Pica

Présentation du pica

Pica, trouble alimentaire caractérisé par une envie de manger des substances non comestibles
Pica, trouble alimentaire caractérisé par une envie de manger des substances non comestibles

Le pica désigne un comportement alimentaire anormal qui se caractérise par une envie compulsive et chronique d’ingérer des substances qui ne sont pas comestibles. Celles-ci peuvent inclure toutes sortes d’objets tels que craie, terre, papier, bois, cendre de cigarettes, charbon, voire du métal, de la pierre et même des matières fécales.

Bien que pouvant être bénin dans certains cas, ce trouble psychologique est en général dangereux et peut même engendrer diverses complications sur la santé du sujet. Parmi celles-ci, il y a entre autres des risques d’intoxications, d’infections, des problèmes gastriques, des lésions dentaires, une perforation ou occlusion au niveau du tube digestif. Pour ce qui est, en outre, de sa prévalence, il a été observé que ce sont particulièrement les femmes durant leurs grossesses ainsi que les enfants qui en sont les plus concernés.

Causes du pica

Certains facteurs sont connus comme pouvant être à l’origine de ce trouble de la conduite alimentaire.

– Carence nutritionnelle. Il semble qu’une carence en certains minéraux dont le fer et le zinc soit la cause principale qui pousse une personne à ingérer de l’argile ;
– En cas de malnutrition ;
– Troubles cognitifs tels qu’en cas de retard du développement mental, de déficience intellectuelle, d’autisme ;
– En cas de maladies psychiatriques telles que la schizophrénie ;
– États dépressifs ;
– Suite à un traumatisme crânien, un choc, une lésion ;
– Chez des sujets épileptiques ;
– Chez des enfants dont la surveillance est négligée ;
– Chez les femmes enceintes ;
– Certaines cultures ;
– Certaines médications.

Manifestations du pica

Manifestations du pica : géophagie, coprophagie, urophagie, coniophagie, acuphagie, ...
Manifestations du pica : géophagie, coprophagie, urophagie, coniophagie, acuphagie, …

Différents types de pica sont à distinguer suivant la substance ingérée. Parmi les plus fréquemment rencontrés, il y a entre autres :

– Géophagie lorsque le sujet présente une envie compulsive de manger de la terre, craie, sable, argile, brique ;
– Coprophagie, envie anormale d’ingérer de la matière fécale ;
– Urophagie, ingestion d’urine ;
– Cautopyreiophagie, ingestion d’allumette allumée, de cendre, de la suie ;
– Coniophagie, ingestion de poussière ;
– Acuphagie, ingestion d’objet tranchant ;
– Hyalophagie, ingestion de débris de verre ;
– Émétophagie, envie anormale de manger de la vomi ;
– Pagophagie, ingestion de substance gelée, glacée ;
– Hématophagie, envie d’ingérer du sang ;
– Plumbophagie, ingestion de plomb telle que par la consommation des débris de peinture contenant de la céruse ;

À part la consommation de substances non comestibles, un sujet manifestant le désir compulsif de manger une quantité exagérée d’un seul aliment est également considéré comme présentant ce trouble.

Cette pathologie peut, par ailleurs, conduire à l’apparition d’un certains nombres de symptômes et de maladies qui vont varier en fonction des éléments ingérés.

Maux de ventre ;
– Vomissements ;
Constipation ;
– Occlusion intestinale ;
– Abrasion des dents ;
– Infections ;
– Parasitoses ;
– Perforation d’une partie du tube digestif due à la consommation d’objet tranchant ou pointu ;
– Risque de saturnisme en cas de plumbophagie ;
– Retard de croissance ;
Anémie ;
– Carence alimentaire.

Traitements du pica

Pour prendre en charge cette pathologie de la conduite alimentaire, certains traitements sont souvent préconisés.

– Chez certains sujets, il a été observé que ce trouble finit par disparaître avec le temps sans qu’il ne soit nécessaire d’entreprendre un quelconque traitement. C’est notamment le cas chez les femmes enceintes et certains enfants ;
– Des études avancent que la prise en charge de cette pathologie relève de la psychothérapie, notamment chez les personnes souffrant de déficience intellectuelle (1) ;
Dans des cas où le trouble est dû à une carence en certains minéraux, il est conseillé de combler celle-ci soit par la prise de compléments alimentaires soit en privilégiant les meilleures sources de ces minéraux. En cas de carence en fer, entre autres, il est recommandé de manger davantage de fruits secs, de graines, des légumineuses (2). Par ailleurs, parmi les plus grandes sources de zinc, il y a par exemple les germes de blé, graines de sésames et les légumineuses (3).

Références

(1) Hagopian LP, et al., « Identifying Empirically Supported Treatments for Pica in Individuals with Intellectual Disabilities », Res dev disabil , Vol 32, N 6, 2011.
(2) Santé Canada, Valeur Nutritive de Quelques Aliments Usuels, 1999.
(3) Santé Canada, Fichier Canadien sur les Éléments Nutritifs, 2001.

error: Contenu protégé sous copyright