de myopathies étant encore incurables, la prise en charge consiste essentiellement à réduire les symptômes. Certaines études ont, toutefois, avancé certains traitements qui ont démontré leur efficacité, outre le recours à des médicaments.

– Selon une étude, publiée récemment dans « Physical Medicine & Rehabilitation Clinics of North America », les extraits de thé vert (Camelia sinensis) et la leucine constituent des remèdes naturels potentiels qui peuvent être employés dans un cas de myopathies de Duchenne. Ces molécules ont, en outre, l’avantage de ne présenter aucun effet secondaire (1) ;
– Un essai scientifique a montré les bienfaits d’un traitement à base d’antioxydants pour soigner la forme facio-scapulo-humérale de myopathie. Selon les chercheurs, ce traitement combine entre autres de la vitamine E et C, du zinc et avec d’autres antioxydants. Selon l’étude, les patients soumis à ce soin ont connu une amélioration de leur fonction musculaire au bout de 4 mois (2) ;
– Une autre étude mené a, en outre, montré l’efficacité d’un traitement à base de resvératrol en cas de cardiomyopathie. Les résultats, bien que prometteur, nécessitent encore toutefois des vérifications car l’étude a été menée sur des souris (3).

Références

(1) Physical Medicine & Rehabilitation Clinics of North America, 2012 Feb;23(1):187-99, xii-xiii
(2) Passerieux E, Hayot M, Jaussent A, et al., « Effects of vitamin C, vitamin E, zinc gluconate and selenomethionine supplementation on muscle function and oxidative stress biomarkers in patients with facioscapulohumeral dystrophy: a double-blind randomized controlled clinical trial.», Free radical biology & medicine, 2015.
(3) Kuno A, et al., The effects of resveratrol and SIRT1 activation on dystrophic cardiomyopathy. Review article, Ann N Y Acad Sci. 2015.