Prééclampsie

Présentation de la prééclampsie

Prééclampsie,
Prééclampsie, affection touchant les femmes enceintes due à une anomalie du placenta

La prééclampsie aussi connue sous le nom de toxémie gravidique est une affection qui concerne les femmes en gestation et qui se manifeste au cours de la seconde moitié de leur grossesse. Elle s’explique par une anomalie au niveau du placenta et se caractérise principalement par une hausse de la pression artérielle ainsi que du taux de protéines dans l’urine. En l’absence de traitements adéquats, cette anomalie peut progresser puis se compliquer par la survenue d’une éclampsie. Il s’agit d’une urgence qui peut être fatale tant pour la mère que pour l’enfant qui va naître, et qui se caractérise par une convulsion généralisée.

Cette affection touche près de 4% des femmes prégnantes et plus particulièrement les premières grossesses. Elle est l’une des causes les plus importantes de mortalité des mères dans les pays du sud. Dans les pays occidentaux, sa survenue semble être en hausse depuis quelques décennies.

Causes de la prééclampsie

La toxémie gravidique est due à un défaut au niveau de la placentation entrainant une mauvaise vascularisation du placenta. Ce dernier, en souffrance, libère alors des substances qui sont à l’origine des symptômes caractéristiques de cette maladie.

Certains facteurs sont, en outre, connus comme pouvant favoriser sa survenue. Parmi ceux-ci, il y a principalement :

– Première grossesse ;
– Intolérance au sperme ;
– Femmes sujettes à une hypertension artérielle ;
– Toxémie gravidique durant la précédente grossesse ;
– Cas de toxémie gravidique chez une parente ;
– Grossesse survenant durant la quarantaine ;
– Grossesses gémellaires ou plus ;
– Grossesses multiples ;
– En cas de surpoids ou d’obésité ;
– En cas de diabète sucré ;
– En cas de pathologie des reins qui peut favoriser la hausse de la pression artérielle ;
– Lors de certaines maladies auto-immunes dont le lupus érythémateux (maladie systémique qui s’attaque au tissu conjonctif), le syndrome des anticorps antiphospholipides (caractérisé par la formation anormale de caillots dans le sang) ;
– Certaines pathologies vasculaires l’athérosclérose.

Manifestations de la prééclampsie

Manifestations de la prééclampsie : hypertension artérielle, protéinurie, mal de tête, vertiges, perturbations de la vue, ...
Manifestations de la prééclampsie : hypertension artérielle, protéinurie, mal de tête, vertiges, perturbations de la vue, …

La toxémie gravidique se caractérise essentiellement par :

– Une hausse de la pression artérielle dite gravidique, vers la 20 ème semaine qui suit l’arrêt des règles. Celle-ci se traduit par une pression systolique et/ou diastolique dépassant les 140 et 90 mmHg dans les cas légers, et 160 et 110 mmHg dans les cas sévères ;
– Une protéinurie ou présence de protéines dans les urines qui peut aller jusqu’à plus de 300 mg par jour.

D’autres symptômes peuvent aussi se présenter, dont entre autres :

Maux de tête persistants ;
– Vertiges ;
– Perturbations de la vue ;
– Sensation de douleurs en barre dans le ventre accompagné de vomissements et de nausées ;
Gonflement notamment au niveau des membres inférieurs pouvant survenir brusquement. Parfois, une prise de poids anormale et importante peut se produire ;
Anémie ;
– Baisse importante du volume des urines ou oligurie ;
– Augmentation importante du taux d’acide urique dans le sang causée par un dysfonctionnement au niveau des reins ;
– Baisse de la quantité de plaquettes sanguine mieux connue sous le terme de thrombopénie. Cette anomalie peut se manifester par l’apparition sur la peau de purpura, de petites lésions hémorragiques de coloration rouge.

Chez le fœtus, il peut notamment y avoir un retard de croissance et une baisse de mouvements.

Traitements de la prééclampsie

Certains traitements sont avancés comme pouvant aider à prendre en charge ou à prévenir cette pathologie.

Beaucoup de repos est conseillé notamment pour éviter d’aggraver l’hypertension artérielle gravidique ;
Dormir également sur le côté gauche est connu comme pouvant aider à réduire les symptômes, dont notamment la hausse de la pression artérielle. En effet, celle-ci est causée par des substances libérées par le placenta qui se trouve mal vascularisé lors de cette pathologie. Et dormir dans cette position est conseillé pour améliorer l’irrigation sanguine du placenta et donc réduire l’hypertension artérielle ;
– Selon certaines publications, prendre des suppléments de calcium peut prévenir la survenue de cette affection. Ce traitement est particulièrement conseillé aux mères présentant une carence en ce minéral ou soumises à certains régimes (1) ;
– Diverses études avancent que la prise d’une faible dose d’aspirine peut réduire le risque de contracter ce problème. Dans tel cas, le traitement devra commencer avant la 16 ème semaine qui suit l’arrêt des règles pour qu’il y ait une efficacité (2) ;
Pour réduire la survenue d’une éclampsie qui est l’une des complications les plus dangereuses de cette maladie, certaines études suggèrent le recours au sulfate de magnésium (3) ;
– Dans les cas les plus graves, une interruption de grossesse peut parfois être nécessaire.

Références

(1) (EN) « Hypertension pendant la grossesse: Rapport du groupe de travail du Collège américain des obstétriciens et gynécologues sur l’hypertension pendant la grossesse.», Obstet Gynecol, 2013.
(2) Bujold E., (EN) « L’aspirine à faible dose réduit la morbidité et la mortalité chez les femmes enceintes à risque élevé de prééclampsie », Evid Based Nurs , 2015.
(3) (EN) « Les femmes atteintes de pré-éclampsie et leurs bébés bénéficient-elles du sulfate de magnésium? L’essai Magpie: un essai randomisé contre placebo.», The Magpie Trial Collaboration Group, Lancet 2002.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright