Tératospermie

Présentation de la tératospermie

teratospermie
La tératospermie désigne la présence de spermatozoïdes avec des défauts morphologiques dans le liquide séminale

La tératospermie est le terme utilisé pour désigner la présence dans le liquide séminale d’une proportion élevée de spermatozoïdes présentant des défauts morphologiques. Également connue sous le nom de tératozoospermie, cette affection peut baisser considérablement la chance de concevoir un enfant chez l’homme. Les cellules sexuelles anormales présentent, en effet, un pouvoir de fécondation réduit par rapport à celles qui sont normales. Il peut s’agir dès lors d’une cause d’infertilité masculine suivant la sévérité et le nombre de gamètes restant capables de féconder un ovule.

Le seuil fixé auparavant pour caractériser la tératozoospermie était de moins de 30% de gamètes typiques. Aujourd’hui, un homme est considéré comme étant sujet à cette affection s’il présente moins de 15% de spermatozoïdes normaux dans son sperme. En outre, elle peut être associée à d’autres maladies spermatiques. Parmi celles-ci, il y a l’oligospermie reconnue par un nombre insuffisant de spermatozoïdes. On cite aussi l’asthénospermie caractérisée par une faible mobilité de ceux-ci.

Causes de la tératospermie

La véritable cause de la survenue des défauts dans la morphologie des spermatozoïdes n’est pas encore clairement identifiée. Toutefois, les facteurs reconnus comme étant à l’origine de cette anomalie sont nombreux.

Facteurs internes

– Troubles hormonaux. Ceux-ci sont secondaires à un traitement hormonal, à une tumeur de l’hypophyse, ou à des perturbations au niveau de l’axe hypothalamo-hypophysaire ;
– Anomalies d’origine génétique ;
– Atteintes anatomiques telles qu’en cas de présence de varices sur les testicules ;
– Atrophie testiculaire due à un traumatisme ou une torsion ;
– Malformations congénitales ;
Infection même ancienne. Il en est le cas des oreillons ;
– Des infections sexuellement transmissibles comme la chlamydia ;
– Certaines pathologies telles qu’une atteinte hépatique ou une insuffisance rénale. Ces maladies peuvent nuire à la synthèse des gamètes sexuels ;

Facteurs externes

– Expositions répétées à des radiations et à des substances toxiques telles que des pesticides, des insecticides, la pollution atmosphérique ;
– Chaleur intense et fréquente. L’exercice de certaines professions exposant régulièrement à une forte température. Le port de sous-vêtements synthétiques en constituent aussi des causes fréquentes ;
– Suite à la prise de certains médicaments dont le kétoconazole ou encore le spironolactone à forte dose ;
– Après un traitement médical dont une chimiothérapie et une radiothérapie ;
– Des réactions immunitaires anti-spermatozoïdes. C’est ce qui survient lorsque ces gamètes parviennent à passer la barrière immunologique présente au niveau des testicules. Le système immunitaire élabore alors des anticorps spécifiques face à ces cellules qui ne présentent, en effet, que 23 chromosomes. À titre d’information, les autres cellules de l’organisme en possèdent 46. C’est la pénétration de ces défenses dirigées contre les spermatozoïdes dans le liquide séminal qui va être à l’origine de l’anomalie ;
– Une mauvaise hygiène de vie dont principalement une dépendance à l’alcool ou à une drogue.

Manifestations de la tératospermie

tératospermie
La tératospermie est une des principales causes de l’infertilité masculine

Les anomalies des spermatozoïdes peuvent prendre plusieurs formes, en cas de tératozoospermie. Elles peuvent se combiner entre elles et diversifier d’un spermatozoïde à l’autre, conduisant chacune à la baisse du pouvoir de fécondation.

Atteinte de la tête

En cas de défauts morphologiques, ces gamètes peuvent être bicéphales. C’est-à-dire, elles possèdent deux têtes, macrocéphales ou microcéphales, plus grandes ou plus petites que la normale. La tête, normalement ovale, de ces cellules est parfois aussi plus allongée ou prendre une forme irrégulière.

