Démangeaisons

Présentation des démangeaisons

Démangeaisons
Démangeaisons : sensation de picotements au niveau de la peau

Les démangeaisons sont définies comme étant des sensations de picotement qui incitent à se gratter. Encore appelée prurit, la démangeaison cutanée peut être due à une lésion de la peau ou être le symptôme d’une maladie. Elle peut, pourtant, également être d’origine inconnue.

La libération d’histamine est, en général, à la base du prurit. Quant au grattage, il ne permettrait qu’un apaisement passager. Cette action stimulerait même la sécrétion de sérotonine ayant pour un de ses rôles d’activer les récepteurs responsables de l’envoi du stimulus de démangeaison au centre nerveux.

Causes des démangeaisons

Un prurit peut avoir diverses origines.

– peau sèche ;
– cicatrisation d’une blessure ;
– piqûre d’insectes, telles que les moustiques ;
– allergie ;
– perturbations du métabolisme ;
– ictère ;
– diabète ;
– affection dermatologique telle que psoriasis, eczéma, urticaire, lichen, dermatite atopique ;
– infection parasitaire telle que gale, pédiculose, phtiriase (pédiculose pubienne), varicelle, mycose ;
– hémopathie telle que la maladie de Vaquez caractérisée par un important accroissement du nombre de globules rouges ;
– pathologies hépatiques. Le prurit est causé par le dépôt des sels biliaires au niveau cutané ;
– syndrome d’Ekbom qui est un type de délire centré sur la conviction d’être envahi par des parasites ;
– certains cas de cancer ;
– maladies telles que sida, zona ;
– prurit dentaire chez l’enfant ;
– prurit sénile ;
– grossesse, le prurit est dû à l’étirement cutané chez la femme enceinte.

Manifestations des démangeaisons

Selon le cas, le prurit peut être accompagné de certains signes.

– inflammation ;
– rougeurs ;
– nodules ;
– papules rouges ;
– squames ;
– sillons scabieux dans le cas d’une gale ;
– boursouflures.

La sensation prurigineuse peut, par ailleurs, être localisée, telle qu’en cas de lésion cutanée, ou généralisée notamment s’il y a pathologie interne.

Traitements des démangeaisons

Divers remèdes naturels peuvent être employés pour traiter les démangeaisons. Leur utilisation doit, toutefois, tenir compte de la cause de ces dernières :

– selon quelques études, l’échinacée stimulerait la défense immunitaire de l’organisme et serait alors efficace pour lutter contre les mycoses (1);
– une étude menée sur les acariens responsables de la gale a conclu que le terpinène-4-ol, principe actif de l’huile essentielle de melaleuca alternifolia ou de tea tree, est efficace pour les tuer (2) ;
– d’après une observation scientifique, l’application de gel d’aloès vera sur des cas d’eczéma aurait donné des résultats satisfaisants (3);
– la prise de suppléments de vitamine E permettrait, selon une étude de dermatologie, d’apaiser les symptômes de l’eczéma (4);
– diverses recherches menées sur le psoriasis s’accordent sur les bienfaits de privilégier les fruits et légumes (5) et de réduire le gras animal (6) dans le régime alimentaire ;
– la prise de sélénium en plus aurait un effet protecteur contre le psoriasis (7). Ce minéral activerait la fonction d’un antioxydant essentiel de l’organisme, le glutathion peroxidase ;
– l’application d’huile essentielle de lavande diluée sur les piqûres d’insectes est, en outre, reconnue pour soulager le prurit (8).

Références

(1) Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1.
(2) Walton S.F., McKinnon M., Pizzutto S., Dougall A., Williams E., Currie B.J., « Acaricidal activity of Melaleuca alternifolia (tea tree) oil : in vitro sensitivity of sarcoptes scabiei var hominis to terpinen-4-ol.», Arch Dermatol, 2004 May ; 140(5):563-6.
(3) Vardy A.D., Cohen A.D., Tchetov T., « A double-blind, placebo-controlled trial of Aloe vera (A. barbadensis) emulsion in the treatment of seborrheic dermatitis.», J Derm Treatment 1999 ; 10(1):7-11.
(4) Tsoureli N. E, Hercogova J., et al., « Evaluation of dietary intake of vitamin E in the treatment of atopic dermatitis: a study of the clinical course and evaluation of the immunoglobulin E serum levels.», Int J Dermatol., 2002 Mar ; 41(3):146-50.
(5) Zamboni S., Zanetti G., Grosso G., Ambrosio G.B., Gozzetti S., Peserico A., « Dietary behaviour in psoriatic patients.», Acta Derm Venereol Suppl (Stockh). 1989;146:182-3.
(6) Naldi L., Parazzini F., Peli L., Chatenoud L., Cainelli T., « Dietary factors and the risk of psoriasis. Results of an Italian case-control study.», Br J Dermatol. 1996 Jan ; 134(1):101-6.
(7) Serwin A.B., Wasowicz W., Gromadzinska J., Chodynicka B., « Selenium status in psoriasis and its relations to the duration and severity of the disease.», Nutrition 2003 Apr ; 19(4):301-4.
(8) Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001, ISBN: 2-03-560252-1.

error: Contenu protégé sous copyright