Obésité

Présentation de l’obésité

Obésité, état d'une personne en surcharge pondérale, dû à un accroissement excessif de sa masse graisseuse
Obésité, état d’une personne en surcharge pondérale, dû à un accroissement excessif de sa masse graisseuse

L’obésité peut être définie comme étant l’état d’une personne en surcharge pondérale, dû à un accroissement excessif de sa masse graisseuse. Il s’agit du résultat de la consommation, sur une période assez longue, d’une quantité de calories largement plus importante que les dépenses énergétiques de l’organisme.

Il en existe diverses formes suivant l’excès et la répartition des tissus adipeux sur tout le corps. Mais en général, cet état est considéré comme pouvant être néfaste pour la santé et favoriser la survenue de diverses maladies chroniques. Par ailleurs, il réduit significativement tant la qualité que l’espérance de vie et est particulièrement dangereux chez les sujets âgés.

Causes de l’obésité

Divers facteurs peuvent favoriser l’augmentation de la masse graisseuse chez un sujet.

– Régime alimentaire riche en gras, en sel et en sucre ;
– Fritures et fastfoods ;
– Boissons alcoolisées contenant du sucre comme la bière, vins et cocktails ;
– Consommation de produits transformés hypercaloriques mais peu nutritifs comme les crèmes glacées, friandises, sodas. Ces produits, inhabituels à l’organisme humain, peuvent en outre fausser le signal de satiété et conduire une personne à en consommer davantage alors que la quantité de calories journalière nécessaire est déjà atteinte ;
– Sédentarité et manque d’activités physiques ;
– Système de climatisation moderne, empêchant le corps de fournir de l’énergie pour lutter contre les changements de température ;
– Recours aux moyens de transport modernes au détriment de la marche, du vélo, escaliers ;
– Grignotage ;
– Intempérance alimentaire ;
– Stress ;
– Manque de sommeil ;
– Trouble hormonal ;
– Hérédité. Certaines familles accumulent de graisses plus facilement que d’autres ;
– Excès de poids chez la mère avant et durant la grossesse augmente le risque de surpoids chez l’enfant ;
– Certains médicaments dont antidépresseurs, anticonvulsifs ;
Contraceptifs oraux.

Manifestations de l’obésité

Les manifestations de l'obésité dépendent de sa forme, androïde, gynoïde ou abdominale
Les manifestations de l’obésité dépendent de sa forme, androïde, gynoïde ou abdominale

Il existe différents types d’obésité mais en général, ils sont classés en quatre grandes catégories selon la répartition des tissus graisseux au niveau du corps.

– Graisses réparties uniformément sur tout le corps ;
– Graisses localisées uniquement sur le haut et l’abdomen (forme androïde), affectant plus particulièrement les hommes ;
– Graisses centrées au niveau de l’abdomen (forme abdominale), forme fréquente surtout chez les femmes ménopausées ;
– Graisses localisées sur la hanche et les cuisses (forme gynoïde), concernant essentiellement les femmes.

Certains indices permettent, en outre, d’identifier un cas de surcharge pondérale d’un poids de santé. Parmi ceux-ci, il y a entre autres :

– L’IMC (Indice de Masse Corporelle) qui est le rapport entre la masse corporelle en kilogramme et le carré de la taille de la personne en mètre. Un IMC supérieur à 25 signifie qu’il y a excès de poids chez le sujet. À partir de 30, il est question d’obésité ;
– Le rapport entre le périmètre de la taille et celui de la hanche. Un indice supérieur à 1 ou à 0,85 signifie qu’il y a excès de graisses abdominales respectivement chez l’homme et chez la femme ;
– La mesure du tour du ventre. Il y a surcharge pondérale si cette mesure est supérieure à 102 cm ou à 88 cm respectivement chez l’homme et chez la femme.

Traitements de l’obésité

Divers traitements peuvent être utilisés pour favoriser la perte de poids chez les obèses.

Réduire l’apport calorique journalier est fortement conseillé en cas d’excès de masse graisseuse. Pour cela, une réforme au niveau des habitudes alimentaires est plus que nécessaire. Celle-ci devra notamment privilégier les aliments sains comme les fruits, les légumes et les céréales complètes et réduire voire éviter les aliments transformés et hypercaloriques (1) ;
– La pratique d’activités physiques régulière est également importante ;
– Une observation scientifique a permis de conclure qu’un régime végétarien peut aider à retrouver un poids de santé. Une forte corrélation a, en effet, été retrouvée entre la consommation de viande et une surcharge pondérale au niveau de la population observée. Les sujets ne mangeant, par contre, que des fruits, des légumes, des céréales complètes et des noix, ont présenté un IMC normal. Le risque de survenue de diverses maladies telles que diabète, hypertension, AVC, arthrose a été, par ailleurs, très faible chez le groupe végétarien (2) ;
– Selon une étude, boire de l’eau avant le repas peut aider à réduire la consommation de calories. Au bout de 12 semaines d’observation, les sujets soumis à un régime à faible calorie et ayant adopté cette technique ont perdu 15.5 pounds (environ 7,03 kg) contre seulement 11 pounds (environ 4,98 kg) chez ceux qui n’ont suivi que le régime (3) ;
– Une autre étude avance les bienfaits du pain de seigle pour des objectifs de perte de poids. Les céréales dont le seigle peuvent, en effet, aider d’une part à contrôler l’appétit, ce qui réduit tout envie de grignoter ; et d’autre part, à booster le métabolisme de base, ce qui va augmenter les dépenses énergétiques du corps (4) ;
– Selon, en outre, un méta-analyse, les extraits de catéchines tels que ceux issus du thé vert, combinés à un régime sain, peuvent aider à perdre puis à éviter la reprise de poids (5) ;
– Une récente étude a mis en évidence l’efficacité de la berbérine pour aider des personnes obèses à perdre du poids. Prise au moment des trois repas, la molécule a permis de réduire au bout de 3 mois jusqu’à plus de 3,6% la masse graisseuse des sujets mis en observation (6) ;
– Lors d’une observation scientifique menée sur des souris, il a été prouvé que, associés à un régime sain, des extraits de curcumine pris quotidiennement peuvent favoriser la combustion des graisses corporelles (7).

Références

(1) « Obésité : Maigrir sans médicaments. », Revue Prescrire, no 282, Avril 2007.
(2) « Associations between diet and cancer, ischemic heart disease, and all-cause mortality in non-Hispanic white California Seventh-day Adventists.», 1999 American Society for Clinical Nutrition.
(3) Dennis EA , AL Dengo , DL Comber , KD Flack , J Savla , KP Davy, BM Davy, « Water Consumption Increases Weight Loss During a Hypocaloric Diet Intervention in Middle-aged and Older adults.», Obesity (Silver Spring). 2010 Feb; 18(2): 300–307.
(4) Rosén LA, et al., « Effects of cereal breakfasts on postprandial glucose, appetite regulation and voluntary energy intake at a subsequent standardized lunch; focusing on rye products.», Nutr J. 2011.
(5) Phung OJ, Baker WL, et al., « Effect of green tea catechins with or without caffeine on anthropometric measures: a systematic review and meta-analysis.», Am J Clin Nutr. 2010 Jan;91(1):73-81. Epub 2009 Nov 11. Review.
(6) Hu Y, et al., Lipid-lowering effect of berberine in human subjects and rats. Phytomedicine. (2012)
(7) Weisberg SP, Leibel R, Tortoriello DV., « Dietary curcumin significantly improves obesity-associated inflammation and diabetes in mouse models of diabesity.», Endocrinology. 2008.

error: Content is protected !!