Incontinence

Présentation de l’incontinence urinaire

Incontinence urinaire, incapacité à retenir ses besoins d'uriner
Incontinence urinaire, incapacité à retenir ses besoins d’uriner

L’incontinence urinaire peut être définie comme étant une incapacité à retenir ses urines normalement conduisant alors à une perte involontaire ou accidentelle de celles-ci. Elle peut s’expliquer soit par un dysfonctionnement au niveau des muscles du périnée ou des sphincters, soit par un trouble au niveau des neurones qui commandent le fonctionnement de ces muscles ou ceux de la vessie.

Il s’agit d’une anomalie qui affecte particulièrement les personnes âgées et les femmes. Elle est assez rare chez les hommes. Chez les enfants, la forme la plus fréquente est l’énurésie nocturne ou fuite urinaire involontaire durant la nuit (pipi au lit).

Causes de l’incontinence urinaire

Les causes pouvant être à l’origine de ce trouble sont diverses.

– Âge ;
– Obésité ;
Diabète ;
– Grossesse ;
– Hystérectomie ;
– Prostatectomie ;
– Hypertrophie de la prostate ;
– Relâchement des sphincters ou des muscles du périnée ;
– Séquelles d’un accouchement ou d’une chirurgie ;
– Infection urinaire ;
Constipation surtout s’il y a fécalome ;
– Prolapsus génital qui est une descente anormale voire sortie vers la vulve ou l’anus d’un ou de plusieurs organes du pelvis. Parmi ces organes, il y a la vessie, le vagin, l’utérus et le rectum ;
– Troubles neurologiques ;
– Trouble au niveau de l’hormone anti-diurétique censé ralentir la production d’urine durant la nuit en cas d’énurésie ;
– Immaturité des réflexes neuromuculaires qui commandent la vessie ;
– Stress, anxiété, peur ;
– Trouble psycho-émotionnel ;
– Anomalie congénitale ou héréditaire ;
– Abus de café et de thé ;
– Alcoolisme, tabagisme ;
– Maladies dont celle de Parkinson, d’Alzheimer, sclérose en plaques, atteinte de la moelle épinière ;
– Certains médicaments tels que les alphabloquants, relaxants musculaires, antidépreseurs ;
– Sports qui sollicitent les muscles abdominaux ;
– Port fréquent de charge lourde.

Manifestation de l’incontinence urinaire

Manifestations de l'incontinence urinaire : par impériosité, à l'effort, mixte, fonctionnelle ou totale
Manifestations de l’incontinence urinaire : par impériosité, à l’effort, mixte, fonctionnelle ou totale

Il existe diverses formes d’incontinence qui se manifestent de différentes façons.

– Incontinence par impériosité qui se caractérise par un besoin irrépressible d’uriner survenant brusquement ;
– Incontinence à l’effort qui se produit lors d’un effort tel que soulèvement d’une charge, rire, toux, éternuement ;
– Incontinence mixte qui est une combinaison des incontinences à l’effort et à l’urgence ;
– Incontinence par regorgement qui se manifeste par des fuites de petites quantités d’urine durant la journée et à de nombreuses reprises ;
– Incontinence fonctionnelle ;
– Énurésie nocturne qui se présente durant la nuit, pendant le sommeil notamment chez les enfants ;
– Incontinence totale ou permanente.

Si l’incontinence est due à une infection, elle peut s’accompagner d’inflammation et de douleurs à la miction, d’urine de couleur et d’odeur différentes, de besoins fréquents d’uriner.

Traitements de l’incontinence urinaire

Certains traitements se sont avérés efficaces pour prendre en charge des cas d’incontinence urinaire.

Éviter tous les facteurs pouvant en être la cause est plus que conseillé (perte de poids en cas d’obésité ; arrêt de la prise d’alcool, tabac, café ou thé ; traitement de la constipation en cause ; éviter les lourdes charges) ;
– Certains scientifiques reconnaissent les bienfaits des graines de citrouille en cas d’incontinence par impériosité. Ceci s’explique notamment par leur haute teneur en zinc, en acide gras insaturés et en phytostérols. Les propriétés diurétiques de ces graines permettent également d’apaiser les troubles associés à une hypertrophie de la prostate (1) ;
– Des méta-analyses ont conclu sur l’efficacité des baies de palmier nain pour apaiser les symptômes d’une hypertrophie bénigne de la prostate et améliorer les troubles à la miction dont l’incontinence par regorgement qui en sont associés (2) ;
– Quelques essais cliniques ont montré que la quercétine associée à de la bromélaïne a un effet anti-inflammatoire pouvant être utilisé en cas d’infection urinaire (3).

Références

(1) Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed)., « Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
(2) Gordon AE, Shaughnessy AF., « Saw palmetto for prostate disorders.», Am Fam Physician, 2003 Mar 15;67(6):1281-3. Review.
(3) Tarayre JP, Lauressergues H., « Advantages of a combination of proteolytic enzymes, flavonoids and ascorbic acid in comparison with non-steroid anti-inflammatory agents.», Arzneimittelforschung, 1977;27(6):1144-9.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright