Dartre

Définition de la dartre

Dartre, affection cutanée caractérisée par l'apparition de plaques sèches et de vésicules
Dartre, affection cutanée caractérisée par l’apparition de plaques sèches et de vésicules

La dartre, répondant aussi au nom d’eczématide achromiante ou encore de pityriasis alba, est une affection cutanée très fréquente, notamment chez les enfants. Elle se diffère surtout de l’eczéma en ce que les lésions qu’elle provoque ne sont pas des vésicules. Elle se caractérise, en effet, par l’apparition sur la peau de plaques sèches et rosées qui, après desquamation, laissent apparaître des zones hypopigmentées et lisses. Celles-ci sont davantage visibles chez les personnes à peau mate que chez celles à peau claire.

Cette dermatose affecte le plus souvent les joues, les épaules, les cuisses ainsi que le tronc. Les lésions qu’elle engendre sont toujours multiples et de grande taille, pouvant prendre plus de 2 cm de diamètre lorsqu’elles apparaissent sur le corps. Par ailleurs, elle concerne surtout les sujets de tout âge présentant une prédisposition à une allergie cutanée. Les jeunes de moins de 16 ans restent toutefois les plus nombreux à en être touchés. Chez ceux-ci, l’affection peut même récidiver chaque année jusqu’à la puberté.

Causes de la dartre

Certains facteurs semblent favoriser la survenue d’une eczématide achromiante chez un individu dont entre autres :

– Prédisposition mineure à des allergies. Les sujets ayant un parent ou des antécédents d’allergie ou d’eczéma sont, en effet, les plus à risque de développer cette dermatose. Il existe toutefois des cas où la survenue de cette affection ne relève pas d’une cause héréditaire ;
– Accélération de la régénération cellulaire au niveau de la peau. Ceci peut être secondaire à une exposition au soleil, à l’application de certains produits cosmétiques, à l’usage de détergents. Ce qui explique entre autres pourquoi cette dermatose est plus fréquente vers la fin de l’été, notamment durant le mois de septembre ;
– Utilisation d’eau trop chaude pour la douche en particulier chez les personnes sujettes à une sècheresse cutanée ;
– Froid et air sec, qui peuvent rendre la peau plus sèche et plus fragile. L’hiver peut de ce fait favoriser la survenue d’une eczématide ;
– Irritation de la peau suite à un contact direct avec un vêtement en laine ou synthétique ;
– Baignades en piscine ou dans la mer pouvant agresser les peaux fragiles.

Manifestations de la dartre

La dartre se développe en deux phases, érythémateuse et hypopigmentation
La dartre se développe en deux phases, érythémateuse et hypopigmentation

L’eczématide achromiante affecte le plus souvent les zones convexes du corps dont notamment :

– Les joues et le menton chez les enfants ;
– Les épaules, le dos, le bras, les cuisses chez les adultes ;

Par ailleurs, elle se développe en deux phases :

Phase érythémateuse

Elle se caractérise par la formation sur la peau de plaques caractéristiques :

– Sèches qui tendent à desquamer ;
– De forme arrondie ou ovale pouvant avoir 0.5 à 2 cm de diamètre voire plus en cas d’atteinte dans le dos ou sur les épaules ;
– De coloration légèrement rouge ou rosée ;
– Légèrement en relief ;
– Bordures bien délimitées ;
– Pouvant être croûteuse et prurigineuse sur certaines zones.

Phase d’hypopigmentation

Elle survient après desquamation des plaques érythémateuses et se caractérise par la présence sur la peau de macules hypopigmentées à surface lisse. Celles-ci sont davantage visibles en cas de peau mate ou après un bronzage durant l’été.
Cette phase dure souvent plus longtemps que la première et les taches finissent en général par s’estomper d’elles-mêmes sous l’effet d’une repigmentation au soleil.

Chez l’enfant, ces deux phases peuvent se manifester simultanément. En outre, l’affection peut revenir chaque année jusqu’à la puberté. Chez l’adulte, un type extensif d’eczématide se présente dans certains cas, caractérisé par une hypopigmentation de grande envergure et symétrique du haut du corps.

Traitements naturels de la dartre

Certains traitements sont reconnus comme pouvant être utilisés pour la prise en charge des dartres.

– Évitement des facteurs de risque : Pour prévenir une eczématide achromiante, il est conseillé de prendre les mesures adéquates pour éviter les divers facteurs qui peuvent agresser la peau. Il est, entre autres, recommandé à cet effet de prendre une douche à l’eau claire après une baignade ou encore de se protéger du soleil par le port de chapeau et de vêtements qui recouvrent amplement le corps, par l’utilisation de crème solaire, par l’évitement de toute exposition au soleil entre 10h30 à 15h30. L’usage de savon et d’eau trop chaude ainsi que le port de vêtement synthétique doivent, en outre, être évités pour réduire le risque d’aggraver une sécheresse cutanée ;
– Usage d’émollient : L’application topique d’un émollient est recommandée tant pour prévenir que pour faciliter la guérison de la dermatose. Pour cela, une simple crème hydratante de bonne qualité peut suffire. Diverses publications avancent les bienfaits de l’usage d’onguents à base d’AHA, une à deux fois par jour, pour la prise en charge de la dermatose durant sa première phase (1) ;
– Aloes Vera : Du fait de ses vertus émollientes, l’aloès est souvent avancé pour soigner divers types de dermatose. Il peut présenter la même efficacité lors d’une eczématide. Pour l’usage de ce remède, il suffit d’appliquer localement le gel de la plante ou une crème à base d’aloès sur les zones squameuses du corps. Dans ce dernier cas, une crème à 0.1-0.5 % d’aloès peut suffire pour l’amélioration de l’hydratation cutanée (2) ;
– Crème renfermant du cuivre et du zinc : Du fait du caractère inflammatoire de l’eczématide, certaines études affirment que l’utilisation quotidienne de crème contenant du zinc et du cuivre peut aider à prendre en charge la maladie (3) ;
– Huile de cassis : L’efficacité de l’huile de cassis dans la prise en charge de sécheresse de la peau peut être bénéfique en cas d’eczématide afin de ramollir les plaques érythémateuses. Cette action s’explique par l’acide gammalinolénique que cette huile contient. Celui-ci présente une action hydratante sur la peau. Pour son utilisation, le dosage prescrit par une étude est de 500 mg, 2 fois par jour (4). À défaut d’huile de cassis, celles de bourrache et d’onagre peuvent la remplacer ;
– Huile essentielle de cade : Extraite des fruits du genévrier (Junipérus oxycédrus), l’huile essentielle de cade est conseillée dans certaines publications pour traiter divers types de dermatose (5), en cas de peau sèche et atopique, c’est-à-dire prédisposée à des allergies. Pour recourir à ce remède, diluer quelques gouttes de cette huile dans de l’huile neutre avant son usage local deux fois par jour. Elle peut également être rajoutée à l’eau du bain ou mélangée au gel douche.

Références

(1) Dossier : « Eczématides – Dartres – Pityriasis alba.» Dermatologie, Esculape.
(2) Dal’Belo et al. « Moisturuzing effect of cosmetic formulations containing Aloe Vera extract in different concentrations assessed by skin bioengineering techniques.» Skin Res technol. 2006
(3) Dossier : « Eczématides, Dartres.», Thérapeutique Dermatologique.
(4) Ask Dr Weil, Polaris Health, Personal Care – 8, Natural Skin Care Tips.
(5) Dossier : « Propriété du Cade.», Cadsenteur.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright