Durillon

Définition du durillon

Durillon, problème cutané caractérisé par l'épaississement de la peau dû à des frictions répétées
Durillon, problème cutané caractérisé par l’épaississement de la peau dû à des frictions répétées

Le durillon est une affection cutanée qui se caractérise par un épaississement et un endurcissement d’une partie de la peau soumise de manière répétée ou prolongée à des frictions ou à des pressions. Il peut particulièrement être reconnu par la formation d’une sorte de callosité rugueuse, dure et de coloration jaunâtre au niveau de la zone. Pouvant être douloureuse au début, la lésion est indolore et peut occasionner certains gênes. Elle reste toutefois bénigne sauf en cas d’infection ou si elle affecte un sujet diabétique ou présentant des anomalies vasculaires.

La voûte plantaire et les orteils sont les parties du corps les plus souvent touchées par cette forme d’affection cutanée. Elle est principalement causée dans tel cas par le frottement des chaussures. D’autres parties du corps peuvent aussi en être impactées, dont notamment les mains et plus rarement la hanche. Les durillons concernent, par ailleurs, fréquemment les sportifs, les personnes qui font souvent de longues marches, ainsi que les femmes portant des chaussures à talons hauts peu confortables.

Causes du durillon

Un bon nombre de facteurs peuvent causer des frottements ou des pressions réitérées sur la peau et être à l’origine de la formation de durillons. Parmi les plus fréquemment rencontrés, il y a entre autres :

– Le port, notamment, à répétition de chaussures serrées, non confortables, à talons hauts ou faites avec de matériaux de mauvaises qualités ;
– La pression sur la peau que peuvent exercer les saillies des os. C’est notamment ce qui arrive aux sujets très maigres. Le manque de graisse sous la peau augmente la surface cutanée qui entre en contact avec les os et conduit à l’épaississement de celle-ci ;
– Pratique de certains sports tels que la marche sur une longue distance, le jogging, le football ;
– Utilisation répétée et sans port de gants de protection d’objets, des outils et de tout type d’instruments à la main tels que bêche, marteau, raquette, batte ;
– Sécheresse cutanée rendant la peau plus fragile face aux frottements ;
– Âge, les enfants semblent bien moins touchés par les durillons que les adultes.

Manifestations du durillon

Manifestations du durillon : épaississement, durcissement, apparence friable, jaunissement de la lésion, ...
Manifestations du durillon : épaississement, durcissement, apparence friable, jaunissement de la lésion, …

Les durillons présentent certains aspects caractéristiques qui les diffèrent des autres types de lésions cutanées. Parmi ceux-ci, il y a notamment :

– Épaississement et durcissement de l’épiderme sur les zones concernées. Une rugosité peut également être ressentie au toucher ;
– Apparence plus friable des parties de la peau concernées ;
– Coloration jaunâtre de la lésion par rapport au reste de la peau ;
– Forme arrondie ou ovale de taille variable, entrainant une excroissance plus ou moins grande de la surface cutanée ;
– Douleurs et hypersensibilité notamment au début ou après un ponçage ou un frottement des lésions. Une atteinte des pieds peut même rendre la marche ou le port de chaussures difficile. Les durillons finissent cependant par devenir indolore avec le temps notamment en l’absence d’une prise en charge ;
– Rougeur au niveau de la zone affectée dans certains cas ;
Inflammation locale s’il y a infection des durillons.

Traitements naturels du durillon

Un bon nombre de remèdes naturels sont connus pour traiter les durillons ou prévenir leur formation.

Évitement des facteurs de frottements : Pour prévenir l’apparition des durillons, il est conseillé d’éviter autant que possible tout facteur qui peut exercer des frictions ou des pressions sur la peau. Opter pour des chaussures confortables, fabriquées avec des matériaux souples et de bonne qualité est, entre autres, essentiel notamment chez les sportifs ou si de longues marches sont à prévoir lors d’une sortie. Celles sans coutures internes et avec des semelles qui permettent de bien amortir les pieds sont aussi à privilégier. Chez les travailleurs manuels tels que jardinier, menuisier, agriculteur ou autres, le port de gants peut aider à réduire les frottements que peuvent causer les divers outils sur la paume de la main ;
– Bonne hygiène de la peau : Une bonne hygiène de la peau notamment par un lavage quotidien et une utilisation de crème hydratante est importante pour prévenir la formation des durillons. Retirer régulièrement les peaux mortes par un ponçage des pieds ou des paumes des mains est également recommandé ;
– Eau chaude et ponçage : Poncer ou limer les durillons une fois par semaine permet de réduire efficacement leur taille. Toutefois, il est crucial d’adopter tous les moyens nécessaires pour éviter que la peau ne soit encore ou de nouveau soumise à des frottements tout au long du temps de traitements et après. Pour faciliter le ponçage, un bain préalable des zones concernées dans de l’eau bien chaude durant une dizaine de minutes peut servir ;
– Calendula officinalis : Une étude reconnait les bienfaits thérapeutiques des fleurs de Calendula officinalis pour traiter divers types d’affection cutanée dont des durillons. Pour recourir à ce remède, il suffit d’appliquer localement un cataplasme obtenu par macération des fleurs séchées au soleil (1) ;
– Bicarbonate de soude : Une publication avance l’efficacité de l’usage de bicarbonate de soude pour la prise en charge des durillons. Le traitement préconisé à cet effet est de tremper les pieds ou les mains dans de l’eau chaude dans laquelle est ajouté du bicarbonate de soude pendant quelques minutes, puis de poncer les parties de la peau concernées avec une lime ou une pierre ponce. La technique est à refaire toutes les semaines (2) ;
– Glycérine : Diverses observations s’accordent sur l’efficacité d’une utilisation topique de glycérine sur les durillons pour les ramollir et faciliter leur élimination (3). Pour avoir de meilleur résultat, recouvrir les pieds ou les mains sur lesquelles la glycérine est appliquée de serviettes chaudes, puis les enfiler dans des sacs en plastique pendant au moins un quart d’heure. Passer une pierre ponce sur les durillons pour finir le traitement.

Références

(1) Renoux H., « Calendula Officinalis en Pathologie Chronique: Un cas de Phobie Sociale chez un Adolescent.», La revue d’Homéopathie, Elsevier, 2016.
(2) Dubois Q. « Comment Soigner un Durillon», Plaine de France.
(3) Dossier : « Traitements Durillons.» Urgo traitement durillon, Filmogel, Mai 2017.

error: Contenu protégé sous copyright