Brucellose

Présentation de la brucellose

Brucellose, infection provoquée par
Brucellose, infection provoquée par les bactéries Brucella

La brucellose est une infection due à une bactérie du genre Brucella. C’est un coccobacille de petite taille aérobie qui peut survivre en milieu extérieur organique humide ou sec une centaine de jours, et en milieu non organique une trentaine de jours. Il peut aussi survivre dans le sang plus de 6 mois à une température supérieure à 5°C. Ce type de bactérie ne résiste pas toutefois au soleil et aux sources de chaleur.

Cette maladie infectieuse est une anthropozoonose, autrement dit transmise d’un animal contaminé à l’Homme directement ou indirectement. Elle peut être très grave, potentiellement mortelle, en l’absence de prise en charge efficace dès sa première phase. Bien que rare à l’échelle mondiale, les 500.000 cas recensés tous les ans sont pour la plupart retrouvés dans les régions méditerranéennes, au Moyen Orient, en Afrique, en Amérique du sud et centrale. Le milieu rural est, par ailleurs, le plus concerné.

Ses autres appellations : fièvre de Malte, fièvre méditerranéenne, fièvre ondulante.

Causes de la brucellose

Comme il a été dit, cette pathologie se transmet uniquement à l’Homme par un animal contaminé par la bactérie. Sa transmission entre humains est très rare. Il en existe diverses espèces mais quatre sont reconnues comme pouvant infecter l’être humain :

– B. Melitensis, la plus fréquente dont les réservoirs sont les caprins et les ovins (chèvre et mouton). Elle est retrouvée particulièrement dans la région méditerranéenne ;
– B. Abortus bovis, responsable de l’infection bovine notamment en Amérique latine et en Afrique noire ;
– B. Suis, cause des cas de brucelloses chez les suidés (porc, phacochère) en Amérique du nord ;
– B. Canis, l’espèce de Brucella qui affecte les canidés (chien, renard, chacal, loup).

Différents facteurs peuvent être à l’origine d’une contamination au Brucella chez l’Homme :

– Contact de la peau ou des muqueuses avec un animal infecté. Les blessures et les égratignures peuvent dans tel cas favoriser l’entrée de la bactérie dans le sang ;
– Contact de la peau avec la sécrétion ou l’excrétion d’un animal contaminé ;
– Manipulation d’animaux morts, d’un produit d’avortement sans protection ;
– Consommation de lait, de produits laitiers ou de viande dont la cuisson n’a pas suffit pour tuer correctement les bactéries ;
– Consommation crue de légumes ou de fruits mal lavés et qui ont été contaminés par du fumier, un animal malade, des instruments ou les mains souillées ;
– Prélèvement pour les recherches chez les laborantins ;
– Étable, porcherie ou bergerie insuffisamment ensoleillé pouvant favoriser la multiplication des bactéries.

Symptômes de la brucellose

Symptômes de la brucellose :
Les symptômes de la brucellose évoluent en 3 phases

La fièvre de Malte peut se présenter de différentes manières chez l’Homme, mais en général, elle évolue en 3 phases précédées d’une période d’incubation. Celle-ci dure en moyenne de deux semaines, mais peut toutefois s’étendre des mois dans certains cas ou ne durer que quelques jours dans d’autres. Durant cette période d’incubation, les bactéries vont se multiplier au niveau du premier ganglion qu’elles croisent.

Après la période d’incubation se succèdent les phases de l’infection qui sont notamment :

Phase aiguë :

Cette phase primaire se caractérise par une septicémie (infection généralisée) secondaire à la prolifération du Brucella dans divers organes de l’organisme par voie sanguine. Elle peut être reconnue par :

– Des épisodes de fièvre séparées entre elles par une période de rémission. La température tend, en outre, à croitre d’environ 0.5°C à chaque onde de fièvre jusqu’à atteindre les 40°C puis à redescendre progressivement vers la normale. Sans traitement, les épisodes de fièvre tendent à s’espacer jusqu’à ce qu’elles disparaissent ;
– Frissons et importantes sudations ;
– Tuméfaction des ganglions ;
– Malaise accompagnée de céphalées, d’une sensation de courbature et parfois de diarrhée ;
Asthénie et affaiblissement ;
– Augmentation des volumes du foie et de la rate (hépatomégalie et splénomégalie).

Phase dite focalisée :

Cette deuxième phase se manifeste 6 mois après la première si la prise en charge a été insuffisante ou absente. Elle se caractérise principalement par la formation de sièges d’infection pouvant être isolé ou nombreux en divers endroits du corps. Ceux-ci peuvent se constituer entre autres au niveau des os et des articulations, dans le foie, dans le cœur, dans le système nerveux central.

Phase chronique :

Cette phase correspond à l’évolution chronique de l’infection qui peut survenir dans certains cas. Elle se caractérise par l’atteinte de tous les organes conduisant alors à diverses complications qui peuvent parfois être fatales telles qu’une endocardite, méningite, encéphalite, arthrite, suppuration hépatique.

Elle peut se manifester par différents symptômes dont :

– Douleurs multiples notamment musculaires, articulaires, abdominales et lombaires ;
– Asthénie importante et affaiblissement ;
Anorexie (diminution de l’appétit) pouvant conduire à une diminution du poids ;
– Trouble émotionnel et du comportement avec notamment irritabilité et dépression ;
– Trouble de l’endormissement ;
– Rechute fébrile.

Traitement de la brucellose

La particularité du Brucella est sa capacité à se développer dans le phagosome après qu’il soit phagocyté par certains types de globules blancs. Une fois à l’intérieur de la cellule, il est alors immunisé contre les défenses envoyées par le système immunitaire de son hôte. Ce qui est à l’origine de la chronicité de l’infection.
À part une antibiothérapie qui n’est cependant efficace que si elle est entreprise durant les deux phases de l’infection, la prévention reste la meilleure prise en charge de la fièvre méditerranéenne. Pour cela, il est entre autres conseillé (1) :

– De se protéger avec des gants et une masque avant toute manipulation de sécrétion, d’excrétion ou de carcasses, pouvant être contaminées ;
– D’avoir une bonne hygiène notamment des mains après avoir été en contact avec un animal ;
– De ne consommer que du lait pasteurisé ;
– D’éviter de manger des fruits ou des légumes crus dans une zone où l’infection est endémique ;
– De garder l’étable, la porcherie ou la bergerie dans de bonnes conditions d’hygiène ;

Une étude avance que la piloselle (Hyeracium pilosella), notamment son suc frais, peut être utilisée tant dans les cas de brucelloses humaines qu’animales. Cette plante doit entre autres ses propriétés thérapeutiques à l’ombelliférone, molécule de la famille des coumarines, qu’elle renferme qui est à la fois anti-infectieuses et anti-inflammatoires (2) ;

Dans les formes moins graves, la fièvre ondulante peut guérir d’elle-même en 3 semaines dès la première phase sans qu’il ne soit utile de recourir à un traitement spécifique (3).

Références

(1) Brucellose, Dictionnaire Médical, Information Hospitalière, Sept 2006.
(2) Mazimba O., « Umbelliferone : sources, chemistry and bioactivities review.», Bulletin of faculty of pharmacy, Cairo University, 2017.
(3) Bush L. et al., « Brucellose.», Merck Sharp et Dohme, USA.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright