Miel de thym

Pot miel thym

Le vrai miel de thym est un miel monospécifique, autrement dit fabriqué uniquement à partir du suc des fleurs de thym butinées par les abeilles. Qu’il soit cultivé ou sauvage, le thym présente, cependant, une période de floraison très courte car ses petites fleurs délicates sont très sensibles aux différents agresseurs externes. La pluie, le vent, les températures extrêmes, la sècheresse ; tout cela nuit à leur épanouissement et réduit par conséquent la quantité de pollens indispensables pour la fabrication de miel. La production est donc aléatoire, parfois inexistante ou bonne selon les conditions climatiques. Voilà pourquoi le miel de thym est rare, et souvent cher. Malgré son prix exorbitant, cette variété de miel est très appréciée en cuisine française, pour adoucir la saveur des infusions autrefois et rehausser le goût des crêpes et des toasts de nos jours. C’est aussi une médication naturelle, vieille comme le monde ; dont les propriétés médicales sont approuvées par les scientifiques.

Présentation du miel de thym

Obtenu à partir d’une plante aux multiples chémotypes

Cette variété de miel est obtenue à partir des fleurs de thym commun, appelé communément farigoule, thym des jardins, ou tout simplement thym en art culinaire. En jargon scientifique, ce petit arbrisseau répond au nom de Thymus vulgaris L..

Côté caractéristique physique, cette plante vivace de la lignée des Lamiacées présente une hauteur variable allant de 7 à 30 cm. Elle est facile à identifier grâce à ses petites feuilles ovales portées par des tiges ligneuses, réunies en une touffe très dense. L’arbrisseau, dans son ensemble, a un aspect vert-grisâtre et dégage une odeur forte, appréciée surtout en cuisine créole. Pendant la période de floraison, des petites fleurs de couleurs roses pâles à blanches, viennent se poser à l’aisselle des feuilles supérieures, où elles forment des épis.

Le thym a cet avantage unique de posséder plusieurs chémotypes ou chimiotypes, ou encore « race chimique » dans des termes plus clairs, qui lui confèrent une large panoplie de propriétés médicinales. Ces chémotypes se diffèrent les uns des autres en fonction de l’importance des principes actifs qu’ils renferment, influencés notamment par les conditions climatiques et environnementales dans lesquelles se développe la plante. Les chimiotypes les plus fréquemment rencontrés sont ceux à thymol, linalol, carvacrol, thuyanol, paracymène et géranyol.

Particularités de ce miel

Le miel de thym est obtenu à partir du miellat secrété par les fleurs de thym
Le miel de thym est obtenu à partir du miellat secrété par les fleurs de thym

La production de miel de thym s’effectue au cours de la floraison printanière au mois de mai. Bien que la période de floraison soit courte, les fleurs de cet arbrisseau offrent quand même un important miellat sombre et odorant aux abeilles, mais très peu de pollens toutefois. C’est ce nectar qui permet surtout à ses insectes de fabriquer ce miel à la texture épaisse et à la saveur suave et persistante, légèrement acidulée. Le miel de thym, lorsqu’il est pur et non mélangé à d’autres miels, arbore une robe sombre jaune orangée, tirée vers le brun. Son arôme fruité est particulièrement puissant. (1)

Une toute autre caractéristique distinctive de ce miel est son pH acide et sa composition enrichie en bore et en cuivre. D’ailleurs, c’est le miel le plus acide qui soit Ceci s’explique notamment par l’endroit où nichent et croissent les thyms, dans les régions montagneuses au sud de l’Europe et au nord de l’Afrique. Un climat de type méditérranéen et un sol calcaire dominent cette partie du globe.

C’est un miel particulièrement fragile pouvant facilement perdre toutes ses qualités médicales lorsqu’il est déposé dans un endroit trop froid, humide ou trop chaud. Sa conservation se fait dans un lieu sec et aéré, à une température ambiante avoisinant les 20°C. Cette substance a, en effet, tendance à se cristalliser, formant ainsi des grumeaux qui changent complètement sa texture et sa couleur.