Ces défauts réduisent en grande partie la capacité des gamètes mâles à traverser l’enveloppe de l’ovule. Ce qui peut alors baisser la probabilité d’une procréation naturelle.

Atteinte du flagelle

Le flagelle qui est considéré comme la queue du spermatozoïde, assure sa mobilité. Une anomalie de celui-ci diminue par conséquent la capacité du gamète à se déplacer et l’entraver ainsi à rejoindre l’ovule.

Suivant le cas, les spermatozoïdes sont munis de flagelles trop courts, doubles, enroulés ou angulés.

Atteinte de l’acrosome

L’anomalie le plus souvent rencontré dans tel cas est l’absence de l’acrosome. Il s’agit en fait d’une membrane présente au niveau de la tête du spermatozoïde. Son rôle est de sécréter une enzyme. Cette dernière va permettre au gamète de traverser les parois de l’ovocyte.

Atteinte du cou

Le corps intermédiaire ou le cou des spermatozoïdes peut présenter diverses anomalies. 20% d’entre elles concernent des angulations. Parfois, il peut s’agir d’une longueur anormalement plus longue de cette partie de la cellule.

La sévérité de la pathologie peut, en outre, être fixée suivant la proportion de spermatozoïdes normaux présents dans le sperme :

– De 15 à 10% : l’affection est considérée comme légère ;
– De 9 à 4% : la tératozoospermie est dite modérée ;
– Moins de 4% : la maladie est sévère. Les spermatozoïdes présentant une forme normale sont alors très rares dans tel cas.

Traitements naturels et classiques de la tératospermie

Voici quelques traitements pour prendre en charge cette affection. Ce sont aussi des solutions efficaces au problème de conception qu’elle peut causer.

– Évitement du facteur reconnu comme à l’origine de l’anomalie :

Certains cas de tératozoospermie semblent être réversibles. Il suffit d’éviter les différents facteurs pour résorber l’affection.

– Régime alimentaire sain et équilibré :

Il est souvent conseillé d’adopter une alimentation saine, privilégiant les fruits et les légumes, pour traiter de cette affection. Un apport élevé de vitamines et d’antioxydants est en effet important pour améliorer la santé des cellules sexuelles et la qualité du liquide séminale.

– Quercétine :

Lors d’une étude menée sur des rats, les scientifiques ont remarqué que la quercétine peut exercer des effets bénéfiques sur les testicules. Ce flavonoïde semble être capable de protéger les tissus des dommages qu’une torsion ou un traumatisme a pu causer. Les modèles ont reçu une dose de 20 mg par kilo lors de l’expérience. (1)

– Vitamine E :

Une publication avance les bienfaits de la prise de suppléments de vitamine E notamment en cas de chimiothérapie ou de radiothérapie. Ceci s’explique principalement par le fait que cette vitamine présente des effets antioxydants non négligeables (2). Pour profiter des bienfaits de ce remède, il est recommandé de prendre environ 268 mg par jour, soit 400 UI.

– Carnitine :

Pour améliorer la qualité de la forme des spermatozoïdes, certains chercheurs recommandent des compléments d’antioxydants. Parmi les plus souvent conseillé, il y a notamment la L-carnitine. C’est un antioxydant puissant connu pour ses bienfaits sur la qualité du sperme. Il est également doté de la capacité à limiter la régénération des spermatozoïdes anormaux. Pour ce qui est du dosage de ce traitement, il peut grandement varier d’un sujet à l’autre. La dose moyenne est d’environ 500 mg par jour. (3)

– Procréation médicalement assistée :

Pour remédier aux difficultés de procréation, on peut recourir aux diverses méthodes d’assistance médicale à la conception. La fécondation in vitro et l’insémination artificielle figurent parmi les plus connues.

Références

(1) Aktoz T, et al. « Protective Effects of Quercetin on Testicular Torsion/Detorsion-Induced Ischaemia-Reperfusion Injury in Rats ». Andrologia. 2010.
(2) Sinapin V. « Dossier : Traitement de la térztozoospermie ». 2016.
(3) Lenzi A. et al. « Use of carnitine therapy in selected cases of male factor infertility : A double blind crossover trial.» Fertility and sterility, 2003.

error: Contenu protégé sous copyright