Huile de foie de morue : Guide d’achat

Se supplémenter en huile de foie de morue peut nous aider à tirer divers bénéfices santé, tout en faisant le plein d’oméga-3. Faire le choix entre les nombreuses marques sur le marché n’est cependant pas une mince affaire. Avec la façon dont les fabricants promeuvent leurs produits, nous pouvons nous perdre complètement. Quelques critères sont à considérer pour bénéficier d’un complément de qualité.

Origine de la morue

La morue fait partie, depuis peu, de la liste des poissons sauvages dont la consommation est à éviter. La raison en est que cette espèce est victime de surpêche et le peu qui reste est devenu impropre à la consommation. La plupart de ces poissons sauvages qui arrivent sur le marché proviennent d’un environnement pollué, les mers du sud. Les rejets de produits chimiques et métaux lourds, le bouleversement climatique, la prolifération anormale des algues…, tout cela nuit en fait à leurs milieux. Les cabillauds, vivant dans tel lieu, ont du mal à se nourrir et deviennent alors susceptibles aux parasites et maladies. Les seuls poissons permettant d’extraire de l’huile de qualité sont aujourd’hui ceux péchés dans les mers du Nord. La pêche est soumise à des réglementations strictes dans cette partie du globe.

Forme galénique : Capsule

huile de foie de morue
Préférez l’huile de foie de morue en capsule qui est mieux protégée de l’oxydation !

Un second point à considérer au moment de l’achat est la forme galénique dans laquelle l’huile de foie de morue est proposée. Il est préférable d’opter pour celle en capsule. Cette huile, du fait de la présence d’acides gras insaturés dans sa composition, est en fait très sensible à l’oxydation. Une fois, à l’air libre, sous l’effet de l’oxygène, leur liaison chimique se rompt et les molécules se réarrangent pour former d’autres corps dangereux pour la santé. Il s’agit du phénomène de rancissement. Les radicaux libres peroxydes issus d’une telle réaction sont connus pour favoriser la formation d’athérome, à l’origine des maladies cardiovasculaires. Les capsules permettent de bien protéger ces acides gras insaturés à ne pas se décomposer. Et donc de conserver toutes les qualités thérapeutiques de ce produit. Ce qui n’est pas le cas des huiles de foie de morue en bouteille.

Procédé de fabrication

Il faudra aussi faire attention au procédé de fabrication adopté par la marque, car celui-ci influe considérablement sur la qualité de l’huile. Déjà, pour le foie de morue utilisée, il n’est pas nécessaire que celui-ci provienne de poissons d’élevage. Depuis quelques temps, nous pouvons voir circuler des huiles de foie de morue soi-disant bio. Le bio dans ce domaine n’existe pas ! Ce genre de produit ne peut pas être régi par les réglementations bio même si les poissons sont nourris d’aliments « bio ». Les cabillauds sont en meilleure santé lorsqu’ils vivent dans leur habitat naturel et peuvent se nourrir à leur guise.

Pour ce qui est de la préparation de l’huile, méfiez-vous des produits fabriqués selon des techniques innovantes qui parfois utilisent de fortes chaleurs. Ces procédés peuvent dégrader la qualité de l’huile. La méthode traditionnelle qui consiste à cuire l’ingrédient à basse température pour faire l’extraction est à préférer.

Teneurs en AEP et ADH

On recommande l’huile de foie de morue pour sa teneur élevée en oméga-3. Donc, si le complément alimentaire ne vous permet pas d’augmenter vos apports journaliers en AEP et ADH, ce n’est pas intéressant de l’acheter. Rappelons que l’acide eicosapentaénoïque (AEP) et l’acide docosahexaénoïque (ADH) sont les deux grandes formes de cet acide gras insaturé. Il nous faut dans les 500 mg par jour de ces oméga-3 selon les scientifiques, pour une meilleure protection contre les maladies cardiovasculaires. Or, notre alimentation ne nous permet pas d’atteindre un tel dosage. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de prendre des suppléments, pour combler le manque.

Équilibre vitamine D/vitamine A

Cette huile de poisson contient aussi des vitamines, dont A, D et E. Il faut vérifier particulièrement les teneurs de ces deux premières. La quantité de vitamine A ne doit pas dépasser l’apport journalier recommandé, 3 000 µg/j, au risque d’entrer en compétition avec la vitamine D. Un déséquilibre entre elles peut occasionner des problèmes de santé. Une hypervitaminose A entraîne, par exemple, une baisse de la densité osseuse, une anomalie du foie et des pertes capillaires.

Pureté de l’huile

Un dernier critère à prendre en compte est la pureté de l’huile de foie de morue. S’assurer que celle-ci est totalement dépourvue de PCB (polychlorobiphényles) et métaux lourds. En fait, l’organisme des poissons a cette capacité de cumuler des corps étrangers, dont des polluants. Ceux-ci peuvent être présents dans l’huile après l’extraction. Les autorités sanitaires ont imposé des teneurs maximales à ne pas dépasser, pour la sécurité des consommateurs.

Notre choix

Les marques d’huile de foie de morue sont innombrables, mais une seule présente tous ces critères de qualité. Le supplément de Dynveo est :

  • Extrait de foie de morue sauvage, pêché en mer Scandinave, Norvège.
  • Fourni dans une capsule marine, qui le protège du rancissement. Son indice d’oxydation est garanti le plus bas du marché, inférieur à 2.
  • Obtenu par une cuisson à basse température, permettant de conserver toutes ses qualités nutritionnelles et thérapeutiques.
  • Riche en oméga-3, dont la teneur s’élève à 200 mg. Ses dosages en vitamines A et D ne dépassent pas les apports journaliers recommandés.
  • Garanti sans PCB et métaux lourds, grâce à un procédé de filtration à charbons actifs.

Huile de foie de morue Dynveo

error: Contenu protégé sous copyright