Ses principaux principes actifs

Les principaux composants actifs du miel de thym varient en fonction du chémotype butiné par les abeilles. Voici donc une liste non exhaustive des molécules actives présentes dans ce miel avec leurs propriétés médicales :

Thymol : Ce principe actif est présent dans la plupart des chémotypes et c’est d’ailleurs le premier responsable des propriétés médicales de ce miel. Sa teneur est plus élevée lorsque le miel est issu d’un chémotype thymol, une variété chimique de thym qui croit dans les sols arides. Ce monoterpène est connu pour ses actions antibactériennes, antifongiques, antiseptiques et régénératrices de l’épiderme (2). Une expérience scientifique a demontré la capacité des produits naturels enrichis en thymol à soigner les infections de la bouche dues à des caries dentaires et les gingivites (3)

Le miel de thym peut être plus foncé ou clair selon le chémotype butiné par les abeilles
Le miel de thym peut être plus foncé ou clair selon le chémotype butiné par les abeilles

Linalol ou linalool : Cette molécule chimique est surtout visible dans les miels issus d’un chémotype linalol, qui se développe dans les zones de moyenne altitude, où le climat est particulièrement humide. Cet alcool terpénique revêt une propriété antiseptique. C’est la raison pour laquelle il entre dans la fabrication de produits d’hygiène, tels que les savons, les shampoings et les lotions.
Géraniol : Certaines variétés de miel de thym peuvent contenir aussi du géraniol, notamment celles fabriquées à partir d’un chémotype géraniol ; mais toutefois à une quantité infime. Ce thym n’est visible qu’en haute altitude, où le climat est très rude. Cet alcool monterpénique dégage une forte odeur qui attire les abeilles et leur permet d’identifier les plantes nectarifères à l’instar du thym. Le géraniol agit comme un sédatif, antibactérien, antiparasite, antifongique et immunomodulant.
Thuyanol : Cette molécule n’est présent que dans les miels en provenance d’un chémotype thuyanol. Cette variété chimique de thym est peu abondante, une intermédiaire entre les chémotypes à géraniol et linalol. Ce principe actif possède des pouvoirs purifiants et stimulants.
Carvacrol ou cymophénol : Ce phénol monoterpénoïde se trouve à une quantité plus élevée dans le miel, lorsqu’il est obtenu à partir d’une miellée de chémotype carvacrol. Ce type de thym affectionne les parties du globe où les conditions atmosphériques sont extrêmes, très haute température et sècheresse importante. Des expériences scientifiques ont mis en évidence l’action de ce composé chimique sur des souches de bactéries, à l’instar des Bacillus cereus, Pseudomonas aeruginosa et Escherichia coli en endommageant leurs membranes cellulaires tout en bloquant leur prolifération. (4)
Paracymène ou P-cymène : Ce composant organique aromatique se pose comme un élément précurseur de la synthèse de thymol et de carvacrol. Il est connu pour son effet antalgique
Des vitamines A, C, D et K, qui entrent dans diverses réactions métaboliques de l’organisme.
D’autres polyphénols et antioxydants, qui sont des excellents protecteurs des cellules contre les effets néfastes des radicaux libres, entre autres le stress oxydatif.

Propriétés médicales du miel de thym

Un puissant cicatrisant

La plupart des variétés de miel possèdent une action cicatrisante et sont utilisées depuis des siècles pour panser les plaies et blessures afin d’accélerer leur guérison. Leurs effets cicatrisants ne sont pas, cependant, tous les mêmes.

Le miel de thym accélère la guérison et la cicatrisation des plaies
Le miel de thym accélère la guérison et la cicatrisation des plaies

Dans cette étude expérimentale qui date de 2015, des chercheurs de l’Université de Sciences médicales de Tehran en Iran ont essayé de voir le niveau d’efficacité du miel de thym. Cette substance naturelle a été utilisée en pansement sur des plaies d’une dimension de 2,25 cm² (1,5*1,5) réalisées aux cous d’un groupe de rats mâles adultes âgés de 3-4 mois. L’échantillon testé comprenait 54 individus divisés en 2 groupes, dont le premier n’a reçu aucun traitement pour servir de témoin, le second divisé en 3 sous-groupes recevant un soin à base de miel de thym pendant 4, 7 et 14 jours.

