Toxocarose

Présentation de la toxocarose

toxocarose
Toxocarose, pathologie causée par des vers parasitaires du genre Toxocara

La toxocarose est une helminthiase ou une pathologie due à des parasites intestinaux. C’est une zoonose, autrement dit une maladie transmise à l’homme par des animaux, causée par des helminthes du genre toxocara. Elle se caractérise principalement par la présence dans les tissus des larves de ces vers en attente. Ces dernières ne pouvant évoluer vers la phase adulte que dans l’organisme animal. Il s’agit d’un phénomène connu sous le terme de Larva Migrans Viscérale. Dans plus de la moitié, l’affection guérit d’elle-même au bout de plusieurs mois suite à la mort des larves.

Cette helminthiase est très fréquente aussi bien dans les pays développés que ceux en développement. Elle peut affecter tout le monde et notamment les enfants âgées de 2 à 7 ans. Chez les adultes, environ 5% de ceux vivant en milieu urbain en sont touchés dans les pays occidentaux. Cette proportion atteint les 30% en zone rurale. Les personnes élevant des animaux domestiques en sont, toutefois, les plus concernées. Le manque d’hygiène constitue, en outre, le plus grand facteur de risque de transmission de cette pathologie.

Causes de la toxocarose

Cette helminthiase est causée par un vers parasitaire de la famille des Toxocaridae, le Toxocara. Il est très répandu chez les animaux, mais les principaux vecteurs sont pour l’homme les chats et les chiens. Chez ces derniers, les parasites responsables de l’infection sont respectivement le t. cati et le t. canis.
La transmission de l’helminthe se fait essentiellement par voie oro-fécale. Différents facteurs peuvent, de ce fait, favoriser la contamination de l’homme :

– Manque d’hygiène personnelle. C’est le cas notamment des mains mal ou non lavées après avoir caressé ou joué avec son animal de compagnie. Il en va de même suite à la manipulation des fèces d’animaux ;
– Consommation d’aliments dont le lavage n’a pas suffi à éliminer les œufs embryonnés se trouvant à la surface. Les fruits et les légumes qui se consomment crus, dont particulièrement les laitues sont les plus concernées. Le risque est d’autant plus grand que ces végétaux ont poussé sur des sols où sont trouvées des déjections animales ;
– Ingestion de viandes ou d’abats peu ou pas cuits ;
– Absence d’eau potable pour la préparation des nourritures et les toilettes. Ce cas est très fréquent en milieu rural dans les pays en développement ;
– Mauvaise habitude consistant à porter le doigt dans la bouche. Ceci est surtout le cas des enfants ;
– Certains jeux chez le jeune enfant tels que ceux dans les bacs à sable ;
– En cas de pica, un trouble psychologique se manifestant par une anomalie dans la conduite alimentaire. Elle se caractérise essentiellement par une envie compulsive d’ingérer des objets qui ne sont pas comestibles.

Symptômes de la toxocarose

toxocarose
La toxocarose se transmet de l’animal infesté à l’homme par voie oro-fécale

Cette pathologie peut se manifester différemment d’un sujet à l’autre. Son intensité varie également suivant la charge parasitaire.

La forme légère

Il s’agit du cas le plus commun causé par l’ingestion d’un nombre limité d’œufs embryonnés. Cette forme guérit d’elle-même dans la plupart des cas après un an ou plus. Il peut en outre, être totalement asymptomatique. Dans les cas où il s’accompagne de symptômes, les plus souvent rencontrés sont :

Douleurs abdominales très fréquentes parfois accompagnées de nausées ;
Céphalées avec quelques fois une fièvre inexpliquée ;
– Prurit ;
– Toux associées à une sibilance à la respiration ;
Diminution de l’appétit ;
– Hépatomégalie ou augmentation du volume du foie ;
– Mal ressenti dans le côté droit de l’abdomen ;
– Adénopathie ou gonflement des ganglions qui se trouvent au niveau du cou ;
– Trouble du sommeil et parfois du comportement.

La forme grave

Cette forme survient après l’ingestion d’une charge massive d’œufs ou en cas d’infestation répétée. Les principales manifestations de l’affection sont notamment :

– Troubles digestifs dont principalement des douleurs abdominales, des nausées, des diarrhées ;
– Perturbations de la respiration avec toux fréquentes, respiration bruyante, asthme ;
– Symptômes cutanés tels que des démangeaisons, des éruptions, des allergies ;
– Une hépatomégalie ;
– Des asthénies associées à une fièvre modérée et à des céphalées ;
– Perte d’appétit et un amaigrissement ;
– Encéphalite ;
– Gonflement au niveau de la face.

La forme oculaire

Cette forme est causée par la présence d’une larve dans les parois oculaires. Ce qui va déclencher une réaction inflammatoire. Elle se manifeste essentiellement par une diminution soudaine de l’acuité visuelle, le plus souvent unilatérale. L’évolution peut conduire à des lésions irréversibles de la rétine.

Dans tous les cas, le déplacement des larves conduit à des lésions mécaniques sur leur trajet. L’organisme déclenche également des réactions inflammatoires du fait de leur présence.

Traitements naturels de la toxocarose

Certains remèdes sont connus comme pouvant être utilisés pour prévenir ou traiter ce type d’helminthiase.

Une hygiène corporelle minutieuse :

Adopter une hygiène minutieuse reste la meilleure façon de prévenir cette forme d’helminthiase. Il est, à cet effet, particulièrement conseillé de laver fréquemment ses mains avec du savon et de l’eau courante. Ceci, d’autant plus en cas de cohabitation avec un animal. Il en va de même après tout contact avec l’animal, ses déjections ou sa litière. Le jeune enfant doit être éduqué à prendre de bonnes habitudes dans le lavage de ses mains.

Un lavage rigoureux des denrées alimentaires :

En cas de consommation crue de fruits ou de légumes, un nettoyage méticuleux est recommandé. Il en va de même des ustensiles, du comptoir et des planches à découper employés pour leur préparation. Pour cela, il faut toujours utiliser de l’eau courante et du savon. Si la qualité de l’eau n’est sûre, il faudra la bouillir. La préparation des aliments à consommer crus et cuits doit, en outre, être séparée pour éviter une contamination de ceux qui ont été déjà lavés. (1)

Des désinfectants naturels pour les végétaux :

Selon de nombreuses études, des désinfectants naturels doivent être utilisés après le lavage pour bien nettoyer les aliments à consommer crus. Parmi ceux-ci, il y a le sel à raison de 15% ou encore du bicarbonate de soude, une cuillère pour chaque litre d’eau. La désinfection consiste à laisser tremper les aliments dans la solution durant une dizaine de minutes, puis les rincer à l’eau potable. De l’eau de javel à 0,1% est aussi avancée dans certaines publications pour éliminer efficacement les agents pathogènes sur les végétaux. (2)

Vaccination et vermifugation des animaux :

Une vermifugation au moins 3 fois par an des animaux domestiques adultes est conseillée. Ceci est nécessaire pour limiter le risque de contamination par ce type d’helminthe, mais également avec d’autres parasites. Une vaccination régulière contre les vers du genre Toxocara est également recommandée. Chez les chiots, la technique de prise en charge consiste plutôt en un déparasitage. Il devra être effectué tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois (3).

Références

(1) Scott E. et al. « How to Prevent Food Poisoning : A pratical guide to safe cooking, eating and food handling.», Wiley and sons, 1998.
(2) « Dossier : Botulisme. », Organisation Mondiale de la Santé, 2018.
(3) « Dossier : Parasites – Toxocariasis also known as round worm infection.» CDC. 2013.

error: Contenu protégé sous copyright