Rétinopathie diabétique

Définition de la rétinopathie diabétique

Rétinopathie diabétique, une des complications du diabète caractérisée par une atteinte de la rétine
Rétinopathie diabétique, une des complications du diabète caractérisée par une atteinte de la rétine

La rétinopathie diabétique est une complication du diabète qui se caractérise par une atteinte de la rétine. Celle-ci n’est autre que l’organe photosensible de l’œil qui assure d’une part la réception des signaux lumineux provenant de l’extérieur par les photorécepteurs et d’autre part la transformation ainsi que la transmission de ces signaux au cerveau au moyen des neurones et des nerfs optiques. Son irrigation est, par ailleurs, assurée par une multitude de fins vaisseaux sanguins.

Lors de cette pathologie, les capillaires rétiniennes perdent leur étanchéité secondaire à une fragilisation de leurs parois sous l’effet du sucre contenu en excès dans le sang. Il en résulte alors une hémorragie conduisant à la fois à une oxygénation insuffisante des différentes zones rétiniennes et à un œdème de la macula qui est la zone centrale de la rétine dû à l’écoulement de liquides provenant des vaisseaux. L’endommagement des capillaires peuvent, par ailleurs, dans certains cas conduire la rétine à développer de nouveaux vaisseaux qui sont pourtant anormaux et plus délicats que les premiers. Ceux-ci vont aggraver l’atteinte visuelle en colonisant, puis en laissant écouler du sang dans le vitré situé devant la rétine ou en créant un tissu cicatriciel qui peut entrainer une rétraction rétinienne.

La rétinopathie est la complication la plus fréquemment rencontrée du diabète. Elle touche environ 30% des sujets diabétiques dont la majorité sont ceux du type 2 ayant duré de plus d’une dizaine d’année. Il s’agit par ailleurs de la cause principale de perte de vue avant 65 ans dans divers pays européens.

Causes de la rétinopathie diabétique

La cause principale de la survenue d’une rétinopathie chez les diabétiques est l’importante quantité de sucre contenue dans le sang. En effet, ceci va rendre les parois des vaisseaux sanguins plus fragiles, y compris celles des capillaires rétiniens. Il en résulte une hyperperméabilité de ces derniers qui vont alors laisser du sang et des fluides s’écouler dans l’œil.
D’autres facteurs sont, en outre, connus comme pouvant favoriser ou accélérer la survenue de cette pathologie. Parmi ceux-ci, il y a notamment :

– L’hypertension artérielle qui, en se combinant avec l’effet du sucre, peut accélérer l’altération des parois des vaisseaux sanguins dont ceux qui irriguent le globe oculaire ;
– La négligence du contrôle du taux de glucose sanguin chez les diabétiques ;
– La grossesse en cas de diabète connue comme pouvant être la cause de la survenue rapide d’une rétinopathie ;
– La durée du diabète. Après une dizaine d’année, les diabétiques présentent plus de risque de développer diverses complications de leur maladie incluant celle qui peut affecter les yeux.

Symptômes de la rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique se manifeste par une vision brouillée, ou avec des corps flottants sombres
La rétinopathie diabétique se manifeste par une vision brouillée, ou avec des corps flottants sombres

La rétinopathie est asymptomatique dans ses débuts. La manifestation des premiers troubles de la vision annoncent le plus souvent des lésions oculaires déjà importantes et irréversibles.

