Boulimie

Définition de la boulimie

Boulimie, trouble de la conduite alimentaire se traduisant par une ingestion excessive d'aliments suivie de la prise d'une mesure de purge
Boulimie, trouble de la conduite alimentaire se traduisant par une ingestion excessive d’aliments suivie de la prise d’une mesure de purge

La boulimie est un des troubles du comportement alimentaire le plus connu qui consiste à l’ingestion d’une quantité très importante d’aliments suivie de la prise d’une mesure de purge de l’organisme afin d’éviter toute prise de poids. Elle peut être considérée comme une forme d’addiction en la nourriture dans la mesure où elle est à l’origine d’un besoin de manger de plus en plus croissant et ce, en l’absence d’une sensation de faim. Lors de la survenue des crises, les sujets boulimiques perdent alors le contrôle face à l’obsession de vouloir surconsommer et ne ressentent le regret qu’une fois la crise passée.

Cette pathologie est la plus fréquente parmi tous les types de troubles de la conduite alimentaire. Elle touche majoritairement les femmes, notamment celles en période de fin d’adolescence. Les hommes les plus concernés sont particulièrement ceux qui cherchent à entretenir leur apparence physique et à contrôler la masse pondérale de façon excessive.

Causes de la boulimie

Divers sont les facteurs à l’origine de ce trouble de la conduite alimentaire. Parmi ceux-ci, il y a :

– Prédisposition génétique. Les sujets ayant un membre de la famille boulimique présentent plus de risque à le devenir également ;
– Dysfonctionnement neurologique. Chez les boulimiques, la sérotonine qui assure la transmission de message de satiété semble être en quantité plus faible par rapport à la normale ;
– Abus sexuel durant l’enfance notamment chez les femmes ou désir inconscient de vouloir rester toujours enfant par peur des actes sexuels. Dans tel cas, les crises boulimiques constituent pour certains sujets une solution pour apaiser leur peur intérieure. Pour d’autres, la déformation corporelle que peut engendrer ce dysfonctionnement est vue comme un moyen de défense contre un acte sexuel ;
– Obsession de vouloir paraitre sans défaut chez des personnes soucieuses de leur apparence et qui cherchent alors à contrôler excessivement leur poids. Les acteurs, les athlètes et les mannequins en sont notamment les plus concernés ;
– Manque d’estime de soi notamment sur l’apparence physique associé à des difficultés à s’exprimer. La nourriture devient alors chez les sujets affectés par de tels problèmes psychologiques un refuge ;
– Sentiment de vide ou de solitude qui peut pousser des personnes vulnérables à combler ce manque par des crises boulimiques ;
– Dépression ou tristesse profonde, telle que les crises constituent d’autres méthodes de se réconforter pour les boulimiques.

Symptômes de la boulimie

Symptômes de la boulimie : ingestion importante de nourritures, sentiment de honte, comportement compensatoire, ...
Symptômes de la boulimie : ingestion importante de nourritures, sentiment de honte, comportement compensatoire, …

Les crises peuvent être reconnues par certaines caractéristiques.

– Ingestion d’une importante quantité de nourriture. Le boulimique ne s’arrêtera alors que lorsqu’il sentira une malaise abdominale ;
– Perte de contrôle devant le besoin d’assouvir une envie compulsive de manger et ce, même si aucune sensation de faim n’est ressentie. Il s’agit d’une forme d’addiction à la nourriture au même titre que la dépendance des alcooliques à l’alcool ou des drogués à la drogue ;
– Ingestion plus rapide de la nourriture qu’en temps normal ;
– Sentiment de honte, de dégoût et de culpabilité faisant suite à la crise alimentaire ;
– Comportement compensatoire pour tenter d’éviter de prendre du poids. Parmi les mesures qui peuvent être alors prises, le boulimique peut opter pour le vomissement, la prise de laxatifs, la pratique intensive d’activités physiques ou le jeûne ;
– Crises survenant deux fois par semaine durant 3 mois ou plus.

Cette affection peut conduire à diverses complications dont notamment :

– Gonflement des glandes parotides situées sous les joues et inflammation de l’œsophage dus aux fréquents vomissements. Il peut également y avoir une érosion de l’émail des dents, importante fatigue et déshydratation ;
– Rupture gastrique suite à l’absorption d’une quantité importante d’aliment sur une période de temps assez courte ;
– Perturbation du rythme cardiaque causée par la prise fréquente de laxatif ou de diurétiques et au trouble ionique associé ;
– Aggravation de la maladie, l’addiction à la nourriture peut devenir une dépendance à la drogue ou à l’alcool. Dans certains cas, elle devient une anorexie ;
– Chronicité de la pathologie si aucune prise en charge n’est effectuée.

Traitement de la boulimie

Certains traitements sont connus comme pouvant être efficaces pour prendre en charge ce type de trouble du comportement alimentaire.

– Diverses études s’accordent que le traitement de la boulimie doit inclure une psychothérapie telle que la thérapie interpersonnelle qui vise à comprendre les causes sociales, efficace en cas de dépression, ou la thérapie cognitive et comportementale cherchant surtout à établir de nouvelle relation avec la nourriture. Dans tous les cas, le traitement devra être poursuivi sur une période assez longue pour qu’il y ait efficacité (1) ;
– Lors d’une expérimentation, il a pu être montré que des séances de yoga menées sur une période de deux mois ont été bénéfiques à titre de traitement secondaire chez des sujets présentant des perturbations au niveau de la conduite alimentaire. Ceci s’explique par l’amélioration du bien-être et la relaxation que ces sujets ont pu procurer grâce à cette discipline (2) ;
Associées à une psychothérapie, des séances d’activité physique ont été bénéfiques chez des sujets souffrant de troubles du comportement alimentaire mis en observation lors d’une étude. Une nette amélioration de leur état dépressif d’une part et une diminution des épisodes de crises d’autre part ont pu être observées (3) ;
– D’autres études avancent l’efficacité de l’hypnose Ericksonnienne en cas de perturbation de la conduite alimentaire. Ce type d’hypnose est connu en effet comme pouvant permettre de changer les convictions profondes du boulimique qu’il a sur lui-même et donc de l’aider à vaincre ses troubles psycho-émotionnels, à l’origine de ses envies compulsives de se suralimenter (4) ;
– En cas de crises boulimiques associées à une dépression ou à d’autres troubles psychiatriques, il a pu être montré lors d’une étude que le guarana présente des effets anti-dépresseurs et psychostimulants très efficaces (5).

Références

(1) Kass AE et al., «Traitements psychologiques pour les troubles de l’alimentation.», Curr Opin Psychiatry. 2013 Novembre.
(2) Carei TR, et al., «Essais cliniques contrôlés randomisés du yoga dans le traitement des troubles de l’alimentation», J Adolesc Health. 2010 Avril.
(3) Vancampfort D, et al., «Une revue systématique sur les interventions de thérapie physique pour les patients souffrant de frénésie alimentaire.», Disabil Rehabil. 2013.
(4) Campos AR, et al., «Les effets aigus du guarana sur le comportement de la souris dans les essais de natation forcée et de terrain ouvert», Phytother Res. 2005

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright