Obtusion

Présentation de l’obtusion

Obtusion, forme la plus légère du déficit de vigilance, suivie de l'obnubilation, de la stupeur puis du coma
Obtusion, forme la plus légère du déficit de vigilance, suivie de l’obnubilation, de la stupeur puis du coma

L’obtusion est la forme la plus légère du déficit de vigilance, suivie de l’obnubilation, de la stupeur puis du coma. Il s’agit d’une perturbation de la fonction intellectuelle qui se caractérise par une diminution de la réactivité vis à vis de l’environnement. Une personne sujette à ce trouble semble dès lors plus lente à cogiter, parvient difficilement à raisonner et est incapable de maintenir son attention.

Bien qu’il ne s’agisse que du premier niveau de la baisse de vigilance, une prise en charge est toujours nécessaire pour déterminer la cause et adopter les traitements adéquats afin d’éviter toute dégénérescence de l’état du sujet.

Causes de l’obtusion

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’hypovigilance.

– Infection telle que paludisme, encéphalite, méningite ;
Hypoglycémie chez les diabétiques ;
– Anémie aiguë ;
– Traumatisme dont brûlure, électrocution, choc crânien, contusion ;
Accident Vasculaire Cérébral ;
– Hydrocéphalie ;
– Maladie systémique dont neurolupus ;
– Prise de certains médicaments tels que des anticonvulsifs, neuroleptiques, corticoïdes, antidépresseurs ;
– Insuffisance hépatique ;
Insuffisance rénale ;
– Inflammation du pancréas ;
– Troubles endocriniens ;
– Troubles métaboliques dont troubles des taux plasmatiques de calcium, de magnésium, de sodium ;
– Baisse du taux de phosphore dans le sang ;
– Néoplasie intracrânienne ;
– Maladie dégénérative dont celle d’Alzheimer ;
– Prise de certaines substances dont des morphiniques, alcool, digitaliques ;
– Arrêt de la prise de certaines substances telles que des barbituriques, opiacés, alcool ;
– Intoxication au monoxyde de carbone ;
– Âge ;
Fatigue, retard de sommeil.

Manifestations de l’obtusion

Manifestations de l'obtusion : fièvre, hypoglycémie, nausées, fatigue, céphalées, nystagmus, ...
Manifestations de l’obtusion : fièvre, hypoglycémie, nausées, fatigue, céphalées, nystagmus, …

Une hypovigilance de premier degré peut être reconnue par quelques signes.

– Somnolence du sujet ;
– Impossibilité de fixer l’attention sur quelque chose ;
– Difficulté à comprendre et à raisonner ;
– Ralentissement des facultés cognitives dont la pensée, la perception, l’orientation ;

Certains symptômes peuvent se manifester selon la cause du trouble.

Fièvre si le déficit de vigilance est d’origine infectieuse ;
– Pâleur en cas d’hypoglycémie, choc, anémie ;
– Baisse de la température en cas d’intoxication, d’hypothyroïdie ;
Nystagmus s’il y a lésion dans les environs de l’aqueduc du mésencéphale, segment du tronc cérébral joint au cerveau ;
– Opsoclonie, oscillation anarchique et conjuguée des yeux, en cas d’atteinte du cervelet ou du tronc cérébral ;
– Cyanose, coloration noirâtre ou bleue de la peau due à une insuffisance respiratoire ;
Ictère en cas d’insuffisance hépatique ;
– Changement de l’haleine selon la cause de la baisse de vigilance ;
Nausées, faiblesse et céphalées en cas de gueule de bois ;
Soif intense, nausées, vomissements, miction abondante en cas de crise d’acétone chez un diabétique ;
– Soif, affaiblissement des muscles en cas d’hypernatrémie ; céphalées, nausées, aversion pour l’eau en cas d’hyponatrémie.

Traitements de l’obtusion

Le traitement de cette forme d’hypovigilance dépend de sa cause.

– Selon une étude, le traitement d’urgence d’une dyscalcémie doit inclure une réhydratation en cas d’hypercalcémie, et d’apport supplémentaire de calcium en cas d’hypocalcémie. Il faudra par la suite traiter la cause même de ce trouble (1) ;
En cas de taux de sodium élevé dans le sang, un apport suffisant en eau suffit en général pour apaiser les symptômes liés dont le déficit de la vigilance (2). L’hyponatrémie, cependant, devra être corrigée progressivement car un traitement rapide peut conduire à une complication du trouble de vigilance voire au coma ;
– Une étude avance que la prise de supplément de magnésium, de zinc, de vitamine C et B peut aider à apaiser les symptômes d’une hypoglycémie (3) ;
– En cas d’intoxication à l’alcool, le meilleur remède consiste à boire beaucoup d’eau notamment pour compenser la déshydratation à l’origine du mal de tête. Le café, par contre, n’est pas indiqué. Il favorise, en effet, l’absorption de l’éthanol et son effet diurétique peut aggraver la déshydratation. Selon, en outre, un essai clinique, prendre du miel en même temps que l’alcool peut augmenter le taux d’élimination de ce dernier par l’organisme (4). Un autre essai clinique avance que des suppléments de vitamine B6 ont permis de réduire les symptômes du gueule de bois chez les sujets mis en observation (5).

Références

(1) Guitton C, B. Renard, L. Gabillet, D. Villers, « Dyscalcémie aux urgences.», Réanimation, No11, vol 7, 2002.
(2) Lorenzo Berwert, Bruno Vogt, Michel Burnier, « Hypernatrémie : une question d’eau.», Rev Med Suisse , vol. 6, no 238, 3 mars 2010,
(3) Roberts AJ, « Nutraceuticals – The complete encyclopedia of Supplements, Herbs, Vitamins and Healing Foods.», Perigee Books, États-Unis, 2001.
(4) Onyesom I., « Honey-induced stimulation of blood ethanol elimination and its influence on serum triacylglycerol and blood pressure in man.», Ann Nutr Metab . 2005 Sep-Oct;49(5):319-24.
(5) Khan MA, Jensen K, Krogh HJ. Alcohol-induced hangover. A double-blind comparison of pyritinol and placebo in preventing hangover symptoms. Q J Stud Alcohol . 1973 Dec;34(4):1195-201