Deux formes de rétinopathie sont à distinguer :

– La forme non proliférante qui est également la phase précoce de la maladie. Elle se caractérise par une hausse de la perméabilité des capillaires de la rétine et par l’écoulement dans cette dernière de sang et de fluide. Dans la plupart des cas, cette forme n’affecte la vision que lorsqu’il y a œdème ou ischémie maculaire. Le gonflement de la macula est dû à l’exsudation de fluide provenant des capillaires endommagés, tandis que l’ischémie s’explique par l’occlusion de ces vaisseaux entrainant une oxygénation insuffisante du centre de la rétine. Ce qui se manifeste à un stade avancé par une vision brouillée ;

– La forme proliférante due à une modification de la vascularisation du globe oculaire. L’occlusion des capillaires secondaire à leur altération conduit, en effet, la rétine à développer de nouveaux vaisseaux. Ces derniers, anormaux, vont croître à la surface de la rétine et ne peuvent pas l’irriguer normalement. Du fait de leur fragilité, ils vont conduire à une hémorragie dans le vitré dont le sang va empêcher les rayons de lumière d’atteindre la rétine. Cette atteinte peut se manifester par la présence de corps flottants sombres plus ou moins grands dans la vision. Par ailleurs, ces néovaisseaux vont être à l’origine de la formation d’un tissu cicatriciel entrainant une contraction de la rétine, un déplacement de la macula de sa place, voire un décollement rétinien.

Traitements naturels de la rétinopathie diabétique

À part la chirurgie au laser qui peut réduire le risque d’altération visuelle jusqu’à 50%, certains traitements sont avancés comme pouvant aider à prendre en charge des cas de rétinopathie chez les diabétiques :

– Contrôle strict de la glycémie et de la vue : Selon diverses publications, contrôler rigoureusement le taux de glucose sanguin peut efficacement réduire le risque de survenue d’une rétinopathie chez les diabétiques. À cela devra toutefois être associé un examen de la vue au moins tous les ans afin de détecter précocement une éventuelle atteinte de la rétine. En cas de grossesse, connue comme pouvant favoriser une évolution rapide de cette pathologie, des contrôles doivent être menés et débutés dès le premier trimestre (1) ;
– Contrôle rigoureux de la tension artérielle : Différentes observations avancent l’importance de contrôler la pression artérielle chez les diabétiques et de prendre rapidement en charge une éventuelle hypertension afin d’éviter de favoriser davantage la lésion des capillaires rétiniens (2) ;
– Pin maritime : Des extraits d’écorces de pin maritime (Pinus maritima) ont été mis en évidence lors d’une étude comme pouvant être bénéfiques en cas de rétinopathie. Selon cette étude, ce traitement permet à la fois de calmer l’hémorragie, de diminuer le gonflement maculaire et d’améliorer la vue altérée par cette complication du diabète (3). Cette action s’explique surtout par le pycnogénol que contiennent ces écorces, qui est connu comme étant un des puissants réducteurs de radicaux libres. La dose prescrite en cas de rétinopathie est de 150 mg par jour à répartir sur trois prises. Le même traitement est efficace pour la prise en charge de cas d’hypertension artérielle à raison de 200 mg par jour (4) ;
– Thiamine et Pyridoxamine : Selon d’autres études, une supplémentation en vitamines B1 (5) et B6 (6) peut contribuer à inhiber l’effet de la glycation à l’origine de l’environnement inflammatoire qui est responsable des diverses complications du diabète.

Références

(1) Dossier: « Rétinopathie diabétique », Informations sur la santé visuelle, Société canadienne d’ophtalmologie.
(2) Adler AI, et al. « Association de la pression artérielle systolique avec des complications macrovasculaires et microvasculaires du diabète de type 2 (UKPDS 36): Étude prospective prospective » BMJ 2000.
(3) Steigerwalt R. et al. « Pycnogenol améliore la microcirculation, l’œdème de la rétine et l’acuité visuelle dans les cas de rétinopathie diabétique précoce » J Ocul Pharmacol Ther. 2009 déc.
(4) Dossier: Pycnogénol. Groupe Proxim
(5) Thornalley PJ. « Le rôle potentiel de la thiamine (vitamine B1) dans les complications du diabète » Curr Diabetes Rev. 2005.
(6) Jain SK. « Supplémentation en vitamine B6 (Pyridoxamine) et complications du diabète » Métabolisme 2007.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright