Dépression

Présentation de la dépression

La dépression est une maladie mentale associant des symptômes somatiques et psychiques. Elle se caractérise notamment par un trouble de l’humeur, dont une profonde tristesse accompagnée d’une perte d’estime de soi et du goût à la vie.

Dépression
Dépression : trouble de l’humeur accompagné de tristesse et perte d’estime de soi

Tout dérèglement d’humeur ne peut, cependant, être qualifié d’état dépressif que seulement s’il dure plus de 2 semaines et ne devienne un handicap pour la personne. Ce syndrome peut dès lors se répercuter sur le travail, l’alimentation, le sommeil voire sur la santé du déprimé. Dans des cas plus graves, il peut conduire à une auto-négligence et au suicide.

Le syndrome dépressif peut être sous-catégorisé selon sa sévérité, sa durée, et la présence ou non d’un facteur déclenchant :

– psychotique ou névrotique suivant que la maladie soit sévère ou non ;
– saisonnier ou récurrent selon que la survenue d’épisodes de dépression soit prévisible (comme à chaque hiver) ou non ;
– psychogène ou endogène si le trouble est dû à des facteurs psychologiques ou biologiques ;
– autonome, tel que dans la plupart des cas de mélancolie ou à l’inverse, en réaction à des facteurs déclenchants.

Causes de la dépression

Les facteurs pouvant engendrer une dépression sont divers et peuvent agir de concert.

– alcool et drogue ;
– variation du taux d’œstrogène chez la femme ;
– hypogonadisme chez l’homme ;
– trouble endocrinien notamment une trop importante quantité de corticolibérine produite par l’hypothalamus ;
– cancer ;
– sida ;
– maladie de Parkinson ;
-maladies cardiovasculaires ;
– sclérose en plaques ;
– épilepsie ;
– maltraitance ;
– préjudice ;
– négligence et rejet social ;
– isolement social ;
– stress ;
– anxiété ;
– hyper-émotivité ;
– capacité de résilience ;
– traumatisme ;
– pessimisme ;
– sentiment d’incapacité et d’impuissance ;
– sentiment de vulnérabilité face aux aléas de la vie ;
– expérience d’échecs ou de perte d’un proche ;
– sous-estimation de soi ;
– introversion ;
– personnalité fragile ;
– obésité ;
– diabète ;
– mauvaise habitude alimentaire (fast-food fréquent, produits sucrés, viande transformée).

Manifestations de la dépression

L’état dépressif peut se manifester de différentes manières :

– tristesse profonde ;
– sentiment de culpabilité ;
– sentiment d’inutilité et d’incapacité ;
– désespoir ;
– regret ;
– perte de goût et d’intérêt dans toutes les activités ;
– dysfonctionnement cognitif dont une difficulté à mémoriser et à se concentrer ;
– déficit de l’attention ;
– insomnie ou hypersomnie ;
diminution de l’appétit et amaigrissement ou à l’inverse, augmentation de l’appétit et prise de poids importante ;
– baisse de la libido ;
– psychoses dont des délires ;
– automutilation ;
– suicide ;
– irritabilité et agressivité chez l’enfant ;
– ralentissement des mouvements chez les personnes âgées.

Traitements de la dépression

Outre le recours aux antidépresseurs, le traitement du syndrome dépressif peut se faire par des moyens naturels.

– De nombreux scientifiques s’accordent sur les bienfaits de la pratique régulière d’activités physiques en cas de troubles psychosomatiques (1);
– Un supplément en vitamine D tel que par une exposition au soleil améliorerait le niveau des neurotransmetteurs du cerveau, dont la déficience est parfois classée comme causes chimiques de la dépression (2) ;
– Selon quelques étude, la consommation d’aliments fermentés peut être bénéfique pour la santé mentale (3);
– Divers essais cliniques s’accordent sur le fait qu’un régime alimentaire privilégiant fruits et légumes aurait un effet protecteur contre le syndrome dépressif (4) ;
– la pratique de jeûne régulier protègerait des troubles mentaux et réduirait les symptômes associés (5).

Références

(1) Carek P.J., Laibstain S.E., Carek S.M., « Exercise for the treatment of depression and anxiety.», 2011, Int J Psychiatry Med 41: 15–28.
(2) Lewy A.J, Bauer V.K, Cutler N.L, et al., « Morning vs evening light treatment of patients with winter depression.», Arch Gen Psychiatry.1998 ; 55:890–6.
(3) Dash S., Clarke G., Berk M., Jacka F.N., « The gut microbiome and diet in psychiatry: focus on depression.», Curr Opin Psychiatry. 2015 Jan ; 28(1) : 1-6. doi : 10.1097/YCO.0000000000000117.
(4) Rienks J., Dobson A.J., Mishra G.D., « Mediterranean dietary pattern and prevalence and incidence of depressive symptoms in mid-aged women : results from a large community-based prospective study.», Eur J Clin Nutr, 2013 Jan ; 67(1):75-82. doi: 10.1038/ejcn.2012.193.
(5) Macgregor A, Leboyer M, Michalsen A., « Fasting in mood disorders: neurobiology and effectiveness. A review of the literature.», Psychiatry Res., 2013 Oct 30 ; 209(3):253-8. doi: 10.1016/j. psychres.2012.12.018.