Tétraplégie

Présentation de la tétraplégie

tétraplégie
Tétraplégie se dit de la paralysie simultanée des membres supérieurs et inférieurs

La tétraplégie est le terme utilisé pour désigner une paralysie simultanée des membres supérieurs et inférieurs. Elle se manifeste essentiellement par l’absence de mouvement suite à une perte de contractilité des muscles. L’atteinte est, par ailleurs, souvent associée à un trouble de la sensibilité de la peau. La complication la plus fréquente en est la survenue inaperçue d’une lésion cutanée notamment des escarres. Une perturbation dans le fonctionnement des organes de l’abdomen se présente également dans certains cas. Ce qui peut conduire entre autres à une incontinence urinaire, à des constipations ou parfois à un problème de l’érection chez l’homme.

Ce type de handicap est en général secondaire à une lésion touchant la moelle épinière. Il peut grandement varier suivant la gravité de l’atteinte ainsi que la zone touchée. La perte totale de l’autonomie du sujet constitue la principale séquelle de cette affection. Celui-ci est alors amené à dépendre d’un tiers pour accomplir diverses tâches, y compris dans la réalisation de gestes indispensables dans la vie courante. Dans les formes dites partielles, cependant, les diverses prises en charge connues aujourd’hui aboutissent le plus fréquemment à des améliorations.

Causes de la tétraplégie

Une paralysie des 4 membres est souvent provoquée par une lésion de la moelle épinière. Celle-ci se retrouve alors dans l’incapacité à réaliser sa fonction de transmettre les messages nerveux provenant du cerveau aux muscles. D’où la perte de motricité suite à la baisse, voire à l’absence totale de contraction musculaire.

Différents facteurs peuvent être à l’origine d’un tel handicap :

– Un traumatisme qui constitue la cause la plus fréquente. Il peut survenir lors d’une chute, d’un accident de route ou durant une activité sportive, après une agression ;
– Un accident lors de la pratique de certaines techniques d’anesthésie comme la péridurale ;
– Une tumeur maligne ou bénigne pouvant exercer une pression sur la moelle épinière. Il peut s’agir de métastases de certains cancers ;
– Une infection au niveau des disques vertébraux. C’est le cas lors d’un mal de Pott causé par le bacille de Koch de la tuberculose ;
– Une inflammation telle qu’en cas de sclérose en plaques ;
– Une hernie discale entraînant une compression médullaire ;
– Un trouble de la circulation sanguine entraînant la formation d’un hématome au niveau de la moelle ;
– Une malformation congénitale se manifestant par des troubles au niveau de l’irrigation du liquide céphalo-rachidien.

Manifestations de la tétraplégie

tétraplégie
Manifestations de la tétraplégie : troubles de la motricité, perte de la sensibilité cutanée, …

Les messages nerveux transmis par la moelle épinière entre le cerveau et les membres sont à la fois moteurs et sensitifs. Suivant alors la lésion, le handicap peut s’accompagner de différentes atteintes :

– Troubles de la motricité conduisant à la diminution, au ralentissement ou à l’absence de contraction au niveau des muscles ;
– Diminution voire perte de la sensibilité cutanée. Souvent la survenue d’une blessure ou la formation d’escarres passent inaperçues ;
– Perturbations dans le fonctionnement des différents organes de l’abdomen. Il en résulte diverses complications telles qu’un trouble du transit intestinal ou une constipation en cas d’atteinte des intestins. Un dysfonctionnement vésico-sphynctérien est souvent observé au niveau de l’appareil urinaire, reconnu par une incontinence. Chez l’homme, il peut y avoir un trouble de l’érection ;
– Paralysie des muscles respiratoires pouvant aboutir à une insuffisance respiratoire ;

Par ailleurs, la sévérité de l’atteinte varie d’un cas à l’autre. Elle peut être :

– Réversible notamment lorsque la lésion au niveau de la moelle est partielle. Des possibilités d’amélioration avec une baisse de la perte d’autonomie, parfois une totale rémission sont retrouvées dans tel cas ;
– Définitive, quand la blessure à la moelle est totale. Une perte totale de la sensibilité et de la motricité est observée dans cette forme du handicap.

Dans tous les cas, une simple blessure médullaire, n’entraînant pas une totale section, peut suffire pour conduire à un arrêt de la transmission des flux nerveux au niveau de la moelle épinière. Ceci peut se produire même en l’absence d’une rupture de la colonne vertébrale.

Traitements de la tétraplégie

Certaines prises en charge sont souvent utilisées chez les sujets tétraplégiques.

– Fauteuil roulant :

Les fauteuils roulants sont quasiment indispensables pour aider les tétraplégiques à conserver une certaine autonomie. Les modèles électriques sont à cet effet les mieux adaptés du fait de la paralysie simultanée des 4 membres. Grâce aux innovations, les commandes des fauteuils sont de plus en plus faciles à manipuler. En outre, ils sont dotés de divers équipements pouvant aider le patient à garder une bonne posture et à éviter la formation d’escarre. (1)

– Techniques d’entraînement musculaire :

Diverses méthodes d’entraînement sont préconisées dans le but de renforcer les muscles ainsi que d’améliorer leur contrôle. Le but principal étant d’aider le patient à retrouver l’usage de ses jambes et de ses bras. Parmi ces techniques, il y a principalement la kinésithérapie, un traitement employant le mouvement pour rééduquer et rétablir la capacité fonctionnelle du corps dont celle des membres. (2)

– Électro-myostimulation :

L’électro-myostimulation ou stimulation électrique fonctionnelle est une technique aujourd’hui largement recourue pour stimuler les nerfs au niveau des muscles paralysés. Elle consiste à déclencher des contractions musculaires en employant des impulsions électriques (3). Elle est surtout efficace pour améliorer certains mouvements affaiblis des membres. En général, son utilisation est associée à celles des techniques d’entraînements physiques.

– Intervention neurochirurgicale :

Dans les cas de tétraplégies dues à une blessure ou à un traumatisme, une chirurgie est souvent nécessaire. Cette intervention permet, d’une part, de remédier aux éventuelles compressions et d’autre part de stabiliser les os. Dans ce dernier cas, l’usage d’appareil orthopédique peut être utile en fonction de la lésion.

Références

(1) Dossier : « Tétraplégie : Un Handicap Plus ou Moins Invalidant.» Sunrise Medical.
(2) Article L4321-1 du Code de Santé Publique : « Masseur Kinésithérapeute.»
(3) De Bisshop G., et al. « Neurostimulation Électrique Transcutanée Antalgique et Excite-motrice.» Masson, Paris, 1991.

error: Contenu protégé sous copyright