Strabisme

Présentation du strabisme

Strabisme, affection caractérisée par un défaut d'alignement des axes visuels
Strabisme, affection caractérisée par un défaut d’alignement des axes visuels

Le strabisme est une anomalie du système visuel qui se caractérise par un défaut de parallélisme au niveau des axes de vision des deux yeux. Les yeux ne sont donc pas normalement alignés et ne parviennent pas à regarder simultanément dans la même direction. Suivant le cas, cette affection peut être constante ou intermittente, ne survenant que lors de certaines occasions.

Cette maladie peut concerner toutes les tranches d’âge, aussi bien les plus jeunes enfants que les adultes. Chez les premiers, la plus grande complication serait la survenue d’une amblyopie, lorsque le cerveau privilégie constamment les images provenant d’un œil tandis que ceux provenant de l’autre sont ignorés. La perte définitive de l’acuité visuelle de cet œil faible peut alors s’ensuivre en l’absence de traitement. Chez les seconds, par contre, l’affection entraîne plutôt à une diplopie c’est à dire à une vision double. Le cerveau, suffisamment développé et habitué à recevoir les images provenant à la fois des deux yeux, ne cherchera donc pas à privilégier un œil. Le risque d’amblyopie est donc très rare à l’âge adulte.

Causes du strabisme

Une anomalie au niveau de l’alignement des axes visuels peut avoir diverses causes. Parmi celles-ci, il y a entre autres :

– Défaut congénital chez certains nourrissons dû à un déséquilibre dans l’usage simultané des yeux ;
– Naissance prématurée ;
Hypermétropie qui peut pousser le sujet à faire des efforts d’accommodation pour voir des objets proches correctement ;
– Lors des crises d’absence généralisée chez les enfants épileptiques. Dans tel cas, l’un des yeux se dirige spontanément et de manière intermittente vers l’extérieur ;
– En cas de fatigue oculaire ;
– Suite à une affection oculaire unilatérale telle qu’une cataracte congénitale ;
– Suite à une paralysie musculaire ;
– Atteinte d’un nerf ;
– Lésion au niveau du cerveau telle qu’après un traumatisme crânien, une contusion, une blessure ;
Néoplasie cérébrale ;
– Durant la nuit ou en cas de faible lumière ;
– Mauvaise irrigation du sang au niveau d’un œil tel qu’en cas de diabète, d’hypertension artérielle, de sclérose en plaque, hyperthyroïdie ;
– En cas d’hémorragie cérébrale ;
– Troubles du système visuel dont la myopie et l’astigmatisme ;
– Hérédité chez certaines familles.

Manifestations du strabisme

Manifestations du strabisme : vision double, yeux non alignés, yeux qui ne bougent pas simultanément, ...
Manifestations du strabisme : vision double, yeux non alignés, yeux qui ne bougent pas simultanément, …

Une anomalie au niveau du parallélisme des axes de vision des deux yeux peut se manifester de 4 façons différentes.

– Esotropie lorsque les axes visuels sont convergents, c’est-à-dire quand l’un ou les deux yeux dévient vers l’intérieur. Il s’agit de la forme la plus fréquente et celle rencontrée chez les jeunes enfants ;
– Exotropie lorsque les axes visuels sont divergents c’est-à-dire l’un ou les deux yeux dévient vers l’extérieur ;
– Hypotropie, anomalie de parallélisme vertical telle que quand un œil regarde tout droit, l’autre dévie vers le bas ;
– Hypertropie, anomalie de parallélisme vertical telle que quand un œil se tourne vers le côté droit, l’autre dévie vers le haut ;

Certains signes peuvent, en outre, accompagner cette affection visuelle :

– Yeux non alignés ;
– Désalignement des yeux lors d’une fatigue oculaire ou en cas de faible lumière ;
– Yeux qui ne bougent pas de façon simultanée ;
– Vision double ;
– Notion faussée du relief et de la profondeur ;
– Nécessité de tourner la tête du côté de l’œil fort pour bien voir dans certaines directions.

Traitements du strabisme

Certains traitements peuvent être adoptés pour la prise en charge du strabisme.

– Si le défaut de parallélisme est dû à une myopie, une hypermétropie ou un astigmatisme, le port de lunettes ou de lentilles de contact pour corriger la vue est souvent le plus préconisé ;
– En cas d’amblyopie, des séances d’exercices orthoptiques pour stimuler le fonctionnement de l’œil paresseux sont souvent avancées comme les plus efficaces si le traitement est débuté suffisamment tôt, avant l’âge de 6 ans ;
– Certaines études suggèrent le recours à une intervention chirurgicale dans les cas où le défaut d’alignement des yeux est très prononcé. L’usage de certains produits qui peuvent paralyser temporairement les muscles est également avancé. Le but de cette technique étant de relaxer un muscle pendant un certains temps afin de permettre au muscle opposé de se renforcer (1) ;
– Une étude avance les bienfaits du cassis, notamment de ses feuilles, pour améliorer l’acuité visuelle en cas d’amblyopie (2) ;
En cas de fatigue oculaire, une observation préconise l’usage de la camomille allemande. Le traitement consiste à appliquer sur l’œil concerné une compresse imbibée d’une infusion de cette plante (3).

Références

(1) Vryghem J., « Strabisme.», Brussels Eye Doctors, Ophtalmologie et maladies des yeux.
(2) « Phytothérapie, la Santé par les Plantes.», Édition Vidal, Selection du Reader’s Digest.
(3) Encyclopédie des plantes médicinales. Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1.

error: Content is protected !!