Hématurie

Présentation de l’hématurie

L’hématurie est un symptôme qui désigne la présence d’une quantité anormalement élevée de globules rouges dans les urines. Suivant sa cause, elle peut être :

– Macroscopique. Dans ce cas, la miction prend une couleur rosée, rouge ou brune due à la présence de sang ;
– Microscopique lorsque les hématies ne sont pas en quantité suffisante pour être visibles à l’œil nu. La miction garde alors une couleur normale.

Hématurie, présence de sang dans l'urine
Hématurie, présence de sang dans l’urine

Des urines teintes en rouge ne signifient pas toujours expressément qu’il y a émission de sang lors de la miction. D’autres affections peuvent, effectivement, expliquer la raison d’une telle coloration.

– Menstruations ;
– Coloration alimentaire telle que par consommation en grande quantité de colorant alimentaire, betteraves, choux rouges, rhubarbe, myrtilles, mûres ;
– Prise de certains médicaments tels que métronidazole, érythromycine, ibuprofène, salazopyrine ;
– Prise de suppléments de vitamine B12 ;
– Présence d’une hémorragie dans les environs telle que hémospermie, métrorragie, urétrorragie ;
– Présence de certains pigments dans l’urine dont de l’hémoglobine, myoglobine ou bilirubine ;
– Intoxication par plomb ou mercure.

Causes de l’hématurie

Nombreuses sont les causes pouvant être à l’origine de la présence de sang dans les urines.

– Affection de l’urètre : traumatisme, urétrite ;
– Affection de la vessie : infection (telle que cystite), cancer, lithiase vésicale, traumatismes ;
– Affection de l’uretère : cancer, lithiase rénale ;
– Affection des reins : glomérulopathie, insuffisance rénale, polykystose rénale, cancer, thrombose d’un vaisseau sanguin rénal, traumatismes, néphropathie interstitielle aiguë suite à une réaction allergique ;
– Affection de la prostate : cancer, hypertrophie ;
– Hypertension artérielle ;
– Bilharzioses urinaires ;
– Tuberculoses urinaires ;
– Hématuries à l’effort.

Manifestation de l’hématurie

Suivant le facteur causal, les hématuries macroscopiques peuvent se manifester de trois façons différentes quant à la chronologie.

– Du sang au début de la miction indique que l’affection se localise au niveau de l’urètre ou de la prostate ;
– Du sang à la fin de la miction signifie que l’affection provient de la vessie ;
– Du sang tout au long la miction peut signifier une atteinte rénale. D’autres affections urologiques et néphrologiques doivent, toutefois, être envisagées notamment si le sang est abondant.

Les cas d’hématuries microscopiques ne sont pas visibles à l’œil nu.

Divers signes de l'hématurie :
Divers signes de l’hématurie : douleurs, prise ou perte de poids, dysurie, …

D’autres symptômes peuvent, en outre, se présenter.

– Brûlure lors de la miction ;
– Douleur mictionnelle ;
– Douleurs lombaires ;
– Coliques néphrétiques (douleurs du flanc) notamment en cas de calculs ;
Dysurie ;
– Pollakiurie ;
– Anémie pouvant être reconnue par une pâleur de la peau et des muqueuses ;
– Asthénie ;
– Hyperthermie et fièvre s’il y a infection ;
– Signes évoquant une hypertension artérielle tels que céphalées, vertiges, acouphènes, phosphènes ;
– Prise de poids ou perte de poids ;
– Présence d’œdèmes ;
– Tachycardie ;
– Hypotension artérielle.

Traitements de l’hématurie

Le traitement des hématuries dépend uniquement de cause et de l’origine du saignement.

– En cas de cystite, quelques études suggèrent que la prise de décoctions de myrtilles en est un excellent remède (1) ;
– Certains scientifiques s’accordent que l’utilisation de la verge d’or est efficace pour traiter des cas d’infection de la vessie ou de l’urètre, notamment dès l’apparition des premiers symptômes (mictions brûlantes ou douloureuses) (2) ;
– Pour réduire le risque de la survenue ou de récidive de lithiase, une bonne hydratation est conseillée. Cela va, en permettre, de diluer l’urine et les éléments qui sont à l’origine des calculs (3) ;
– Diverses études s’accordent sur les bienfaits d’un régime riche en fibres alimentaires, notamment par une alimentation à base de fruits et de légumes, et pauvre en graisse en cas d’hypertension artérielle (4) ;
Réduire la quantité de sel consommée par jour permet, par ailleurs, de prévenir une hypertension artérielle (5) et certaine forme de lithiase (6) ;
– Pour soulager les éventuelles douleurs lombaires, certains essais cliniques ont montré l’efficacité de l’harpagophytum procumbens (7) ;
– Une étude menée sur des souris a, en outre, montré que l’acérola peut efficacement inhiber la prolifération des cellules tumorales et cancéreuses (8).

Références

(1) « Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001.
(2) Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J. (Ed)., « Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council.», publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
(3) Borghi L, Meschi T, Amato F et al., « Urinary volume, water and recurrences in idiopathic calcium nephrolithiasis : a 5-year randomized prospective study.», J Urol, 1996;155:839-43
(4) Appel LJ, Moore TJ, Obarzanek E., et al., « A clinical trial of the effects of dietary patterns on blood pressure. DASH Collaborative Research Group.», N Engl J Med.1997;336:1117–24.
(5) Borghi L, Schianchi T, Meschi T et al., « Comparison of two diets for the prevention of recurrent stones in idiopathic hypercalciuria.», N Engl J Med, 2002;346:77-84
(6) He FJ, Li J, McGregor GA, « Effect of longer term modest salt reduction on blood pressure: Cochrane systematic review and meta-analysis of randomised trials.», BMJ, 2013;346:f1325.
(7) Grant L, McBean DE, et al., « A review of the biological and potential therapeutic actions of Harpagophytum procumbens.», Phytother Res. 2007 Mar ; 21(3):199-209. Review.
(8) Nagamine I, Akiyama T, Kainuma M, Kumagai H, Satoh H, Yamada K,Yano T, Sakurai H. « Effect of acerola cherry extract on cell proliferation and activation of ras signal pathway at the promotion stage of lung tumorigenesis in mice.», J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo).2002 Feb;48(1):69-72.