Diphtérie

Présentation de la diphtérie

diphtérie
La diphtérie est une maladie infectieuse causée par des bactéries Corynebacterium

La diphtérie est une maladie infectieuse, liée à la présence de bactéries du genre Corynebacterium qui peuvent sécréter une toxine à l’origine des différents symptômes. Extrêmement contagieuse, sa forme la plus connue est une atteinte des voies aériennes supérieures qui se manifeste par l’apparition dans la gorge de pseudo-membranes de couleur blanche nacrée. En l’absence de prise en charge précoce et efficace, il peut y avoir diverses complications dont une asphyxie, des paralysies ou encore un trouble du rythme cardiaque évoluant rapidement au décès.

Avant le développement du vaccin efficace contre la toxine diphtérique, la mortalité s’élevait à plus de la moitié des cas d’infection recensés. Celui-ci ne semble cependant efficace que contre la toxine et non contre la bactérie elle-même qui peut également provoquer des formes de la maladie mais beaucoup moins graves.

Aujourd’hui avec l’extension de la couverture vaccinale, le nombre de cas annuel au niveau mondial a considérablement régressé de 100.000 vers la fin des années 80 à moins de 5.000 en 2015. Les pays du tiers monde dont l’Inde et l’Afrique subsaharienne restent toutefois les plus concernés.

Causes de la diphtérie

Les agents pathogènes des formes de diphtéries sont des bactéries de la famille des Corynebacterium dont les plus fréquentes sont des C. diphteriae. Se transmettant d’une personne infectée à une autre, ces dernières se propagent principalement par voie aérienne et plus rarement à travers d’une ouverture sur la peau.

Certains facteurs peuvent dès lors être à l’origine d’une contamination :

– Inhalation des particules de salives projetées lors des toux ou des éternuements d’un sujet infecté ;
– Cohabitation avec un porteur asymptomatique ou non ;
– Ingestion d’aliments préalablement souillés par les sécrétions d’une personne infectée ou un malade ;
– Contact d’une lésion de la peau telle qu’une blessure ou une coupure avec un objet souillé. Les bactéries parviennent alors à s’infiltrer et conduire à une forme cutanée de l’affection ;
– Frottement des yeux ou des oreilles avec des doigts ou autres objets contaminés ;
– Infection indirecte secondaire à la manipulation d’objets contaminés. Le bacille peut, en effet survivre des mois en milieu extérieur dans la sècheresse et à une faible température. Ce qui explique, par ailleurs, pourquoi cette pathologie est très fréquente durant l’hiver. Ce mode de transmission reste toutefois rare.

À part le C. diphteriae, les C. ulcerans et pseudotuberculosis sont également recensés comme des causes de cette pathologie provenant des animaux d’élevage et de compagnie. Ces derniers sont, cependant, le plus souvent asymptomatiques. Le risque transmission de ces autres espèces de bactéries d’une personne infectée à une autre semble, par ailleurs, quasiment nul.

Parmi les principales causes de l’infection, il y a notamment :

– Consommation ou usage de lait cru dans les plats ;
– Ingestion d’aliment consommé cru et mal lavé alors qu’il y a eu contact avec du lait infecté ;
– Contamination des objets ou des aliments par des animaux malades ;
– Utilisation de mains ou d’objets sales pour toucher les yeux, les oreilles, le nez ou encore les plaies.

Symptômes de la diphtérie

diphtérie
Symptômes de la diphtérie : irritation dans la gorge, fièvre, adénopathie, pseudo membrane blanchâtre sur les amygdales

L’angine diphtérique peut être reconnue par certains symptômes :

– Sensation d’irritation et présence de rougeur dans le pharynx survenant dans les 5 jours tout au plus qui suivent le contact avec la bactérie ;
Fièvre dépassant légèrement les 38°C associée à des céphalées ;
– Adénopathie cervicale et sous maxillaire accompagnée d’un important gonflement du cou ;
– Formation de pseudo-membranes blanchâtres au niveau des amygdales qui se caractérisent principalement par leur propriété envahissante et très adhérente et peuvent, à une phase avancée, rendre la déglutition et la respiration difficile. Le même symptôme se manifeste en cas d’atteinte d’autres parties du corps dont le nez ou les oreilles ;
– Présence d’ulcérations dans la gorge dans certains cas ;
– Atteinte des ganglions en cas d’infection au C. pseudotuberculosis ;

Les principales causes de mortalité lors de cette infection sont en outre :

– La survenue du croup qui se caractérise par l’envahissement du larynx par les fausses membranes. En l’absence d’une prise en charge rapide, le sujet peut mourir par asphyxie ;
– La propagation de la toxine bactérienne par voie sanguine qui peut engendrer une inflammation du myocarde, une baisse de la tension artérielle, ou une atteinte du système nerveux souvent à l’origine de paralysies. Ces dernières peuvent se manifester par la survenue de différentes perturbations au niveau des fonctionnements cardiaque, rénal et hépatique, un trouble de la respiration, une difficulté de la déglutition.

Outre l’angine diphtérique qui est la plus fréquente, on distingue aussi forme cutanée de la maladie. Celle-ci peut particulièrement être reconnue par :

– L’évolution de la blessure, de la coupure ou de la piqûre d’insecte infectée par les bactéries en une lésion ulcéreuse indurée sur ses bords ;
– La coloration violacée et l’importante douleur de la lésion ;
– La formation de pseudo-membranes qui recouvrent l’ulcère ;

Les toxines des bactéries peuvent également atteindre la circulation sanguine et conduire aux mêmes complications que dans le cas de l’angine diphtérique. Cette complication reste toutefois rare dans cette forme de l’infection.

Traitements naturels et classiques de la diphtérie

Seuls quelques traitements sont aujourd’hui reconnus comme étant efficaces pour prendre en charge des cas de diphtéries et éviter la survenue de graves complications.

– Vaccination :

C’est la seule mesure de prévention efficace reconnue jusqu’à ce jour. L’immunité qu’elle procure n’agit cependant que contre les éventuelles toxines que les bactéries peuvent sécréter et non contre ces dernières. L’infection qu’elles génèrent reste toutefois relativement bénigne. Cependant, le vaccin diphtérique ne procure pas une immunité à vie. Des rappels sont alors conseillés même à l’âge adulte pour éviter la maladie (1). Une publication avance, par ailleurs, la nécessité d’une vaccination lors de la convalescence (2) ;

– Bonne hygiène :

Pour éviter la forme cutanée de l’infection, il est recommandée de garder une bonne hygiène des plaies, des blessures et des piqûres d’insectes et ce, notamment s’il y a des cas suspectés dans l’entourage, des animaux dans le logement ou en cas d’exercice de professions à risque (dans le domaine social et de la santé entre autres). Une guérison spontanée de la maladie peut, par ailleurs, se produire mais après seulement de nombreuses semaines ;

– Sérum anti-diphtérique :

Le remède habituel pour la prise en charge de cette infection consiste en l’administration rapide d’un sérum anti-diphtérique si des signes de la présence de toxine dans le sang sont observés. Plus tôt le traitement est injecté, meilleurs seront les résultats. En effet, une fois que la toxine est fixée sur les organes, le sérum est inefficace et la survenue des complications est inévitable (3).

Références

(1) Dossier : « Vaccination contre la Diphtérie. », Éditions Inpes, 2012.
(2) Dossier : « Conduite à Tenir lors de l’Apparition d’un Cas de Diphtérie. », Haut conseil de la Santé publique. 2011.
(3) Dossier : « Diphtérie : Informations et Traitements. » Centre Médical, Institut Pasteur. 2013.

error: Contenu protégé sous copyright