Des évaluations macroscopiques et microscopiques ont été menées au cours de l’expérience pour mieux suivre l’évolution de la cicatrisation. Il a été donc remarqué que le pansement au miel a favorisé la guérison des plaies, en accélérant la restructuration des tissus. (5)

Remède contre la rhinosinusite

Les effets du miel de thym ont été aussi évalués dans le traitement de la rhinosinusite, une maladie très courante qui se traduit par l’inflammation chronique d’un ou de plusieurs sinus. Dans cette étude randomisée en double aveugle avec contrôle placebo, 64 patients souffrant de cette maladie, dont certains ont déjà subi une opération chirurgicale des sinus, ont reçu comme traitement, soit du spray nasal au miel de thym, soit un placebo. Ceux qui sont passés par la case chirurgie ont été suivi de près par rapport au reste du groupe. Des contrôles particuliers ont été réalisés 7, 30 et 60 jours après le premier jour de traitement.

Résultats de l’expérience, aucune amélioration particulières des sinus et de leur état inflammatoire n’a été constaté chez le groupe placebo. Les groupes ayant reçu le spray au miel par contre, que ce soit ceux qui ont été opérés ou ceux qui ne l’ont pas été, ont vu leur état de santé s’améliorer. L’importance des effets indésirables liés à l’utilisation du spray et du placebo pendant le traitement n’était pas très différente entre les individus testés. Les patients traités au miel ont été, toutefois, moins sujets aux synéchies – c’est à dire écoulement de sang par les narines – et à l’épistaxis ou l’adhérence cicatricielle des parties ulcérées. Les scientifiques ont conclu que cette variété de miel peut être employée comme remède supplémentaire au traitement classique de la rhinosinusite. (6)

Effet antioxydant

Le miel de thym figure parmi les 10 miels les plus riches en antioxydants
Le miel de thym figure parmi les 10 miels les plus riches en antioxydants

Des publications scientifiques ont aussi souligné que le miel de thym figure parmi les miels qui revêtent d’importantes propriétés antioxydantes. Au cours de cet essai clinique, par exemple, sa concentration en antioxydants, polyphénols et flavonoïdes a été comparé avec celles d’autres miels. Il figure dans la liste des 10 premiers miels les plus riches en antioxydants, aux côtés des miels d’aronia, d’aubépine, de framboise qui eux aussi arborent une couleur très foncée.

D’après la même revue scientifique, ces substances actives sont essentielles dans la lutte contre les molécules instables et les radicaux libres générés par les différents facteurs externes et internes tels que pesticides, la pollution de l’air, la fumée de cigarette, le rayonnement UV du soleil, le métabolisme et les infections. Ces molécules sont à l’origine des maladies dégénératives de notre époque et de l’accélération du processus de vieillissement de nos cellules. (7)

Anti-allergène appréciable

Pendant longtemps, nombreux sont ceux qui utilisent le miel comme remède contre les allergies. Ils en consomment tous les jours avant le printemps, pour se prémunir des réactions allergiques au pollen lorsque cette saison arrive, en habituant l’organisme à l’exposition au pollen en quelque sorte. Des scientifiques ont prouvé, cependant, au cours de leurs études que c’est l’exposition fréquente au pollen – un puissant allergène – qui rend certains individus plus sensibles à l’arrivée du printemps. Ils ont donc essayé de mettre en évidence si les miels, y compris le miel de thym, sont réellement des anti-allergènes.

