Névrose

Présentation de la névrose

Névrose, dysfonctionnement psychique n'induisant pas une rupture avec le monde réel
Névrose, dysfonctionnement psychique n’induisant pas une rupture avec le monde réel

La névrose désigne tout dysfonctionnement psychique qui n’induit pas une rupture avec le monde réel. Une personne atteint de ce type de trouble est alors tout à fait conscient de son état et exprimera la volonté de s’en rétablir, seule ou avec l’aide d’un tiers. Cette affection est donc à distinguer de la psychose, terme utilisé pour évoquer plutôt des troubles psychiques dont le sujet n’a pas conscience et qui peuvent même conduire à une perte de contact avec la réalité.

Nombreux sont les types de névroses, pouvant chacun avoir pour cause la combinaison de multiples facteurs. L’origine remonte pour la plupart dans l’enfance, lors de circonstances traumatisantes pour la plupart oubliées et qui resurgissent plus tard. En général, les névroses n’entraînent pas d’importants troubles du comportement et n’altèrent que peu la qualité de vie.

Causes de la névrose

Les névroses peuvent être dues à un certain nombre de facteurs.

– Environnement notamment familial et social du sujet ;
– Violences physiques dans le passé telles qu’abus sexuel, maltraitance, agression même verbale ;
– Angoisse quasi-permanente surtout durant l’enfance tel qu’en cas de pauvreté, de guerre, de harcèlement ;
– Traumatisme émotionnel tel qu’en cas de catastrophe naturel, accident, mort d’un proche ;
– Anomalie au niveau du cortex cérébral ;
– Complication d’une commotion cérébrale qui est un dysfonctionnement cérébral temporaire survenant, en général, après un important traumatisme crânien ;
– Défaillance des neurotransmetteurs entraînant des perturbations au niveau de la fonction cérébrale ;
– Hérédité, certains membres d’une même famille semblent manifester les mêmes perturbations psychiques ;
– Événements douloureux ravivant les traumatismes du passé ;
– Sentiment d’impuissance, de détresse, rendant le moi faible et incapable de maintenir davantage ses moyens de défense contre les craintes longtemps refoulées ;
– Pulsion de plus en plus grande qui finit par faire ressurgir des anciens évènements traumatiques ;
– Stress fréquent ;
– Hypersensibilité ;
Dépression ;
– Perfectionnisme ;
– Sentiment de culpabilité irrationnel ;
– Complexe.

Manifestations de la névrose

Manifestations de la névrose varient selon sa forme : névrose d'angoisse, histérie, phobies, obsession, ...
Manifestations de la névrose varient selon sa forme : névrose d’angoisse, histérie, phobies, obsession, …

Il existe diverses formes de névroses, présentant chacune ses propres caractéristiques. Parmi les plus fréquentes, il y a notamment :

Névroses d’angoisse

– Malaise avec douleur à la poitrine, au ventre, à la tête suivant le cas ;
– Palpitations ;
– Tremblements ;
– Transpiration ;
– Respiration plus rapide ;
– Pâleur ;
-Dilatation des pupilles.

Phobies

– Peur irrationnelle et exagérée de quelque chose telle qu’une foule, animaux, regard d’un tiers ;
– Peur de se retrouver dans une certaine situation telle que dans des endroits confinés, dans un espace libre et ouvert, en hauteur.

Histérie

– Théâtralisme qui consiste à se faire remarquer en faisant des actes déplacés et excessifs ;
– Engourdissement ;
– Perturbations des sens dont le toucher, la vue et le goût ;
Hallucinations ;
– Difficulté à rester debout.

Obsession

– Attachement démesuré à quelqu’un ou à quelque chose ;
– Perturbations émotionnelles ;
– Intelligence au-dessus de la normale ;
– Sentiment d’être coupable ;
Fatigue importante ;
– Acte désespéré voire criminel.

Transfert

– Sentiment inconscient de vouloir transférer son attachement à quelqu’un (tel que l’un de ses parents) sur une autre personne.

Névroses d’échec

– Désir inconscient de vouloir échouer dans divers domaines ;
– Renonciation à toute envie de parvenir à ses fins en les contrecarrant ;
– Dépression ;
– Sentiment de culpabilité pour tout désir ;
– Rêves centrés sur l’échec ;
– Auto-négligence.

Névroses post-traumatiques

Confusion ;
– Angoisse et anxiété ;
– Cauchemars et souvenirs qui hantent fréquemment le sujet, lui rappelant l’incident du passé ;
– Amnésie partielle ou totale sur ce qui se rapporte à l’évènement traumatisant ;
– Agressivité ;
– Comportement clastique ;
– Fatigue ;
– Perturbation du sommeil.

Asthénie névrotique

– Sensation d’être toujours malade ;
– Sensation de fatigue permanente et importante sans cause réelle ;
– Fatigue exacerbée durant le jour ;
– Repos et sieste ne parviennent pas à améliorer l’état du sujet.

Traitements de la névrose

Certains remèdes sont reconnus comme étant efficaces pour apaiser les névroses.

– En complément des psychothérapies ou psychanalyses, l’utilisation d’antidépresseurs peut s’avérer être utile dans certaines formes de névroses. Le millepertuis (Hypericum perforatum), entre autres, a été avancé dans de bon nombres d’études comme étant à même de réduire voire de traiter la dépression des sujets mis en observation. L’extrait de cette plante a, effectivement, été plus efficace que des antidépresseurs de synthèse tout en ne présentant quasiment aucun effet indésirable (1). Les experts restent cependant partagés pour ce qui est de son efficacité en cas de dépression grave ;
La pratique d’activités physiques régulière est fortement conseillée dans diverses observations scientifiques. Cela permet en effet d’améliorer à la fois la santé physique et le bien être mental. Pratiqué convenablement, le sport peut même constituer une forme de thérapie cognitive selon certaines de ces études (2) ;
– En cas de troubles du sommeil dus à des causes psychiques, une étude suggère le gingko biloba mais à titre de traitement adjuvant (3) ;
– Pour apaiser l’anxiété, des études conseillent le kava (Piper methysticum) (4). Certains scientifiques dénoncent cependant les effets indésirables que peut engendrer ce type de poivrier sur le foie ;
L’ashwagandha est, en outre, avancé dans de nombreuses études comme pouvant à la fois réduire les stress même chroniques (5) et soulager l’anxiété (6).

Références

(1) Whiskey E, Werneke U, Taylor D., « A systematic review and meta-analysis of Hypericum perforatum in depression: a comprehensive clinical review.» Int Clin Psychopharmacol 2001 Sep;16(5):239-52.
(2) Servan-Schreiber D. Guérir , Éditions Robert Laffont, France, 2003, p.180.
(3) Hemmeter U, Annen B, et al . Polysomnographic effects of adjuvant ginkgo biloba therapy in patients with major depression medicated with trimipramine. Pharmacopsychiatry. 2001 Mar.
(4) Saeed SA, Bloch RM, Antonacci DJ., « Herbal and dietary supplements for treatment of anxiety disorders.», Am Fam Physician. 2007 Aug 15;76(4):549-56. Review.
(5) Chandrasekhar K, Kapoor J, Anishetty S., « A prospective, randomized double-blind, placebo-controlled study of safety and efficacy of a high-concentration full-spectrum extract of ashwagandha root in reducing stress and anxiety in adults.», Indian J Psychol Med. (2012).
(6) Bhattacharya SK, et al., « Anxiolytic-antidepressant activity of Withania somnifera glycowithanolides: an experimental study.» Phytomedicine. (2000).