Mal d’épaule

Présentation du mal d’épaule

Mal d'épaule, sensation de douleur diffuse ou localisée au niveau de l'un ou des deux épaules
Mal d’épaule, sensation de douleur diffuse ou localisée au niveau de l’un ou des deux épaules

Un bon nombre de facteurs peuvent expliquer la survenue d’un mal d’épaule. Suivant le cas, celui-ci peut soit provenir d’une affection locale qui touche le complexe articulaire qu’est l’épaule, soit s’agir d’une douleur irradiant d’une cause plus éloignée.

Quelle qu’en soit la cause, la prise en charge s’avère être importante pour éviter les éventuelles complications sur la mobilité des membres supérieurs ou sur la santé en général. Les douleurs peuvent, en outre, devenir incommodantes pour poursuivre les tâches quotidiennes.

Causes du mal d’épaule

Parmi toutes les affections pouvant être la cause d’une douleur à l’épaule, il y a notamment :

– Fractures de l’un ou de plusieurs des os de l’épaule dont la scapula ou omoplate, la clavicule et la partie supérieure de l’humérus ;
– Entorse des ligaments ;
– Luxation ;
– Arthrose ;
– Polyarthrite rhumatoïde ;
– Tendinopathie dégénérative ;
– Tendinite calcifiante ;
– Rupture de la coiffe des rotateurs ;
– Nécrose d’un os ;
– Tumeurs ;
– Inflammation d’une bourse séreuse ;
Diabète ;
– Pancréatite ;
– Colique hépatique ;
– Angine ;
– Pleurésie et autres maladies pulmonaires ;
– Fracture thoracique ;
– Irradiation de douleurs due à une atteinte d’un nerf cervical ;
Cancer du poumon ;
– Insuffisance coronarienne ;
– Métastases hépiphysaires ;
Infarctus du myocarde ;
Accident vasculaire cérébral ;
Maladie de Parkinson ;
– Maladie de Paget ;
Maladie de Lyme ;
– Troubles thyroïdiens.

Certains facteurs peuvent, en outre, favoriser la survenue d’une pathologie de l’épaule.

– Traumatisme au niveau de l’épaule tel qu’après une chute, une contusion ;
– Effort important ;
– Sollicitation exagérée de l’articulation pouvant être à l’origine d’une pathologie dégénérative ou mécanique telle qu’une arthrose, une tendinopathie de la coiffe des rotateurs ;
– Vaccination ;
– Opération chirurgicale ;
– Soulèvement de charge lourde ;
– Échauffement insuffisant chez les sportifs ;
– Musculature insuffisante pour la pratique d’une activité physique ;
– Sport, travail ou toute autre activité sollicitant fréquemment le bras ;
– Âge ;
– Effet de certains traitements médicaux dont celui contre la tuberculose.

Manifestations du mal d’épaule

Symptômes du mal d'épaule : entorse des ligaments, luxation, arthrose, polyarthrite rhumatoïde, tendinopathie dégénérative, ...
Symptômes du mal d’épaule : entorse des ligaments, luxation, arthrose, polyarthrite rhumatoïde, tendinopathie dégénérative, …

Les maux d’épaule peuvent se manifester plus ou moins de la même manière suivant la cause. Certains symptômes sont, toutefois, souvent rencontrés.

– Tuméfaction ;
– Changement au niveau de reliefs osseux ;
– Inflammation ;
– Gêne fonctionnelle. Certains mouvements de l’épaule peuvent être bloqués ;
– Enraidissement notamment en cas de capsulite rétractile ;
– Douleurs diurnes et/ou nocturnes pouvant conduire à des insomnies ;
– Douleurs spontanées ou lors d’un mouvement ;
– Douleurs diffuses ou non atteignant l’aisselle, le cou ;
– Douleurs pouvant irradier vers l’avant-bras et la main ;
– Affaiblissement du bras et de la main ;
– Œdèmes de la main ;
– Craquement dans l’épaule ;
– Douleur violente ;
– Douleur aiguë ou permanente. En cas de tendinopathie calcifiante, la douleur est violente et permanente ;
– Douleur brusque qui devra faire l’objet d’une urgence médicale.

Traitements du mal d’épaule

Le traitement d’une douleur à l’épaule dépend de sa cause.

– Plusieurs essais cliniques ont permis de mettre en évidence l’efficacité de l’Harpagophytum procumbens pour traiter divers types d’affections articulaires dont celles causées par une arthrite. Grâce au traitement, les sujets observés ont vu leurs douleurs réduire et leur mobilité s’améliorer (1) ;
– Selon certains chercheurs, l’huile de bourrache constitue un traitement efficace pour traiter les douleurs et inflammation causées par une polyarthrite rhumatoïde. Elle s’avère aussi être à même d’atténuer les enflures causées par cette affection. Cette huile doit notamment son action anti-inflammatoire à sa forte teneur en acide gamma linoléique (2) ;
– Certains essais cliniques avancent les propriétés antidouleurs de l’ortie en cas d’arthrose (3) ;
– D’après une recherche scientifique menée sur la maladie de Parkinson, un traitement à base de coenzyme Q 10 a nettement permis de ralentir la dégénérescence chez des sujets affectés à un stade peu avancé de cette pathologie (4) ;
– Diverses études reconnaissent, par ailleurs, l’efficacité de l’utilisation du Géranium du Cap (Pelargonium sidoides) pour soigner diverses affections pulmonaires (5).

Références

(1) Warnock M, McBean D, et al., « Effectiveness and safety of Devil’s Claw tablets in patients with general rheumatic disorders.», Phytother Res. 2007 Dec ; 21(12):1228-33.
(2) Bruneton, J., Pharmacognosie – Phytochimie, plantes médicinales, 4 revue et augmentée e éd., Paris, Tec & Doc – Éditions médicales internationales, 2009.
(3) Chrubasik JE, Chrubasik SA, Roufagalis BD, Wagner H. « A comprehensive review on nettle effect and efficacy profiles, Part I: herba urticae ». Phytomedicine 2007 Jun; 14(6):423-35.
(4) Shults CW, Oakes D, et al., « Effects of coenzyme Q10 in early Parkinson disease: evidence of slowing of the functional decline.», Arch Neurol. 2002 Oct;59(10):1541-50
(5) Matthys H, Eisebitt R, Seith B, Heger M., « Efficacy and safety of an extract of Pelargonium sidoides (EPs 7630) in adults with acute bronchitis. A randomised, double-blind, placebo-controlled trial.», Phytomedicine. 2003;10 Suppl 4:7-17.