Ulcère

Définition de l’ulcère

L'ulcère désigne l'altération de la couche superficielle de la peau ou des muqueuses entrainant la formation d'une plaie. Ici c'est le cas de l'estomac.
L’ulcère désigne l’altération de la couche superficielle de la peau ou des muqueuses entrainant la formation d’une plaie. Ici c’est le cas de l’estomac.

L’ulcère désigne une altération de la couche superficielle de la peau ou des muqueuses qui se manifeste par la formation d’une plaie assez profonde. Ses causes sont nombreuses et peuvent, suivant le cas, être internes ou externes à l’organisme. Certains facteurs sont, par ailleurs, connus comme pouvant entretenir la plaie et même empêcher sa cicatrisation. Parmi ceux-ci, il y a entre autres la prise de certaines substances néfastes à la santé comme le tabac et l’alcool, une mauvaise hygiène, la survenue d’une infection.

Les ulcères peuvent conduire à l’érosion complète d’un segment plus ou moins important de la peau, des muqueuses ou de la paroi des organes affectés. Des complications peuvent également survenir telles qu’une suppuration de la plaie, des hémorragies internes voire une perforation d’organe pouvant être graves de conséquences. Les cas d’ulcères les plus fréquemment rencontrés sont ceux de l’estomac et du duodénum, ceux de la peau et de la cornée. Cette affection peut, en outre, survenir à tout âge et ce, même chez les enfants.

Causes de l’ulcère

Nombreuses peuvent être les causes d’une ulcération. Parmi celles-ci, il y a entre autres :

– Infection par un ou plusieurs agents pathogènes. La plupart des cas d’ulcères gastriques et/ou du duodénum sont, entre autres, dues au Helicobacter pylori, une bactérie connue comme pouvant survivre à l’acidité ;
– Encombrement de la circulation du sang et de la lymphe au niveau d’un tissu entraînant une ulcération de la peau connue sous le nom d’escarre. Il en est le cas lors d’un alitement prolongé qui peut alors conduire à des pressions empêchant certains tissus d’être bien irrigués, en cas d’insuffisance veineuse ;
– Exposition ou contact de la peau ou des muqueuses à une forte chaleur, à un froid important, à des substances chimiques ;
Blessure dont la cicatrisation est entravée par certains facteurs tels qu’une mauvaise hygiène, un affaiblissement du système immunitaire, contact fréquent à de l’humidité, en cas de diabète ;
– Grattage répété d’un bouton ou d’une croûte pouvant alors conduire à son infection et à son ulcération ;
– Atteinte des nerfs telle qu’après excision ou chirurgie pouvant alors favoriser l’ulcération des tissus ;
– Piqûre ou morsure d’un animal dont le venin contient une toxine capable de nécroser les tissus ;
– Stress important connu comme pouvant être à l’origine et favoriser les ulcères gastro-duodénaux ;
– Prise prolongée de certaines substances ou médicaments qui peuvent finir par agresser les parois des voies digestives dont l’estomac et le duodénum. Parmi ceux-ci, il y a entre autres l’alcool, le tabac, les épices, le vinaigre, le café, l’aspirine, les anti-inflammatoire non stéroïdiens ;
– Port de lentilles prolongé ou mal entretenues, traumatisme, infections ou carences alimentaires peuvent causer une ulcération de la cornée.

Symptômes de l’ulcère

Les ulcères peuvent être reconnus par certaines caractéristiques et les symptômes qui peuvent les accompagner.

En cas d’ulcération cutanée :

– Plaie en forme de cratère ayant sur les bords une couche de peau érodée ;
Inflammation des tissus adjacents avec rougeur, gonflement et douleur dans la plupart des cas ;
– Suintement de la plaie d’un liquide pouvant être sanguinolent et parfois de pus ;
Fièvre dans les cas plus graves ;
– Douleur plus intense, aggravation de la plaie et dégagement d’une odeur fétide en cas de chronicité de l’ulcération ;

En cas d’ulcération des muqueuses et des organes internes :

Symptômes en cas d'ulcère de l'estomac ou des autres organes internes : douleur, saignement, fatigue, ...
Symptômes en cas d’ulcère de l’estomac ou des autres organes internes : douleur, saignement, fatigue, …

