Douleur articulaire

Présentation de la douleur articulaire

Arthralgie est la terminologie médicale qui désigne une douleur articulaire, quel qu’en soit le type. Elle peut concerner tout le monde et ce, indépendamment de l’âge ou du sexe, même si l’âge figure parmi les principaux facteurs de risque.

Douleur articulaire : cas d'un polyathrite où de nombreuses articulations en sont touchées
Douleur articulaire : cas d’un polyathrite où de nombreuses articulations en sont touchées

S’il y a atteinte simultanée ou successive de plusieurs articulations, on parle de polyarthrite.

Une douleur à l’articulation peut être secondaire à un traumatisme, à une inflammation ; ou être d’origine mécanique ou pathologique. Elle peut, également, être due dans certains cas à une infection ou à une intoxication.

Causes d’une douleur articulaire

Une articulation douloureuse peut avoir diverses causes:

– traumatisme tel que luxation (déboîtement), entorse (foulure) ;
– arthrose qui se caractérise par une usure du cartilage articulaire, commençant par une petite fissure jusqu’à sa disparition, laissant l’os à nu. Cette arthropathie a pour principaux facteurs de risque le surpoids, l’âge, la ménopause. Elle peut également être un caractère héréditaire ;
arthrite qui est une inflammation des articulations. Il s’agit d’un symptôme caractéristique à certaines arthropathies, pouvant être chronique ou aigu selon le cas ;
– synovite, une inflammation des enveloppes articulaires ;
– bursite ou hygroma, inflammation d’une ou de plusieurs bourses séreuses due entre autres à des chocs répétés, à des cas de goutte, à certaines infections bactériennes telles qu’en cas de la maladie de Lyme ;
– maladie de Lyme, infection bactérienne de type borréliose transmise par des tiques ;
– chikungunya, pathologie infectieuse d’origine virale qui se manifeste par des douleurs vives et des raideurs au niveau des articulations ;
– intoxication due à certains métaux dont le cadmium, les sels d’aluminium, le plomb.

Manifestations d’une douleur articulaire

Manifestations de la douleur articulaire : gonflement, rougeur, raideur, déformation, etc.
Manifestations de la douleur articulaire : gonflement, rougeur, raideur, déformation, etc.

Suivant la cause, une douleur à l’articulation se présentera de différentes façons. D’autres signes peuvent lui être associés :

– douleur mécanique, lors d’un mouvement articulaire et majorée à l’effort ;
– douleur pouvant s’atténuer ou non après un échauffement ;
– raideur ;
– dégradation de la mobilité voire blocage ;
– douleur inflammatoire au matin ;
– inflammation des tendons ;
– brûlure aux environs de l’articulation ;
– courbatures ;
– rougeurs ;
– déformation ;
– hématomes en cas d’entorse ;
– gonflement à l’endroit de l’articulation ;
– en cas d’arthrite de Lyme, fatigue, dysfonctionnements cognitifs, douleurs musculaires et articulaires diffuses ; dans certains cas, insuffisance cardiaque, difficulté respiratoire et trouble de la vue peuvent survenir.

Traitements d’une douleur articulaire

Une articulation douloureuse se traite en fonction de sa cause.

– en cas d’arthrose, certaines études soulignent l’importance chez les sujets obèses de perdre du poids. Ce qui permettra non seulement de ralentir la progression de la maladie mais également d’apaiser les douleurs (1)
– d’après une étude, la prise de vitamine C pendant deux mois permettrait de baisser l’uricémie et donc de prévenir d’une éventuelle goutte (2) ;
– selon diverses études, des applications locales à base de capsaïcine, l’élément actif du cayenne, auraient des effets anti-douleurs en cas d’atteinte articulaire (3) ;
– un bon nombre d’essais cliniques ont montré que les racines de griffe de diable ou d’harpagophytum procumbens peuvent réduire les difficultés de mobilité liées à une arthropathie (4) ;
– pour ce qui sont des raideurs matinales, certaines observations s’accordent sur l’efficacité d’apports supplémentaires en oméga 3 (5) ;
– la prise de vitamines A, C, D et E a été, par ailleurs, prouvée par une étude comme étant bénéfique en cas d’arthralgie notamment due à une arthrose (6).
– La bromélaïne, en tant qu’anti-inflammatoire naturel puissant, peut également être conseillé

Références

(1) Lecerf J.M, « Relations surpoids, obésité et arthrose: importance de la perte de poids.», Revue du rhumatisme, 73, 2006.
(2) Choi H.K., Gao X., Curhan G., « Vitamin C intake and the risk of gout in men, a prospective study », Arch Intern Med. 2009 ;169:502-7.
(3) Zhang W., Moskowitz R.W., Nuki G. et al., « OARSI recommendations for the management of hip and knee osteoarthritis, Part II: OARSI evidence-based, expert consensus guidelines.», Osteoarthritis Cartilage., 2008 Feb ;16(2):137-62.
(4) Chantre P., Cappelaere A. et al., « Efficacy and tolerance of Harpagophytum procumbens versus diacerhein in treatment of osteoarthritis.», Phytomedicine. 2000 Jun;7(3):177-83.
(5) Cleland L.G., James M.J., Proudman S.M., « The role of fish oils in the treatment of rheumatoid arthritis.», Drugs. 2003 ; 63(9):845-53.
(6) Pillon, F., Allaert, F. A., « Arthrose, le rôle des compléments alimentaires dans la prévention et la diminution de la douleur.», Actualités pharmaceutiques, 52(526), 41-43, 2013.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright