Carcinome

Définition du carcinome

Carcinome, terme utilisé pour désigner un cancer touchant les épithéliums
Carcinome, terme utilisé pour désigner un cancer touchant les épithéliums

Le carcinome est le terme utilisé pour désigner une tumeur maligne ou un cancer qui peut affecter les épithéliums (membrane muqueuse, glandulaire, couche cutanée). Suivant le tissu concerné, deux types de carcinomes sont à différencier :
– Les carcinomes malpighiens en cas d’atteinte des épithéliums de revêtement que sont la peau et les muqueuses non glandulaires (qui tapissent entre autres l’œsophage, le vagin et le canal anal). Dans cette forme de cancer sont regroupés les carcinomes basocellulaires, qui ne concernent que la peau, et les carcinomes épidermoïdes pouvant se développer aussi sur la peau (carcinomes spinocellulaires) que sur les muqueuses ;
– Les adénorcarcinomes qui touchent les épithéliums glandulaires, c’est-à-dire les muqueuses glandulaires (dont celles de l’estomac, de l’endomètre ou des bronches) et les glandes (comme le foie, les reins, le pancréas, les ovaires, la thyroïde).

Les formes basocellulaires sont les types de cancer les plus fréquemment rencontrés, pouvant représenter dans certains pays plus de 20% des cas recensés. Il s’agit également du cancer de la peau le plus fréquent suivi des carcinomes spinocellulaires. Les mélanomes, qui sont également des types de cancer cutané mais se développant au dépens des cellules productrices de la mélanine ou mélanocytes, sont plus rares. Pour ce qui est des adénocarcinomes, ils représentent plus de 95% des cas de cancer d’organe.

Bien qu’elles peuvent toucher tout le monde, ces tumeurs malignes concernent plus particulièrement les sujets de plus de la cinquantaine. Une mauvaise hygiène de vie peut en outre augmenter le risque de leur survenue. Ce type d’affection tend, en outre, à croître depuis quelques décennies avec des cas de plus en plus jeunes.

Causes du carcinome

Certains facteurs sont connus comme pouvant être à l’origine ou favoriser la survenue de ce type de cancer. Parmi ceux-ci, il y a entre autres :

– Plaie, ulcère ou brûlure chronique tel que dû à un déficit du système immunitaire, à la prise d’immunosuppresseurs, d’infection au VIH sida ;
– Rayons ultraviolets du soleil qui peuvent susciter des mutations au niveau des kératinocytes, cellules de l’épiderme, et déclencher une prolifération de cellules devenues cancéreuses. Les expositions fréquentes au soleil sans protection adéquate (causes principales des carcinomes spinocellulaires), les coups de soleil répétés (causes des carcinomes basocellulaires) peuvent dès lors favoriser la survenue de carcinomes cutanés. Les sujets à peau clairs ne bronzant pas aisément, ceux souffrant de certaines pathologies comme l’albinisme, le syndrome de gorlin, ou encore le xeroderma pigmentosum présentent aussi plus de risque de développer ce type de cancer ;
– Utilisation précoce et régulière de cabine de bronzage, un des facteurs principaux connus comme la cause de cancer cutané ;
– Lésion précancéreuse telle qu’une kératose solaire (qui peut être reconnue par un épaississement suivi de la formation de squames puis croûtes sur une partie de la peau), la leucoplasie (plaque blanche à l’intérieur de la bouche), chéilite actinique (se présentant par une craquelure puis apparition de squames sur la lèvre inférieure qui prend une couleur plus pâle). Il s’agit d’une cause assez fréquente de carcinomes spinocellulaires ;
– Radiothérapie. Certains cas de carcinomes basocellulaires causés par ce traitement peuvent ne se manifester qu’une vingtaine d’année après ;
– Infection virale notamment dans les cas d’atteinte génitale. Le papillomavirus humain est souvent avancé à cet effet ;
– Mauvaise hygiène de vie dont notamment le tabagisme, l’alcoolisme, l’obésité et une forte consommation de sucre ou de produits sucrés connus comme favorisant la multiplication des cellules cancéreuses ;
– Exposition à certaines substances telles que l’arsenic, le houille, les produits chimiques ;
– Pollution radioactive ;
– L’âge. La plupart des cas de carcinomes se manifestent après la soixantaine ;
– Prise de certains médicaments ou usage de certains produits contenant de la furocoumarine qui sont photosensibilisants, c’est-à-dire pouvant rendre la peau plus sensible aux rayons du soleil. Parmi ceux-ci, il y a notamment certains antibiotiques comme les tétracyclines, les Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens, les produits phytothérapeutiques à base de persils, de coriandres, de céleri ou de citron entre autres.

Symptômes du carcinome

Symptômes du carcinome : lésion, douleur, saignement facile, métastase, ...
Symptômes du carcinome : lésion, douleur, saignement facile, métastase des organes à distance, …

La manifestation de certains symptômes peuvent évoquer la présence de carcinomes. Parmi ceux-ci, il y a entre autres :

– Apparition d’une lésion cutanée inhabituelle qui tend à s’étendre rapidement dans les cas de carcinomes basocellulaires et spinocellulaires ;
– Sensation de douleur, présence d’une masse ou tuméfaction en cas d’atteinte d’épithéliums glandulaires ;
– Saignement facile au niveau de la lésion ;
– Métastase dans les zones ou des organes à distance notamment en cas d’adénocarcinomes et de carcinomes épidermoïdes. Les carcinomes basocellulaires, eux, n’en produisent pas en général mais n’engendrent qu’une lésion locale qui peut s’étendre en profondeur et occasionner d’importantes mutilations ;
– Adénopathie ou tuméfaction des ganglions en cas d’atteinte de ces derniers ;
– Amaigrissement et asthénie.

Les carcinomes de la peau peuvent, par ailleurs, se présenter différemment selon le cas.

Carcinomes basocellulaires

Nodule translucide qui peut saigner facilement et se creuser au milieu à partir d’une certaine dimension. De fins vaisseaux sanguins sont visibles à sa surface ;
– Plaque pouvant être de couleur rouge ou jaunâtre, aux bordures perlées ou mal définies selon le type de carcinomes ;
– Nappe squameuse de couleur rosée ;
– Lésion très noire semblable à un tatouage ;
– Ulcération chronique qui ne cicatrise pas et qui creuse la peau.

Carcinomes spinocellulaires

– Plaques rugueuses et sèches de couleur pâle ;
– Lésion verruqueuse blanchâtre ;
– Ulcération croûteuse et chronique qui ne cicatrise pas.

Traitements du carcinome

Certaines méthodes peuvent être adoptées pour prévenir et traiter des cas de carcinomes.

– Se protéger des rayons ultraviolets avant toute exposition au soleil constitue un excellent moyen de prévenir la survenue de carcinomes cutanés. Pour cela, l’application d’écran solaire avec indice de protection de 30 au minimum ainsi que le port de vêtements et de chapeau qui recouvrent suffisamment sont nécessaires et ce, même en un temps nuageux. À l’inverse, l’évitement de l’utilisation de produits photosensibilisants est conseillé avant toute exposition au soleil ;
– Certaines études avancent la légère protection contre les méfaits du soleil que peut apporter la consommation de certains aliments tels que le chocolat qui est connu pour sa très haute teneur en catéchine, les fruits, les légumes et les noix riches en vitamines et en antioxydants (1). Les grandes sources de caroténoïdes, dont notamment les carottes et les citrouilles, et de flavonoïdes tels que les haricots rouges, le raisin, les baies semblent également présenter des effets protecteurs contre les rayons ultraviolets ;
– Selon une observation, le thé vert présente une action photoprotectrice qui s’explique essentiellement par les antioxydants qu’il renferme (2). Cette action n’est, toutefois, pas plus efficace que l’application d’écran solaire sur la peau ;
Une bonne hygiène de vie incluant la pratique régulière d’activité physique (3) et une alimentation saine est souvent mise en évidence dans des publications pour réduire le risque de survenue de tout type de cancer ou pour en favoriser la guérison. À cet effet, certaines études affirment les bienfaits de consommer davantage de fibres alimentaires (4) et moins de sucre ainsi que de viande qui sont connus comme pouvant favoriser respectivement la survie des cellules tumorales et l’acidité à l’intérieur de l’organisme (5) ;
– Selon en outre une publication, un traitement à base de bromélaïne peut contribuer à inhiber la multiplication des cellules cancéreuses (6) ;
– Pour ce qui est des traitements médicaux des carcinomes, la chimiothérapie et la chirurgie figurent parmi les plus recourus.

Références

(1) « OIV, No 62. », Reseau Concept, 2001.
(2) Katiyar SK, et al., « Green Tea Polyphenolic Antioxidants and Skin Photoprotection.», Int J Oncol. 2001 June. Review.
(3) « Physical Activity and Cancer Risk, Prevention and Healthy Living.», Navigating Cancer care.
(4) Aune D et al., « Dietary Fibre, Whole Grains, and Risk of Colorectal Cancer : Systematic Review and Dose-response Meta-analysis of Prospective Studies », BMJ,‎ 2011.
(5) « Soigner le Cancer Autrement.», la Santé Naturelle.
(6) Bodin L., « Les principaux remèdes naturels contre le cancer.», Luc Bodin, 2012.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright