Gale

Présentation de la gale

La gale, encore appelée scabiose, est une maladie cutanée provoquée chez l’Homme par la transmission d’un parasite acarien connu sous le nom de Sarcoptes scabiei de la variété hominis (ou sarcopte). Elle se caractérise notamment par l’apparition sur la peau de lésions sinueuses de quelques millimètres aux extrémités papuleuses accompagnées d’un prurit important.

Gale, maladie cutanée causée par une
Gale, maladie cutanée causée par un parasite appelé Sarcopte scabiei

Cette affection est en général bénigne, n’engendrant aucune complication grave sur la santé. Elle est, toutefois, contagieuse se transmettant essentiellement par contact cutané et dans des situations plus rares, par l’intermédiaire de vêtements ou d’autres tissus infectés. Bien que cette maladie puisse toucher tout le monde, son taux d’incidence reste plus élevé chez les enfants.

Cause de la gale

La scabiose est causée par une contamination par un sarcopte, un type de parasite humain du taxon des acariens. Il s’agit d’un ectoparasite qui se réfugie dans la couche cornée de l’épiderme et se nourrit des tissus épidermiques. Le sarcopte ne peut, en outre, survivre à une température supérieure à 60°C et hors de son hôte plus de 72 heures.

Une fois la femelle fécondée, elle creuse des tunnels dans l’épiderme et y dépose ses œufs. Ce qui cause l’apparition des lésions rouges, filiformes et sinueuses avec des surélévations aux extrêmités sur la peau. Ce sont les sillons scabieux, typiques de ce type de dermatose.
C’est une contamination par des femelles fécondées qui cause la transmission de la gale. Les mâles et les larves se transmettent rarement. Dans la majorité des cas, il s’agit d’une transmission directe entre hôtes. D’autres vecteurs peuvent toutefois favoriser la dissémination du parasite :

– Gants infectés ;
– Vêtements, draps, canapés souillés ;
– Animaux domestiques chez lesquels la variété humaine de sarcopte ne peut s’installer ;
– Manque d’hygiène ;
– Vie en collectivité.

Manifestations de la gale

gale
Manifestations de la gale : prurit, papules rouges, papules brunes, sillons scabieux…

La scabiose peut être reconnue par certains signes qui lui sont spécifiques.

– Prurit qui devient plus intense vers le soir et durant la nuit. Ces démangeaisons sont dues à une réaction immunitaire de l’organisme due à la présence des œufs, salives et matières fécales du parasite ;
– Apparition de sillons scabieux notamment sur les poignets et entre les doigts. Ce sont les galeries creusées par le sarcopte sous la peau ;
– Vésicules translucides ;
– Papules rouges ou brunes.

En général, le sarcopte ne se développe pas au niveau du visage, du cou et du dos. La seule exception est dans le cas d’une scabiose profuse qui se caractérise par des lésions diffuses pouvant atteindre le dos.

Chez certaines personnes qui s’assurent une hygiène méticuleuse, la dermatose ne cause que du prurit avec peu ou sans lésion de la peau.

Le type dit hyperkératosique se manifeste par contre sans prurit mais avec la formation de nombreuses croûtes. Cet aspect de scabiose est plus fréquent chez les personnes âgées et les immunodéprimés et est extrêmement contagieux.

Traitements de la gale

Certains traitements peuvent être utilisés pour soigner la gale.

– Pour traiter un cas de scabiose, une étude avance l’efficacité de l’huile de neem, une huile végétale extraite des graines de margousier (Azadirachta indica) (1).
– Une autre étude suggère que l’utilisation de l’huile de clou de girofle est un excellent remède en cas d’infection par le sarcopte (2).
– Diverses études préliminaires menées sur l’aloès vera ont conclu, par ailleurs, que l’application locale de gel d’aloès peut traiter divers types d’infection et de lésion cutanée dont la gale (3).
– Certains scientifiques reconnaissent, en outre, que la paille d’avoine, utilisée en balnéothérapie, est à même de soigner des maladies de la peau qui se manifestent par des inflammations et des démangeaisons (4).

Références

(1) Deng Y, Shi D, Yin Z, Guo J, Jia R, Xu J, Song X, Lv C, Fan Q, Liang X, Shi F, Ye G, Zhang W, « Acaricidal activity of petroleum ether extract of neem (Azadirachta indica) oil and its four fractions separated by column chromatography againstSarcoptes scabieivar. cuniculi larvae in vitro », Exp Parasitol, vol. 130, no 4,‎ 2012.
(2) Pasay C, Mounsey K, Stevenson G, Davis R, Arlian L, Morgan M, Vyszenski-Moher D, Andrews K, McCarthy J, « Acaricidal activity of eugenol based compounds against scabies mites », PLoS One, vol. 5, no 8,‎2010, e12079.
(3) Oyelami O.A., et al., « Preliminary study of effectiveness of aloe vera in scabies treatment.», PhytotherRes. 2009 Oct ; 23(10):1482-4.
(4) Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J., « Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council.», Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.

error: Contenu protégé sous copyright