– Sensation de douleur locale. Dans le cas d’une atteinte de l’estomac ou du duodénum, celle-ci se manifeste respectivement au moment des repas et quelques heures après un repas mais apaisée à la prise d’un autre ;
– Saignement pouvant conduire à une hémorragie interne dans des cas plus avancés. Les selles ou les vomissements peuvent alors être accompagnés de sang ;
– En cas d’ulcération gastro-duodénale, il peut y avoir différents symptômes digestifs tels que nausées, vomissements, dyspepsie, sensation de brûlure derrière le sternum, diminution de l’appétit ;
Fatigue de plus en plus prononcée et amaigrissement ;
– Risque de perforation d’organe pouvant engendrer une péritonite (inflammation du péritoine) en l’absence d’une prise en charge ;
– En cas d’atteinte de la cornée, il peut y avoir rougeur, douleur, larmoiement, sensation d’avoir un corps étranger dans le yeux.

Traitements naturels de l’ulcère

Certains traitements sont connus comme pouvant être utilisés en cas d’ulcération.

– Une bonne hygiène de vie : L’arrêt de la prise ou de l’utilisation de toute substance qui peuvent entretenir la plaie et retarder sa cicatrisation est fortement conseillé afin de favoriser la cicatrisation. Un régime alimentaire plus salubre à la santé est également nécessaire pour booster la guérison ;
– Asticothérapie : Diverses études avancent l’efficacité de ce type de traitement à la fois pour désinfecter la plaie et également pour accélérer l’apparition des tissus cicatriciels. À la différence du recours à la chirurgie, le retrait des tissus nécrosés ou infectés par les asticots est beaucoup plus précis et ces derniers sont également capables d’apaiser la douleur ainsi que les éventuelles démangeaisons (1) ;
– Recours à l’usage de dispositifs anti-escarres : En cas d’alitement prolongé ou d’utilisation d’une chaise roulante, l’usage de divers de matelas ou de coussins anti-escarres est conseillé dans de nombreuses publications comme pouvant permettre de prévenir et de traiter les ulcérations cutanées (2) ;
– Port de bas de contention : Cerrtaines études mettent en évidence les bienfaits que peut apporter l’usage de bas de contention en cas d’insuffisance veineuse (3) ;
– Oligo-proanthocyanidines : Une étude conclut sur l’efficacité des oligo-proanthocyanidines, contenus dans des extraits de pépins de raisins, tant pour apaiser les symptômes, et arrêter par la même occasion la progression d’une maladie veineuse (4) ;
– Bétel : Lors d’une expérience menée sur des rats, il a été observé que des extraits de feuilles de bétel (Piper betel) peuvent être employées pour traiter des cas d’ulcères. Le traitement consiste à administrer chez les rats 2 mg de Piper betel pour chaque 100 g de la masse corporelle (5) ;
– Probiotique : En cas d’ulcération gastro-duodénale due à Helicobacter pylori, une publication reconnaissent les bienfaits de la prise de probiotiques associée à l’antibiothérapie habituelle pour favoriser l’éradication de la bactérie (6). Le traitement consiste à prendre du lait fermenté quotidiennement de préférence le matin et à jeun ;
– Propolis : En cas d’ulcération buccale y compris les aphtes récidivants, une observation confirme les bienfaits que peut apporter l’application locale de propolis (7).

Références

(1) Leclercq M. « Utilisation de Larves de Diptères, Maggot Therapy, en Médecine : Historique et Actualité. », Bulletin & Annales de la Société Royale Belge d’Entomologie , Volume 126, 1990.
(2) McInnes E, Prévention des plaies de pression – Les surfaces d’appui pour la redistribution de la pression sont-elles efficaces?, 2012
(3) Poynard T et al « Méta-analyse des hydroxyéthylrutosides dans le traitement de l’insuffisance veineuse chronique », Vasa. 1994.
(4) Kiesewetter H et al. « Efficacité de l’extrait de feuille de vigne rouge AS 195 (folia vitis viniferae) administré par voie orale dans l’insuffisance veineuse chronique (stades I-II). Un essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo », Arzneimittelforschung 2000 février
(5) Rahman A. « Effets anti-ulcéreux du pélin de bétel, du solanum nigrum et du zingibercassumunar sur l’ulcération induite par certains ulcérogènes chez le rat » Shamima 2005
(6) Lesbros-Pantoflickova D. et al. « Le Journal des effets nutritionnels des probiotiques et des prébiotiques Helicobacter pylori et les probiotiques » J.Nutr 2007.
(7) Samet N, et al. « L’effet de la propolis d’abeille sur la stomatite aphteuse récurrente: une étude pilote », Clin Oral Investig. 2007 juin.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright