Pleurésie

Présentation de la pleurésie

Pleurésie, inflammation de la plèvre ou membrane recouvrant les poumons
Pleurésie, inflammation de la plèvre ou membrane recouvrant les poumons

La pleurésie est une inflammation de la membrane qui recouvre et protège les poumons, également appelée plèvre. Elle se manifeste par un certain nombre de symptômes dont une très forte douleur thoracique. Suivant le cas, elle peut être accompagnée d’un épanchement pleural c’est à dire de la présence anormale de fluide dans la cavité pleurale ou non. Dans ce dernier cas, elle est également connue sous le nom de pleurite. Elle peut, en outre, être chronique ou aiguë.

Il existe différentes formes de pleurésies qui peuvent toucher tout le monde quel que soit l’âge ou le sexe. Toutefois, les sujets ayant plus de 65 ans en sont les plus affectés du fait de leur vulnérabilité face aux diverses maladies infectieuses. Les immunodéprimés ont, en outre, un risque plus élevé de contracter cette maladie.

Causes de la pleurésie

Essentiellement dues à des infections bactériennes ou virales, les pleurésies peuvent aussi causées par bien d’autres facteurs.

– Infection pulmonaire due à des virus telle que grippe, mononucléose infectieuse, Coxsackie B virus responsable de l’affection de Bornholm ;
– Infection pulmonaire due à des bactéries telle que lors d’une pneumonie, tuberculose ;
– Embolie pulmonaire ;
– Néoplasie voire cancer pulmonaire ;
– En cas de décompensation cardiaque due à l’aggravation d’une insuffisance cardiaque ;
– Cirrhose ;
– Affections sous-diaphragmatique telles que pancréatite, suppuration, syndrome néphrotique ;
– Syndrome de Demons-Meigs, une affection qui se manifeste par une tumeur ovarienne accompagnée d’épanchement de fluide en divers endroits ;
Néoplasie médiastinale ;
– Rhumatismes ;
– Opération chirurgicale du système respiratoire ;
– Suite à un traumatisme ;
– Suite à une chimiothérapie ou une radiothérapie ;
– Prise de certains médicaments tels que Hyralazine, Mytomicine, Amiodarone ;
– En cas de baisse du système immunitaire ;
– Exposition fréquente à l’amiante ;
– Maladies systémiques ;
– Malnutrition.

Manifestations de la pleurésie

Manifestations de la pleurésie dépendent de sa forme, qui peut être
Manifestations de la pleurésie dépendent de sa forme, qui peut être hémorragique, chyleuse, purrulente, etc.

Il existe différentes formes de pleurésies suivant la cause ainsi que le liquide présent et sa localisation en cas d’épanchement pleural. Parmi celles-ci, il y a entre autres :

– Forme hémorragique en cas d’épanchement de liquide avec du sang ;
– Forme chyleuse avec épanchement de liquide contenant de la lymphe de couleur blanche ;
– Forme purulente en cas de présence de pus ;
– Forme tuberculeuse ;
– Forme cancéreuse ;
– Formes virales ou bactériennes ;
– Forme rhumatoïde avec liquide verdâtre ;
– Forme épidémique ou pathologie de Bornholm ;
– Forme séro-fibrineuse en cas d’épanchement de fluide clair renfermant de la fibrine.

Certains symptômes sont, en outre, caractéristiques de cette maladie quelle que soit sa forme.

– Douleurs intenses au niveau du thorax pouvant être irradiées vers les épaules. Ces douleurs sont souvent exacerbées lors d’une inspiration profonde ;
– Toux important souvent sèche ;
Essoufflement au moindre effort ;
Dyspnée ;
Fièvre notamment si l’affection est due à une infection ;
Diminution de l’appétit ;
– Perte de poids ;
– Sueurs froides nocturnes telles que lors d’une forme tuberculeuse.

Traitements de la pleurésie

La prise en charge des pleurésies dépendent principalement de la cause.

– Le traitement est étiologique en cas de pleurésies dues à une décompensation ou à une insuffisance cardiaque. Pour prendre en charge cette dernière, il a été entre autre mis en évidence, lors de certaines études, que l’utilisation d’extraits d’aubépine peut être efficace y compris pour calmer les symptômes associés (1) ;
– Si l’affection est due à une infection virale, elle peut se résorber d’elle-même sans qu’il ne soit nécessaire d’entreprendre un traitement quelconque. Toutefois, les défenses immunitaires peuvent être boostées telles que par la prise de suppléments de zinc, un minéral important dans la fabrication des anticorps lors de diverses infections (2). Chez des sujets même affaiblis, certaines observations avancent l’efficacité du ginseng pour améliorer les défenses de l’organisme (3) ;
– En cas de pancréatite, une étude préconise l’importance de jeûner et de se nourrir plutôt par voie parentérale (4). Selon, en outre, une autre observation, les fruits de groseillier indien (Emblica officinalis) peuvent être bénéfiques comme traitements adjuvants. Cette action est due notamment entre autres aux tanins et flavonoïdes que ces fruits contiennent en abondance (5) ;
– En cas d’épanchement pleural, en outre, il pourrait être nécessaire de pratiquer une ponction pour retirer le liquide en excès dans la cavité pleurale. Cette action relève, cependant, de la compétence médicale.

Références

(1) Pittler MH, et al., « Hawthorn Extract for Treating Chronic Heart Failure : Meta-analysis of Randomized Trials.», Am J Med. 2003 June.
(2) Mitchell W.A., et al., «Thymic Output, Ageing and Zinc.», Biogerontology, 2006.
(3) Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed)., « Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council.», Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
(4) Tenner S, et al., « American College of Gastroenterology Guideline : Management of Acute Pancreatitis.», Am J Gastroenterol, 2013.
(5) « Encyclopédie des Plantes Médicinales. Identification, Préparations, Soins.», Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1

error: Contenu protégé sous copyright