Les expériences menées sur cette variété de miel ont permet d’identifier un antioxydant puissant à effet anti-allergénique, qui n’est autre que la quercétine. Certains miels en contient également mais à des teneurs plus faibles. La quercétine à teneur élevée dans le miel de thym est connue pour sa capacité à réduire les réactions allergiques en stabilisant les membranes cellulaires des basophiles et des mastocytes, afin de les empêcher de libérer de l’histamine contenue dans leurs cytoplasmes. Ce miel peut donc aider à réduire les réactions allergiques, à condition toutefois de bien filtrer les pollens ou autres substances allergènes qui peuvent l’infecter. (8)

Autres propriétés médicales

À part tous ces bienfaits susmentionnés, le miel de thym pourrait aussi servir dans le traitement des cancers, selon certains scientifiques. Les études cliniques à ce sujet manquent encore, mais des résultats notables ont été toutefois remarqués lors de quelques expériences. L’utilisation de ce produit naturel sur des cellules cancéreuses de l’endomètre – cellules d’Ishikawa – et celles de la prostate – PC-3 cellules –, a permis de bloquer leur prolifération. Ceci s’explique notamment par la présence d’antioxydants puissants dans sa composition. Certains chercheurs ont conclu que ce miel est une excellente alternative au sucre de table, qui est l’un des facteurs qui favorisent le développement des cellules cancéreuses. (9)

Bien choisir son miel de thym

Le miel de thym peut avoir une couleur légèrement plus claire ou plus foncée, avec des reflets jaunes, oranges ou brunes foncées, en fonction de la variété chimique prédominante. Il faut savoir que plus ce miel est foncé, plus sa teneur en antioxydants est donc élevée. Mieux vaut donc orienter ses choix vers les variantes plus sombres, telles que le miel de thym grec par exemple qui est issu du thym sauvage.

Comme il a été dit ce miel a tendance à se cristalliser et peut aussi perdre facilement ses bienfaits médicaux, donc il faut choisir les miels qui ont été déposés dans des endroits secs à température ambiante.

Miel de thym : Posologie

Une cuillérée à soupe de miel à diluer dans de l'eau suffit pour chaque prise
Une cuillérée à soupe de miel à diluer dans de l’eau suffit pour chaque prise

Pour profiter de toutes ces vertus, la meilleure façon de consommer du miel de thym est de le prendre en dehors des repas. Une cuillérée à soupe à diluer dans un peu d’eau chaude suffit à chaque prise. Il n’y a pas de dosage particulier à respecter, mais il ne faut pas en abuser tout de même.

Quelques précautions sont toutefois à prendre lors d’un usage local. Il ne faut pas garder longtemps le miel sur la peau, pas plus de 20 mn, pour ne pas l’irriter, notamment en cas de blessures, plaies, d’acnés, de rougeurs ou autres problèmes cutanés.

Références

(1) Ouvrage collectif : « Le traité Rustica de l’apiculture ». Edition Rustica, septembre 2002.
(2) Zarrini G and al. « Post antibacterial effect of thymol ». Parmaceutical Biology 2010, 48(6):633-636.
(3) Tilford Gregory L. « Edible and medicinal plants of the West ». Mountain Press Publishing.
(4) Cristani M and al. « Interaction of four monoterpenes with model membranes: Implications for their antibacterial activity ». J.Agric. Food Chem, vol 55, n°15, 2007 p 6300-6308.
(5) Takzaree N, and al. « Evaluation of the effects of local application of Thyme Honey in open cutaneous wound healing. » Iran J Public Health. 2017.
(6) Hashemian F and al. « The effect of thyme honey nasal spray on chronic rhinosinusitis: A double-blind randomized controlled clinical trial. Eur Arch Otorhinolaryngol, 2015.
(7) Robert Socha and al. « Antioxydant activity and phenolic composition of herbhoneys ». Food Chemistry 113(2), p:568-574.
(8) Paula Andrade and al. « Determination of phenolic compounds in honeys with different floral origin by capillary zone electrophoresis ». Food Chemistry 60(1), p:79-84.
(9) Anna V Tsiparaa and al. « Bioactivity of Greek honey extracts on breast cancer, prostate cancer and endometrial cancer: Profil analysis of extracts ». Food Chemistry, 116(3), p:702-708.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright