Burn out

Définition du burn out

Burn out est un terme anglais pour désigner le syndrome d'épuisement professionnel
Burn out est un terme anglais pour désigner le syndrome d’épuisement professionnel

Le burn out signifiant se consumer de l’intérieur est un terme anglais utilisé pour désigner le syndrome d’épuisement professionnel. Il est le résultat d’un stress intense et chronique mal géré en milieu professionnel. Le sujet, voyant son incapacité à s’adapter et à répondre efficacement aux exigences accrues de son travail, décide de s’investir davantage mais se sent rapidement dépassé, affaibli, démotivé et incompétent. La tension qui en résulte semble alors le consumer de l’intérieur, laissant place à un vide difficile à combler conduisant à un sentiment de désespoir et une baisse de l’estime de soi.

Trois symptômes sont connus comme caractérisant principalement ce syndrome :

– Épuisement important suite à la multiplication des tâches ;
– Baisse de la productivité et perte de contrôle devant l’urgence, les difficultés ou l’accumulation du travail ;
– Sentiment d’incapacité et d’échecs pour atteindre les fins exigées par le milieu professionnel.

À la différence de la dépression, le syndrome d’épuisement est essentiellement lié au travail et le stress qui l’accompagne est chronique. Il semble également que le sujet épuisé professionnellement manque de cortisol alors que celui-ci est en excès chez un déprimé.

Pour ce qui est de sa prévalence, cette affection psychologique peut affecter aussi bien les hommes que les femmes travaillant dans n’importe quel domaine. Elle s’avère en outre de plus en plus croissant et constitue l’une des principales causes d’invalidité prolongée.

Causes du burn out

Certains facteurs sont connus comme pouvant être à l’origine du syndrome d’épuisement professionnel. Parmi ceux-ci, il y a notamment :

– Charge de travail importante ;
– Nouvelle tâche plus difficile que les précédentes ;
– Apparition d’une imprévue rendant le travail plus difficile ;
– Capacité professionnelle ou moyen disponible insuffisant par rapport aux tâches à accomplir ;
– Recherche de la perfection pouvant rendre la tâche plus lourde qu’elle devrait être ;
– Estimation de la capacité personnelle selon les compétences professionnelles ;
– Vie fortement centrée sur la profession, la réussite ou la performance ;
– Manque de communication et de soutien en milieu professionnel pouvant entre autres rendre l’atmosphère peu convivial et peu motivant ;
– Environnement professionnel déstabilisant tel qu’en cas d’harcèlements, de doute sur l’aptitude à réaliser le travail ;
– Manque de reconnaissance de la part des supérieurs malgré les efforts fournis ;
– Emploi subalterne ne permettant pas au sujet de négocier ou de décider sur ce qui est de sa tâche ;
– Emploi demandant une forte implication émotionnelle ou mentale. C’est notamment le cas des professions dans le domaine de la santé mentale ou physique, de l’enseignement ;
– Importante responsabilité ou difficulté survenant dans la vie personnelle et pouvant alors se répercuter sur le travail ;
– Manque de vie sociale. Le sujet peut alors entre autres n’avoir que son travail comme centre d’intérêt, n’avoir que sa vie professionnelle comme refuge, n’avoir personne pour se confier.

Symptômes du burn out

Symptômes du burn out : fatigue importante, troubles de l'endormissement, confusion, ...
Symptômes du burn out : fatigue importante, troubles de l’endormissement, stress, troubles digestifs, confusion, …

Suivant le cas, le syndrome d’épuisement professionnel peut se développer sur un laps de temps plus ou moins long, de façon progressive et souvent insidieuse. Un certain nombre de symptômes peuvent le caractériser :

