Gonorrhée

Présentation de la gonorrhée

Infection sexuellement transmissible la plus répandue au monde, la gonorrhée est connue sous d’autres appellations telles que blennorragie, urétrite, chaude-pisse, chaude-lance ou encore castapiane. Cette affection touche surtout les jeunes femmes âgées de 16 à 25 ans, et hommes de 21 à 30 ans, selon diverses études statistiques. Plus de 50 % des jeunes en âge de procréer en sont des porteurs asymptomatiques.

Gonorrhée : infection due à la présence de bactéries gonocoques à Gram négatif, appelées Neisseria gonorrhoeae
Gonorrhée : infection due à la présence de bactéries gonocoques à Gram négatif, appelées Neisseria gonorrhoeae

Pour rappel, cette infection est due à la présence de bactéries gonocoques à Gram négatif, dites Neisseria gonorrhoeae, découvertes par Albert Neisseren en 1879 dans un échantillon de pus d’urétrite aiguë. Ces hôtes incommodes affectionnent surtout les muqueuses, celles des appareils génitaux, et dans certains cas celles de la bouche, voire même des yeux.

Causes de la gonorrhée

Cette infection génitale se transmet lors des relations sexuelles vaginales, anales ou bien orales avec une personne infectée, soit par le contact des muqueuses, soit par l’échange de liquides biologiques.

Les bactéries peuvent être également transmises de la mère au nouveau-né au moment de l’accouchement. C’est ce qui provoque dans certains cas les infections occulaires.

Les risques de contracter cette maladie sont particulièrement élevés chez certains sujets, à savoir :
– Les personnes sexuellement actives ;
– Les touristes sexuels qui se rendent dans des pays de forte endémicité ;
– Les personnes ayant des rapports sexuels non protégés avec des inconnus ;
– Les travailleurs de l’industrie de la prostitution et de la pornographie.

Manifestations de la gonorrhée

La gonorrhée ne présente aucun signe visible de l’extérieur lors des premières contaminations, en particulier chez la femme. Ce qui rend parfois le dépistage particulièrement difficile. Les bactéries présentent une période d’incubation variable, oscillant entre 2 et 10 jours.

Les manifestations de cette infection sexuelle dépendent de sa localisation, une fois déclarée.

Appareil génital féminin

Décharges vaginales, dont des leucorrhées ou pertes blanches, saignements entre les règles ;
– Inflammation de la vulve et ou du vagin ;
Douleur abdominale ;
Dysurie et miction douloureuse ;
Dyspareunie ;
– En l’absence d’un traitement adéquat, l’utérus peut être également infecté et entrainer une infertilité ou une grossesse extra utérine.

Appareil génital masculin

– Urétrite ou inflammation de l’urètre, avec une urine abondante et jaunâtre ;
– Douleurs mictionnelles ;
– Écoulement de pus ;
– Perception de douleur au niveau de l’épididyme ;
– L’infection peut évoluer en orchi-épididymite, en syndrome de Reiter ou entrainer une infertilité, en l’absence de traitement.

Pharynx ou gorge

Gonorrhée, lèvres infectées de bactéries gonocoques
Gonorrhée, lèvres infectées de bactéries gonocoques

– Maux de gorge ;
– Angine ;
Difficulté à avaler.

Rectum

– Perception de douleur au moment de l’évacuation des selles ;
– Démangeaisons anales ;
– Présence de sang sur les papiers toilettes.

Yeux

– Conjonctivite ;
– Présence de pus ;
– Démangeaisons ;
– Sensibilité à la lumière.

La non-prise en charge de la gonhorrée peut conduire à d’autres maladies, comme l’arthrite, l’endocardite, la méningite, ou à une infection sanguine mortelle.

Traitements de la gonorrhée

Seuls les tests de dépistage permettent de confirmer qu’il s’agit réellement d’une infection de bactéries gonocoques. Le patient doit alors entamer directement le traitement à base d’antibiotiques, notamment des fluoroquinolones ou des céphalosporines, pour éviter les récidives car ces bactéries sont résistantes. (1)

Il est possible de recourir à la phytothérapie pour compléter le traitement et stimuler les défenses immunitaires.

– Les compléments alimentaires à base d’extrait de guarana pourront aider à limiter la prolifération de ces bactéries. Pas mal d’études scientifiques ont démontré l’effet antibactérien puissant de cette plante. (2)
– Pour stimuler les défenses immunitaires, essentielles pour combattre ces bactéries, il est possible de recourir à des suppléments enrichis en vitamines tels que l’acérola. (3)

Références

(1) Wang SA, Harvey AB, Conner SM et Als. Antimicrobial resistance for Neisseria gonorrhoeae in the United States, 1988 to 2003: The spread of fluoroquinolone resistance, Ann Int Med, 2007;147:81-84.
(2) Adriana Basile, Lydia Ferrara, Marisa DelPezzo, Guido Mele, Sergio Sorbo, Paola Bassi, Domenico Montesano (2005). Antibacterial and antioxidant activities of ethanol extract from Paullinia cupana Mart. ; Journal of Ethnopharmacology, Vol 102, Issue 1, 31 octobre 2005, Pages 32–36.
(3) Mezadri T, Fernández-Pachón MS, Villaño D, García-Parrilla MC, Troncoso AM. « El fruto de la acerola: composición y posibles usos alimenticios [The acerola fruit: composition, productive characteristics and economic importance] » Arch Latinoam Nutr. 2006 Jun;56(2):101-9.