Neutropénie

Présentation de la neutropénie

Neutropénie, baisse du nombre de neutrophiles dans le sang
Neutropénie, baisse du nombre de neutrophiles dans le sang

La neutropénie peut être définie comme étant une baisse du nombre de neutrophiles contenus dans le sang. Ces derniers sont des types de leucocytes non-spécifiques de la lignée granulocytaire, provenant de la moelle osseuse. Ils sont capables de se déplacer vers une source d’infection et sont doués de phagocytose en présence d’un antigène. Les neutrophiles représentent, en outre, plus de 65% de la totalité des globules blancs et environ 99% de ceux de la lignée granulocytaire.

Toute diminution du taux sanguin de ce type de globules blancs peut dès lors se répercuter sur le système immunitaire. La norme définit ce nombre à moins de 1500 neutrophiles par millimètre cube de sang. La gravité de l’affection va dès lors dépendre de la faiblesse de ce nombre.

Si le nombre de neutrophiles par mm³ de sang est :

– compris entre 1000 et 1500, il s’agit de cas de neutropénies légères ;
– entre 500 et 1000, neutropénies modérées ;
– inférieur à 500, neutropénies sévères ;
– inférieur à 200, il s’agit d’agranulocytose.

Causes de la neutropénie

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’une déficience de neutrophiles dans le sang.

Leucémie aiguë ;
– Aplasie de la moelle osseuse entrainant la baisse de la production des globules et des plaquettes ;
– Prise de certains médicaments dont des antibiotiques comme la pénicilline, sulfamides, colchicine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
– Chimiothérapie ;
Infections virales ou bactériennes telles que oreillons, rougeole, influenza, paludisme, dengue, typhoïde, tuberculose, brucellose, fièvre jaune, Sida, Zona ;
– Métastases dus à une néoplasie maligne ;
– Syndrome d’activation macrophagique caractérisé par une stimulation anormale des macrophages de la lymphe et de la moelle osseuse entrainant la destruction de neutrophiles ;
– Maladies auto-immunes dont polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux ;
– Troubles de la thyroïde ;
– Exposition à des hydrocarbures dont le benzène ;
– Irradiation ;
– Carence en cuivre, vitamine B12, vitamine B9, acide folique ;
– Anorexie ;
– Déficit immun congénital dont syndrome de Kostmann (déficit congénital de neutrophiles) ;
– Hérédité, telle qu’en cas de Lymphohistiocytose hémophagocytaire familiale, Maladie de Chediak-Higashi, Syndrome de Schwachman.

Manifestations de la neutropénie

Manifestations de la neutropénie : sueurs froides, fièvres, diarrhée, ganglions, ...
Manifestations de la neutropénie : sueurs froides, fièvres, diarrhée, ganglions, …

Un bon nombre de symptômes évoquent un déficit de neutrophiles dans le système immunitaire.

Fièvre ;
– Sueurs froides nocturnes ;
– Tuméfaction des ganglions cervicaux ;
– Brûlure à la miction ;
Diarrhée ;
– Maux de gorge ;
– Toux ;
– Infections cutanées, buccales. Si l’infection est importante, une consultation s’impose ;
– Pneumonie, abcès au niveau du foie et des poumons en cas d’affection congénitale.

En cas de signes de sepsis, notamment s’il y a agranulocytose, le sujet devra rapidement être conduit aux urgences. Parmi ces signes, il y a notamment :

– Température supérieure à 38,4° C ;
– Tachycardie ;
– Accélération de la respiration ;
Hypotension artérielle.

Traitements de la neutropénie

Certains traitements sont reconnus pour leur efficacité en cas de neutropénie.

– Les neutropénies passagères, sans symptômes importants ne nécessitent aucun traitement particulier. Il en va de même lors d’une chimiothérapie ; ce type d’affection est assez fréquente dans tel cas mais tant qu’elle reste légère ou modérée, un simple suivi suffit ;
– Dans des cas modérés avec sepsis et sévères, l’évitement des facteurs pouvant être à l’origine de l’affection est conseillé pour arrêter toute progression de la maladie. Revoir son régime alimentaire en cas de carence en certains nutriments ou arrêter toute substance pouvant nuire aux neutrophiles sont, entre autres, suggérés ;
En cas de leucémie, une étude a avancé l’efficacité d’un extrait de thé vert renfermant une forte dose d’épigallocatéchine gallate pour stabiliser le cancer. Les sujets mis en observation n’étaient, cependant, qu’à une phase encore peu avancée de la maladie (1) ;
– De nombreuses études se sont penchées sur les bienfaits qu’a permis le traitement à base de spiruline chez les enfants ayant subi des radiations de Tchernobyl. L’intoxication causée par le rayonnement a, en effet, fortement endommagé les cellules souches de leur moelle osseuse. Ce qui s’est traduit à un affaiblissement de leur immunité dû à une importante chute de la production de cellules blanches. Selon les observateurs, la spiruline doit cette propriété unique à la phycocyanine qu’elle contient, un antioxydant réputé pour ses innombrables bienfaits notamment sur diverses hémopathies (2) ;
Les baies de goji sont, en outre, reconnues pour leurs effets immunostimulants tant en cas d’infection qu’en cas de néoplasie maline. Une observation a, entre autres, montré que le traitement de cancers chez des sujets déjà fortement affaiblis par la forte progression de leurs maladies a considérablement amélioré leur état de santé grâce à une prise quotidienne d’une forte dose d’extraits de ces fruits en complément (3).

Références

(1) Shanafelt TD, et al, Phase II trial of daily, oral green tea extract in patients with asymptomatic, Rai stage 0-II chronic lymphocytic leukemia (CLL) , Journal of Clinical Oncology, 2010 ASCO Annual Meeting Proceedings (Post-Meeting Edition), vol. 28, no 15_suppl (May 20 Supplement), 2010;6522.
(2) Loseva, L. P., « Spirulina platensis and specialties to support detoxifying pollutants and to strengthen the immune system.», Research Inst. of Radiation Medicine, Minsk, Belarus. presented at 8th Int’l Congress Applied Algology, Italy. Sep. 1999.
(3) Cao GW, Yang WG, Du P., « Observation of the effects of LAK/IL-2therapy combining with Lycium barbarum polysaccharides in the treatment of 75 cancer patients.», Zhonghua Zhong Liu Za Zhi. 1994 Nov;16(6):428-431.