Fatigue chronique parfois accompagnée de cervicalgie, de myalgies, de mal de dos ou de céphalées secondaire aux efforts déployés au travail ;
– Troubles de l’endormissement et insomnies dus au stress, pouvant aggraver la fatigue ;
– Troubles digestifs tels que diarrhées, ulcère gastrique. Le stress réduit en effet le débit sanguin qui parvient dans l’estomac, empêchant alors le bon fonctionnement de celui-ci ;
Confusion, baisse de la concentration, de l’attention, de la mémoire et du jugement causées notamment par la fatigue, l’insomnie et l’épuisement psychologique ;
– Sentiments d’incompétence, d’échec et de frustration qui peuvent être accompagnés d’une perte de confiance en soi, d’indécision et se manifester par des pleurs ou des cris ;
– Sentiment de fatigue, de vide intérieur accompagnés de troubles psycho-émotionnels dont irritabilité, emportement, impatience, anxiété, désespoir ;
– Perte de motivation et diminution de l’implication pour tout ce qui peut concerner le travail ;
– Troubles du poids. Chez certains sujets, le syndrome peut conduire à une perte de poids importante tandis que chez d’autres, il peut engendrer un surpoids voire l’obésité ;
– Affaiblissement de l’immunité pouvant favoriser la survenue de diverses infections telles que rhume, sinusite, grippe ;
– Troubles hormonaux secondaires au stress et aux troubles de l’endormissement. Ceux-ci peuvent conduire à l’apparition de nombreux acnés, à l’absence de règles chez les femmes ou à l’inverses des règles abondantes, à un écoulement anormal de sang en dehors des périodes de menstruation ;
– Envie de se retrouver seul, de tout abandonner, voire de se suicider dans les cas les plus graves, notamment chez ceux qui se sentent particulièrement seuls ou désespérés.

Traitement du burn out

En l’absence de prise en charge adéquate, le syndrome d’épuisement peut engendrer différentes affections et peut même être grave de conséquences. Certains traitements sont connus comme pouvant aider à prévenir et à soigner ce syndrome.

– Pour prévenir le syndrome d’épuisement professionnel, une publication (1) met en évidence l’importance d’une bonne organisation tant dans la gestion du temps de travail, dans la hiérarchisation des tâches à accomplir que dans la fixation des objectifs à atteindre. Les moments de pause et notamment le soir et le weekend devront, par ailleurs, être utilisés pour se reposer, se changer les idées et se libérer du monde du travail. La musique, la méditation ou encore une sortie en nature peuvent à cet effet être bénéfiques ;
– Partager avec les autres les difficultés ou les soucis rencontrés au travail peut également aider à mieux gérer et évacuer le stress ;
Adopter une bonne hygiène de vie est en outre connu comme pouvant contribuer à la prévention et la réduction du stress. Il est, entre autres, suggéré à cet effet d’abandonner la consommation de divers excitants comme l’alcool, le café ou le sucre qui peuvent favoriser cet état psychique. La pratique régulière d’activités physiques est à l’inverse conseillée car peut avoir des effets bénéfiques sur la santé mentale (2) ;
– Selon une étude, jeûner régulièrement peut protéger des différents troubles mentaux et en réduire les symptômes (3) ;
– Une observation avance, par ailleurs, les bienfaits que peut apporter l’utilisation de divers extraits de plantes. Parmi celles-ci, la valériane est recommandée pour son effet tranquillisant, la mélisse pour soulager les troubles digestifs occasionnés par le syndrome et l’angélique pour apaiser l’anxiété. Le romarin est en outre connu comme pouvant réconforter et fortifier l’organisme en cas de stress chronique (4).

Références

(1) Bertolote JM, Fleischmann A., « Le Syndrome d’Épuisement.», Bulletin du Réseau Mondial pour la Santé au Travail de l’OMS, N°2, 2001-2002.
(2) Carek P.J., et al., « Exercise for the Treatment of Depression and Anxiety.», Int J Psychiatry Med., 2011.
(3) Macgregor A, et al., « Fasting in Mood Disorders: Neurobiology and Effectiveness. A Review of the Literature.», Psychiatry Res., 2013 Oct.
(4) Encyclopédie des plantes médicinales, Larousse

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright