Anévrisme

Présentation de l’anévrisme

L'anévrisme est une hernie sur une partie de la paroi artérielle
L’anévrisme est une hernie qui se forme sur une partie de la paroi artérielle

L’anévrisme ou anévrysme est une hernie qui se forme sur un segment d’une paroi artérielle suite à une dilatation anormale de celle-ci. Il prend en général l’apparence d’un sac qui tend à augmenter de volume sous l’effet de la pression du sang. Dans les cas les plus graves, il peut atteindre des centimètres de diamètre et peut alors se rompre. Il en résulte une hémorragie interne pouvant conduire à la compression des tissus adjacents. Il s’agit de la complication la plus dangereuse et souvent mortelle de cette affection et constitue la cause de plus de 10% des cas d’accident vasculaire cérébral.

Les anévrismes apparaissent surtout sur les parois affaiblies des artères. Ils surviennent principalement au niveau des artères intracrâniennes, de l’aorte ascendante du thorax et de l’aorte abdominale. Ce sont, en outre, les personnes ayant une mauvaise hygiène de vie, dont notamment tabagisme ou obésité, qui en sont les plus souvent affectées. Le risque de la survenue de cette affection tend, par ailleurs, à croitre avec l’âge.

Causes de l’anévrisme

Nombreuses peuvent être les causes de la formation des anévrismes.

– Paroi artérielle plus fine que la normale due à une malformation congénitale ;
Hypertension artérielle qui peut être favorisée par certaines pathologies telle que par une affection rénale ;
– Dépôts de graisses ou athéromes sur les parois des artères ;
– Maladie de Marfan, une pathologie génétique qui s’attaque à l’une des trois couches qui composent la paroi artérielle ;
– Syndrome d’Ehlers-Danlos type vasculaire, une affection héréditaire qui se caractérise par une peau fine et une fragilité des organes et des vaisseaux sanguins ;
– Surpoids et obésité ;
Diabète ;
– Sédentarité ;
– Tabagisme, alcoolisme, prise de cocaïne ;
– Régime alimentaire fortement carné ou riche en graisses animales ;
– Consommation importante de sel et de sucre ;
– Certaines maladies comme la syphilis ;
– Troubles hormonaux dont principalement baisse du taux d’œstrogène chez la femme après la ménopause ;
– Blessure au niveau d’une artère telle qu’après un accident, une agression ou une intervention médicale ;
Infection comme certains cas d’anévrysme se formant dans le foie ;
– Hérédité.

Manifestations de l’anévrisme

Les symptômes de l'anévrisme dépendent de sa forme et de l'endroit où il se trouve, cérébral, abdominal, ou autres
Les symptômes de l’anévrisme dépendent de sa forme et de l’endroit où il se trouve, cérébral, abdominal, ou autres

Les anévrismes peuvent évoluer insidieusement dans certains cas sans laisser paraître le moindre symptôme. Dans d’autres cas, c’est surtout la compression qu’ils peuvent exercer sur les tissus environnants qui est à l’origine des signes.

Il en est notamment le cas en cas d’anévrysme cérébral. Parmi ces signes, il peut y avoir :

Céphalées ;
– Sensation de douleur au dessus et derrière le globe oculaire ;
– Vision double ;
– Dilatation du pupille ;
– Affaiblissement de l’acuité visuelle ;
– Trouble du langage ;
– Paralysie et affaiblissement du côté affecté de la face ;

En cas d’anévrysme thoracique ou abdominal, il peut y avoir :
– Douleurs ressenties dans le ventre, dans le dos, dans le thorax suivant le cas ;
– Sensation d’encombrement de la respiration ;
– Toux ;
– Difficulté à avaler ;
– Insuffisance cardiaque ;
– Perturbation du rythme cardiaque ;
– Angine de poitrine.

Une rupture d’anévrysme peut, en outre, être reconnue par certains symptômes.

– Céphalée intense de survenue brutale due à l’hémorragie causée par la rupture d’un anévrysme cérébral. Un hématome va alors se former rapidement puis comprimer le cerveau. Les fonctions cérébrales vont en être perturbées ;
– Douleur lombaire ou thoracique intense survenant brusquement en cas de rupture d’un anévrysme aortique. Le sujet peut aussi manifester une insuffisance cardiaque et une tachycardie ;
Nausées et vomissements ;
– Perte de connaissance pouvant rapidement s’ensuivre ;
– Mort subite.

Traitements de l’anévrisme

Certains traitements peuvent aider à prendre en charge des cas d’anévrismes.

– Que cela soit pour prévenir la formation ou la rupture des anévrismes, il est fortement recommandé d’adopter une bonne hygiène de vie, dont notamment un sevrage tabagique. Une étude conclut en effet que le tabac peut non seulement augmenter le risque de formation de poche anévrismale mais également favoriser la rupture des anévrysmes existants (1) ;
– Selon diverses observations, le contrôle de la pression artérielle est associé positivement à la baisse de la survenue de rupture d’anévrismes dont notamment celui de l’aorte abdominal (2) ;
– Nombreuses études suggèrent, par ailleurs, l’adoption d’un régime alimentaire sain non seulement pour protéger les artères mais également tout le système cardiovasculaire et le cerveau. Un régime végétarien est alors le plus avancé à cet effet (3) ;
– La pratique régulière d’activités physiques adaptées à chaque cas est également recommandée pour entretenir la santé cardiovasculaire (4) ;
– Un cas d’anévrisme rompu relève par ailleurs d’une urgence médicale.

Références

(1) Pierot L, et al., « Traitement des anévrismes intracrâniens. », Sang Thrombose, La Presse Médicale, 2012, Elsevier.
(2) Robert M. et al., « Évolution de l’Incidence Annuelle des Patients Hospitalisés et de la Mortalité pour Anévrismes de l’Aorte Abdominale en France entre 2000 et 2013.», Journal des maladies vasculaires, Elsevier, 2015.
(3) Lorgeril, M de., « La Prévention Cardiovasculaire au 3e Millénaire.», Méditerranéenne en Suisse, Résumé, 2001.
(4) Weinmann P., « Protéger artères et cerveau, alimentation saine, Oméga 3, Exercices Physiques », 2017, Albin M.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright