Convulsion

Présentation de la convulsion

Convulsion, contraction involontaire et violente d'une partie ou de la totalité du corps
Convulsion, contraction involontaire et violente d’une partie ou de la totalité du corps

La convulsion désigne une contraction musculaire violente et non volontaire affectant une partie ou la totalité du corps. Elle peut être associée à certains signes tels que perte de connaissance. Pour ce qui est de ses causes, elles sont diverses dont parfois des affections pouvant être même très graves.

Deux types de convulsions sont à distinguer selon la durée de la crise.

– Celle dite clonique également appelée myoclonie lorsque les contractions ne durent qu’un bref instant ;
– Celle dite tonique lorsque les spasmes durent plus longtemps.

Pour ce qui est, en outre, de sa prévalence, nul n’en est épargné puisque le hoquet ou encore le sursaut causé par une surprise sont des convulsions. Les enfants, par contre, semblent en être les concernés. Leurs crises, qui peuvent même paraître très impressionnantes, restent toutefois bénignes dans la plupart des cas.

Causes de la convulsion

La survenue des convulsions peut être causée par un bon nombre de facteurs.

– Hausse rapide de la température du corps chez les nourrissons et les enfants ;
Épilepsie ;
– Affections des neurones ;
– Affections de l’encéphale ;
– Suite à un accident vasculaire cérébral ;
– Tumeurs au cerveau ;
Hémorragie cérébrale ;
– Baisse de la quantité d’oxygène parvenant aux différents tissus du corps ;
Hypoglycémie ;
Hypertension artérielle ;
– Carence en certains minéraux dont en potassium, calcium, magnésium ;
– Spasmophilie ;
– Empoisonnement par des substances toxiques telles que pesticides ;
– Intoxication à des métaux lourds dont le plomb, mercure, argent ;
– Intoxication au monoxyde de carbone ;
– Intoxication à l’alcool ;
– Taux élevé d’urée sanguin ;
– Lors de certaines infections virales et bactériennes telles qu’en cas de tétanos, méningite, encéphalite ;
– Perturbations hormonales ;
– Suite à un choc, un traumatisme, une lésion cérébrale ;
– Après une électrocution ;
– Distension gastrique qui est à l’origine de la plupart des cas de hoquet ;
– Certains médicaments et vaccins ;
– Hérédité ;
– En cas d’eclampsie chez la femme enceinte ;
– Mère alcoolique ou ayant bu des boissons alcoolisées durant sa grossesse ;
– Lors des crises hystériques n’ayant dans ce cas aucune cause d’origine organique.

Manifestations de la convulsion

Manifestations de la convulsion : spasmes musculaires, pâleur, raideur du corps, perte de connaissance, ...
Manifestations de la convulsion : spasmes musculaires, pâleur, raideur du corps, perte de connaissance, …

Les convulsions peuvent se manifester différemment suivant la cause.

– Spasmes musculaires d’amplitude plus ou moins importante ;
– Contractions impliquant une partie ou la totalité du corps ;
– Durée de la crise plus ou moins longue ;
Pâleur ;
– Raideur du corps ;
– Secousse rythmée et brutale d’un ou des membres, ou du corps ;
– Chute au sol ;
– Perte de connaissance dans des cas de crises importantes pouvant durer des minutes ou des heures ;
– Son guttural lors d’une crise de hoquet ;
– Sursaut tel que lors d’une surprise, lors du sommeil en cas de myoclonie hypnagogique ;
– Coma voire mort dans des cas très graves.

Traitements de la convulsion

Certains traitements peuvent être préconisés en cas de convulsion.

– Certaines études avancent que le Senna Occidentalis également appelé café nègre, balambala ou dartrier peut être employé en cas de convulsions. Ceci s’explique par les composés phytochimiques de cette plante dont des flavonoïdes qui possèdent diverses propriétés thérapeutiques (1) ;
En cas de convulsions chez des enfants, une étude préconise l’usage du Gou Teng (Uncaria rhyncophylla). Cette plante présente, en effet, des actions antispasmodiques et sédatives (2) ;
En cas d’eclampsie ou de préeclampsie chez une femme enceinte, une étude avance l’efficacité de la prise de sulfate de magnésium comme anticonvulsif (3) ;
– L’usage de la passiflore ou fleur de la passion (Passiflora incarnata) pour traiter des cas de convulsions est mis en évidence dans d’autres études notamment pour ses vertus antispasmodiques et apaisantes (4) ;
– Une observation a permis de conclure que, en cas de convulsions chez des épileptiques, le bacopa (bacopa monnieri) peut aider à réduire la survenue des crises (5).

Références

(1) Rehka U., et al. « Therapeutic Potential of the Phytochemicals in Cassia Occidentalis – A review.», European Journal of Pharmaceutical and Medical Research, 2016.
(2) « Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1.
(3) Tukur J, et al., « Maternal and fetal outcomes after introduction of magnesium sulphate for treatment of preeclampsia and eclampsia in selected secondary facilities: a low-cost intervention.», Matern child health J. Sep 2012
(4) « Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1.
(5) Sabinsa, Bacopin®, « Bacopa monniera.», Clinical trials. USA, 2001.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright